fbpx
x

(INNOVATION) Une IA a été pour la première fois reconnue inventrice d’un brevet

20 août 2021 – Pour la première fois une intelligence artificielle nommée DABUS (Device for the Autonomous Bootstrapping of Unified Sentience) a déposé un brevet. Il s’agit d’un nouveau type de packaging dans le domaine agroalimentaire, censé mieux conserver la chaleur et être plus simple à identifier et à manipuler par des machines.

En tant que tel, le brevet est assez banal, mais c’est le fait d’avoir été conçu par une intelligence artificielle qui lui donne un caractère exceptionnel. Le DABUS est un type particulier d’IA, souvent appelé “machines de créativité” parce qu’elles sont capables de fonctionner de manière indépendante et complexe. Le fait que selon l’inventeur de cette IA Stephen Thaler une intelligence artificielle soit à l’origine de ce brevet a d’ailleurs très vite posé problème. La demande de brevet citant DABUS comme inventeur a été déposée auprès des offices de brevets du monde entier, mais quasiment tous ont refusé. On peut par exemple citer les États-Unis qui ont refusé au motif notamment que les brevets, nécessitent l’élément de conception mentale, une chose dont seul un esprit humain est capable. Seule l’Afrique du Sud et l’Australie ont accepté d’accorder le brevet permettant ainsi à une IA de recevoir la maternité d’une invention. Ce qui constitue une première mondiale. D’autant qu’attribuer un brevet à une IA ouvre un débat sur la nature même des machines et la possibilité de leur octroyer un statut d’auteur.

UNE IA DE PLUS EN PLUS PERFORMANTE

Le DABUS également appelé machine de créativité peut traiter et analyser de manière critique les données, en en tirant des leçons. Ce processus est connu sous le nom d’apprentissage automatique. Une fois la phase d’apprentissage automatique terminée, la machine est capable de créer de manière autonome sans intervention humaine. Cette dernière semble avoir atteint un tel niveau qu’elle est désormais capable de créer par elles même ce qui semble témoigner d’un changement de premier ordre pour les IA. En fait ce qui rend cette IA remarquable, c’est qu’elle peut traiter et analyser de manière critique les données, en tirant des leçons de ce qu’elle a appris. Quoi qu’il en soit avec ce brevet, la capacité de l’IA à générer des inventions est reconnue de manière officielle du moins dans certains pays. Il est probable qu’un pas dans l’histoire des IA a été franchi.

 Pierre-Alexis Lagèze (rédaction btlv.fr)

Pas encore abonné ?
Rejoindre BTLV

À la Une

(ÉTRANGE) Un parasite mangeur de langue retrouvé dans la bouche d’un poisson

27 octobre 2021 – A l’heure ou notre santé n’a jamais autant fait la une de l’actualité, on craint de voir surgir de nouveaux virus. C’est ce qu’ont dû penser les travailleurs du parc d’État de Galveston Island au Texas qui ont récemment attrapé un poisson accueillant à son insu un parasite cauchemardesque qui avait dévoré et remplacé sa langue.

Postée sur les réseaux sociaux la semaine dernière, l’information mentionne qu’il s’agit en réalité d’un « poux mangeur de langue ». Selon les scientifiques qui ont étudié le phénomène, le parasite subsiste en pénétrant dans la bouche d’un poisson, en détachant la langue de l’animal et en remplaçant l’organe par lui-même. Le fameux « poux » passe alors le reste de ses jours à se nourrir du mucus de son hôte. 

Le plus dingue est que cette étrange relation parasitaire ne serait pas particulièrement nocive pour le poisson ni, heureusement, pour les humains qui pourraient finir par attraper et manger l’animal. Les mêmes scientifiques affirment que ce « poux mangeur de langue » est « le seul cas connu où un parasite peut remplacer fonctionnellement l’organe de son hôte ». La nature est parfois très bizarre et effrayante

Bob Bellanca (rédaction btlv.fr)

2021-08-20T11:51:25+02:0020 août 2021|

Actus susceptibles de vous intéresser