fbpx
x

(INNOVATION) Une société allemande a mis au point une route capable de recharger automatiquement les véhicules électriques

6 septembre 2021 – C’est dans le cadre d’une association avec le gouvernement de l’Indiana et de l’université Purdue que l’entreprise allemande Magment a pu mettre au point des routes qui rechargent automatiquement la batterie des véhicules électriques à mesure qu’ils roulent dessus. Une initiative qui devrait faciliter et promouvoir encore plus l’utilisation de la voiture électrique.

La société Magment a donc créé des routes qui rechargent automatiquement la batterie des véhicules électriques à mesure qu’ils roulent dessus, si ces derniers sont équipés d’un récepteur spécial. Ces routes capables de recharger les voitures électriques fonctionnent grâce à des particules magnétiques mélangées au béton qui, lorsqu’elles sont électrifiées, peuvent transférer de l’énergie. Cette innovation bénéficie de nombreux atouts. Elle est supposée résister à toutes les conditions météorologiques, à un degré élevé de conductivité thermique et est à l’abri du vandalisme. De plus, les scientifiques de Magment, la construction d’une route avec leurs matériaux coûterait le même prix que la construction de routes traditionnelles. Néanmoins, cela suppose de construire de nouvelles routes ou potentiellement de remplacer les infrastructures existantes.

DES TESTS BIENTÔT PRÉVUS

Ce projet a attiré l’attention du gouverneur de l’Indiana qui a annoncé que le département des transports de l’Indiana et l’Université Purdue commenceront bientôt à tester la viabilité du béton magnétisé Magment. De fait, une équipe de chercheurs de l’Université de Purdue, en collaboration avec des ingénieurs routiers, construira un petit tronçon de route, à proximité du campus de Purdue. Si cette première initiative est un succès, une autre section de route sera construite. Cette nouvelle route sera testée avec des camions électriques nécessitant un minimum de 2000 kilowatts. Enfin, si ce deuxième test s’avère concluant, l’ajout d’une section du matériau à un tronçon encore inconnu de la voie publique est prévu. La route semble donc toute tracée pour le béton magnétisé Magment.

Pierre-Alexis Lagèze (rédaction btlv.fr)

Pas encore abonné ?
Rejoindre BTLV

À la Une

(ESPACE) Jeff Bezos compte construire une station spatiale privée

26 octobre 2021 – Jeff Bezos semble vouloir pousser encore plus loin le tourisme spatial. Comme le montre son nouveau projet, Orbital Reef, une  station spatiale privée décrite comme un parc commercial pouvant accueillir jusqu’à 10 personnes.

La société Blue Origin de Jeff Bezos et Sierra Space se sont associés dans un projet de grande envergure à savoir une station spatiale privée pouvant accueillir jusqu’à 10 personnes. Ils ambitionnent de pouvoir la rendre opérationnelle d’ici la deuxième moitié de la décennie. Cette station spatiale qui sera baptisée Orbital Reef montre que la course pour la commercialisation de l’orbite terrestre basse a atteint un nouveau stade. Dans un communiqué BLue Origin et Sierra Space ont annoncé que cette station spatiale s’adresserait  à un large panel de client “Agences spatiales expérimentées, consortiums dans les hautes technologies, nations sans programme spatial, médias et agences de voyages, entrepreneurs et inventeurs subventionnés, investisseurs portés vers l’avenir, tous ont leur place”. La station évoluera à 500 km d’altitude, soit un peu plus haut que l’ISS et mesurera 830 m3, soit presque autant que l’ISS.

UN NOUVEAU SUCCESSEUR POUR L’ISS

À l’image de Starlab, Blue Origin et Sierra Space ont donc annoncé à leur tour la mise en place d’une station spatiale privée qui devrait entrer en service à l’horizon 2025. Une annonce qui intervient à un moment où la mise en place d’une station spatiale est intéressante stratégiquement puisque en théorie l’avenir de l’ISS est aujourd’hui officiellement assuré jusqu’en 2024. À cela s’ajoute le fait que d’un point de vue technique, la NASA a entériné le fait qu’elle soit capable d’opérer jusqu’en 2028 même si le patron de la NASA Bill Nelson, s’est prononcé en faveur de son extension jusqu’en 2030. Quoi qu’il en soit, l’ISS a une date de péremption qui approche à grands pas et des stations comme Orbital Reef seront là pour prendre la relève.

Pierre-Alexis Lagèze (rédaction btlv.fr)

2021-09-06T13:32:39+02:006 septembre 2021|

Actus susceptibles de vous intéresser