fbpx
x

(INSOLITE) La science peut expliquer pourquoi le pull de Freddy Krueger est rouge et vert

26 octobre 2021 — Dès sa première apparition en 1984 dans le film « Les Griffes de la nuit », l’emblématique maniaque du cauchemar Freddy Krueger porte toujours un pull rayé rouge et vert. Pourquoi?

Ces deux couleurs évoquent si souvent des images de Noël, les voir dans un contexte aussi terrifiant est définitivement troublant. Mais le réalisateur Wes Craven n’essayait pas d’être subversif lorsqu’il a choisi de revêtir son méchant de couleurs de vacances – il essayait de nous mettre mal à l’aise d’une manière beaucoup plus subliminale.

Bande-Annonce du premier Freddy Krueger en 1984 « Les griffes de la nuit »

Peut-être aussi  que ses tiroirs du monde des rêves regorgent de pulls identiques pour s’assurer qu’il en a un propre pour chaque série de meurtres; ou peut-être possède-t-il un seul pull, qu’il n’enfile que lorsque son emploi du temps est réduit. Quoi qu’il en soit, si le tueur  se présente dans votre quartier, vous pouvez parier qu’il est paré de rouge et de vert. Mais la seule et vraie raison est scientifique !

Le pull rayé de Freddy Krueger, qu’il porte depuis le tout premier film,  « Les Griffes de la nuit n’est pas »accidentellement coloré en rouge et vert. Selon Mental Floss , le réalisateur d’horreur culte Wes Craven a choisi cette combinaison de couleurs après avoir lu une étude dans Scientific American. L’article disait que la combinaison des couleurs rouge et verte est particulièrement difficile à traiter  par l’œil humain et ce qui peut-être  désorientant.

Comme l’ explique Live Science , certaines cellules de la rétine sont activées lorsqu’elles sont stimulées par la lumière rouge entrante. Cette explosion d’activité indique au cerveau que la personne regarde quelque chose de rouge. Ces mêmes cellules sont supprimées par la lumière verte, et le manque d’activité indique au cerveau que la personne voit du vert. Étant donné que ces couleurs se neutralisent, afficher certaines nuances de rouge et de vert en même temps peut être déroutant pour le spectateur.

Le même phénomène se produit avec le jaune et le bleu, nous serions donc probablement tout aussi énervés si Freddy Krueger était habillé comme le logo IKEA dans nos cauchemars.

François Deymier (rédaction btlv.fr)

Pas encore abonné ?
Rejoindre BTLV

À la Une

Des chercheurs peuvent désormais lire dans les pensées des méduses

3 décembre 2021 – Des biologistes de l’Institut technologique de Californie (Caltech) ont pu observer le réseau neuronal des méduses en rendant leurs neurones fluorescents. 

Comprendre les méduses pour mieux nous comprendre. Le cerveau humain a cent milliards de neurones, effectuant 100 000 milliards de connexions. Pour démêler cette usine à gaz complexe, la constitution, plus simple, de l’animal marin pourrait être une bonne piste.

Les méduses chassent, se déplacent, se nourrissent… Et n’ont pas de cerveau. Cette particularité intrigue les scientifiques qui cherchent à comprendre le fonctionnement de ce drôle d’animal. Comment peut-on faire tout ça sans ciboulot ?!

UN RÉSEAU DE NEURONES EN TOILE

En fait, cet animal marin dispose d’un réseau neuronal qu’il a développé il y a plus de 500 millions d’années qui a peu évolué. Ce circuit décentralisé semble être une bonne stratégie d’évolution, puisque les méduses ont traversé des centaines et des centaines de millions d’années. Le réseau épouse la forme de la méduse et les neurones sont répartis en différentes tranches circulaires. Les tentacules urticants de la méduse sont liés à une des tranches.

FAISONS BRILLER LES NEURONES !

Les scientifiques ont génétiquement modifié des méduses de l’espèce Clytia hemisphærica. Elles sont toutes petites, pas plus d’un centimètre à l’âge adulte, et peuvent être facilement observables au microscope. Les chercheurs ont fait en sorte que les neurones deviennent fluorescents lorsqu’ils sont actifs.

On peut voir, en temps réel, les neurones de la méduse s’activer. Crédits : Caltech et B. Weissbourd

Qu’avons-nous vu ? Eh bien, on a pu voir comment les neurones fonctionnaient entre eux. Les biologistes ont ainsi mis le doigt sur le neurone R. Fa+, qui est seulement dédié à un mouvement de pliage d’une partie de la méduse pour qu’elle puisse ramener la nourriture à sa bouche. En supprimant ce type de neurone, la bête ne pouvait plus manger.

Ici, la méduse replie une partie de son corps pour amener la nourriture à sa bouche. Crédits : Caltech et B. Weissbourd

Ainsi, on comprend que le fonctionnement neuronal est spatialisé : chaque type de neurones a sa fonction propre.

Sources : Caltech et Ulyces

Tom Hannane (rédaction btlv.fr)

2021-10-26T11:29:33+02:0026 octobre 2021|

Actus susceptibles de vous intéresser