fbpx
x

(INSOLITE) L’État malaisien communique sur une maison hantée dans l’espoir d’augmenter son tourisme

30 juin 2021 — Pour relancer son tourisme l’état Malaisien fait de la pub sur différents sites américains afin de faire la promotion d’une maison prétendument hantée. Au cours d’une conférence de presse, Jafry Ariffin, le ministre du Tourisme, de la Culture et de l’Environnement de l’État de Sabah a évoqué le concept de cette nouvelle forme de tourisme paranormal avec les journalistes présents.

« À l’heure actuelle, dans le monde entier, il existe ce type de tourisme occulte, en particulier pour les étrangers et nombreux sont ceux qui en sont friands », a déclaré le ministre, « même si cela nécessite un certain niveau de courage ».

UNE MAISON PARTICULIÈRE

Dans cette nouvelle quête, l’État malaisien a l’intention de courtiser les touristes afin qu’ils visitent la « Agnes Keith House », une résidence historique construite à l’époque où la Malaisie était une colonie britannique. Depuis devenue un musée, l’idée est venue en relisant les livres de l’auteure américaine Agnes Keith, qui d’écrit dans plusieurs de ses autobiographies une série d’incidents étranges qui se sont produits dans la maison, y compris des observations quotidiennes d’une apparition féminine. Des phénomènes paranormaux, tels que des objets se déplaçant seuls et des observations de fantômes, furent également signalés par les occupants ultérieurs de la maison.

UNE RÉPUTATION À TENIR

Une réputation mystérieuse sur laquelle l’État de Sabah espère désormais capitaliser, comme l’explique la conservatrice adjointe des lieux Safinah Yusop :

« Nous avons eu cette idée parce que les touristes étrangers disent qu’ils ressentent des sentiments étranges dès qu’ils entrent dans la maison ». Bien qu’elle ait admis qu’aucun de ces visiteurs ait déclaré avoir vu un fantôme, Safinah Yusop a indiqué que « les histoires de hantise, liées à la maison ne furent racontées que par les habitants. Certains ont dit avoir vu quelqu’un regarder par la fenêtre et d’autres ont dit avoir vu une dame sur le toit de la maison ». La volonté du pays est de faire de cette maison le nouveau spot à visiter absolument et un nouveau lieu d’enquête pour les chasseurs de fantômes. Ces derniers auront la possibilité d’y passer la nuit et de peut-être y rencontrer les « esprits » qui y résideraient encore. En attendant que les frontières touristiques rouvrent, il reste le prochain documentaire « Fougeret, un château hanté pas comme les autres » mis en ligne dans quelques jours sur btlv.fr.

Bob Bellanca (rédaction@btlv.fr)

Pas encore abonné ?
Rejoindre BTLV

À la Une

(ROBOT) Des fourmis imprimées en 3D s’unissent pour contourner les obstacles

27 octobre 2021 – Des scientifiques de l’Université de Notre-Dame ont voulu reproduire l’union des fourmis lorsqu’elles sont face à un obstacle. Ils y sont parvenus.

Yasemin Ozkan-Aydin est professeur. Elle a observé que les robots à quatre pattes présentaient des avantages par rapport aux robots à roues. Mais le problème c’est que certains gouffres ou des terrains trop raides sont infranchissables. Face à ce constat, elle a créé avec ses collègues des petits robots imprimés en 3D qui peuvent travailler ensemble.

Les robots mesurent 15 à 20cm de long. Ils ont un microprocesseur, un capteur de lumière frontal, des capteurs magnétiques à chaque extrémité et une batterie au lithium-polymère.

Lorsqu’un de ces robots est en difficulté, il envoie un signal sans fil à ses congénères qui l’aident. Ensemble, ils peuvent former un pont. 

Yasemin Ozkan-Aydin améliore encore ce système déjà bien abouti. Mais quelles seraient les applications des robots-fourmis ? On peut les envisager dans l’exploration spatiale ou encore l’étude des insectes.

Tom Hannane (rédaction btlv.fr)

2021-06-30T20:10:47+02:0030 juin 2021|

Actus susceptibles de vous intéresser