fbpx

(INSOLITE) Phénomènes glacés inattendus

19 novembre 2020 — Certains phénomènes naturels qui apparaissent lorsqu’il fait très froid sont impressionnants et magnifiques à la fois, des vrais paysages de cartes postales mais aussi de nouvelles découvertes scientifiques sont à voir.

LES MYSTÉRIEUSES FLEURS DE GLACE DU CERCLE POLAIRE

Nous pouvons trouver ces fleurs éphémères près des côtes de l’Arctique et de l’Antarctique ou sur des lacs gelés. Ces fleurs de glace se forment lorsque l’eau à la surface de la glace fraichement formée entre soudainement en contact avec de l’air glacé, la formation de cristaux de glace est immédiate. Leur taille est à peu prêt comme celle des tulipes.

Leurs pétales pointus (entre 10 et 15 centimètres environ) apparaissent en quelques heures si la température de l’air baisse en dessous de – 20°, la surface de l’eau ressemble à d’immenses champs de fleurs.

Mais certains scientifiques pensent que ces fleurs pourraient contenir des microorganismes marins même si leur apparence est magnifique. Certaines bactéries dans l’eau salée sont attirées par ces fleurs et s’y développent mystérieusement. L’océanographe biologiste Jeff Bowman explique que l’étude des bactéries de ces fleurs « pourrait nous en dire plus sur les limites de la vie cellulaire ».

IMPRESSION DE VAGUE GELÉE

Parfois, l’océan peut prendre une atmosphère bien différente que celle que nous connaissons. En 2018, en pleine vague de froid, près de la petite île américaine de Nantucket située dans l’océan Atlantique, au large du Connecticut et du Massachussetts, un phénomène extrêmement rare s’est produit : des vagues gelées.

Elles sont toujours en mouvement mais ne durent que trois heures environ. Ces vagues avancent au ralenti et ne font pas de bruit quand elles arrivent sur le sable. A ce moment, l’eau de l’océan ne dépasse pas les 2° et l’air est à – 11°. Certains photographes affirment qu’il faut être très chanceux pour pouvoir capturer ce moment exceptionnel.

CHEVEUX DE GLACE

Les cheveux de glace ou chevelure de glace apparaissent sur le bois mort en hiver ou sur d’autre végétaux. Suite à des études menées sur ce phénomène, le responsable de l’apparition de ces filaments est… un champignon, sur lequel l’eau gèle et cela forme de minuscules filaments blancs, mais attention ils sont différents du givre, de part leur apparence et leur formation. Ce phénomène est souvent comparé aux pipkrakes (fibre de glace se formant sur un sol humide), mais eux sont plus grossiers.

Pour conclure, la nature peut encore être splendide, nous étonner également. Mais il faut la cajoler pour que les futures générations puissent faire les mêmes découvertes que nous.

Morgane Nenert (rédaction btlv.fr)

Pas encore abonné ?
Rejoindre BTLV

À la Une

(SANTÉ) La misophonie la maladie qui n’aime pas le bruit !

16 janvier 2021 —  Bruits de mastication, d’une craie sur un tableau, ou simplement d’un crayon tombé par terre… tout ça vous agace au plus haut point ? Vous êtes peut-être misophone. Gros plan sur cette maladie qui déteste le bruit.

Franchement, être agacé par un bruit de mastication le matin au petit déjeuner, quoi de plus normal ? En revanche, si le moindre mâchonnement de chewing-gum, reniflement ou léger bruit de pas ou même brossage de dents éveille en vous l’irrépressible envie de tuer quelqu’un, vous êtes peut-être misophone.

La misophonie, où littéralement « haine du son », est un trouble neuropsychique rarement diagnostiqué mais commun, caractérisé par des états psychiques forts désagréables (colère, haine, anxiété, rage, dégout) déclenchés par des sons spécifiques. L’intensité des sons, qui peut être élevée ou faible, peut provoquer des émotions négatives et particulièrement intenses. Elle apparaît à un très jeune âge, durant l’enfance, ou pendant l’adolescence, et s’aggrave avec l’âge de 8 ou 9 ans.

« VULNÉRABLE À CHAQUE INSTANT »

Les personnes touchée par ce dysfonctionnement du cerveau expliquent vivre un calvaire au quotidien. Que pour eux, les bruits ne sont pas seulement dérangeant, mais ils sont insupportables.

« Être misophone, c’est se sentir vulnérable à chaque instant, explique une personne atteinte par la maladie au site Planet. Il n’y a pas un jour où je ne pense pas aux stratégies d’évitement que je pourrais mettre en place pour améliorer mon quotidien. Je suis obligée de porter des boule-quies au travail, lors d’un dîner entre amis, ou encore au cinéma. Cela veut dire garder les cheveux détachés, même lorsqu’il fait très chaud, pour que cela ne se voit pas. Beaucoup de personnes ont conscience que les bruits me dérangent, mais elles ignorent à quel point. »

La misophonie, qui se distingue de la phonophobie (la crainte d’avoir à écouter un bruit, de peur qu’il ne soit insupportable) et de l’hyperacousie (une hypersensibilité de l’ouïe : celle-ci peut entraîner de fortes douleurs après n’importe quel type de bruit), ne possède pas encore de traitement médical. Des pistes sont explorées, mais le casque anti-bruit ou avec de la musique dans les oreilles reste aujourd’hui le meilleur remède.

François Deymier (rédaction btlv.fr)

2020-11-19T16:27:00+01:0019 novembre 2020|

Actus susceptibles de vous intéresser