fbpx
x

(INSOLITE) Une goutte de métal fondu est restée dans l’oreille d’un soudeur pendant huit semaines

26 mai 2021 — Les brûlures de l’oreille lors de soudure provoquées par les étincelles chaudes ou les scories en fusion sont des accidents rares mais parfois graves. Il s’agit d’un accident très rare, avec seulement cinq cas signalés dans le monde.
Des médecins australiens ont rapporté un cas inhabituel de goutte de métal fondu touchant accidentellement l’intérieur d’une oreille.

Selon un cas publié dans BMJ Case Reports, un homme de 60 ans s’est présenté aux urgences en se plaignant d’une vive douleur brûlante à l’oreille droite. Le personnel médical a immédiatement identifié la cause: plus tôt dans la journée, c’est en réalisant une soudure allongé sans aucune protection sous un camion qu’une goutte de métal fondu était tombé dans son oreille, touchant le conduit auditif.

L’homme blessé a immédiatement ressenti une vive douleur dans son oreille et a également entendu des sons comme des « explosions de pétards », suivis d’une perte auditive. Pour soulager la douleur, il a versé de l’eau froide dans son conduit auditif.

© BMJ 2021

Au moment où il s’est rendu aux urgences, il avait un goût étrange dans la bouche. Un examen plus approfondi a révélé que le métal avait brûlé plusieurs poils dans l’oreille droite et percé une partie du tympan. Le patient n’ayant pas connu de complications graves et semblant généralement en bonne santé, on lui a juste prescrit des analgésiques.

Au bout de quelques jours, l’homme  souffrant toujours de violentes douleurs décida de consulter un ORL, mais il dû attendre huit semaine afin d’obtenir un rendez-vous.

Pendant ce temps, il a développé deux infections de l’oreille et des acouphènes (bourdonnement dans l’oreille).

Lors de l’examen, le médecin a découvert un corps étranger, les restes du métal fondu dans l’oreille.

Ils ont décidé d’enlever chirurgicalement le métal. L’opération a réussi, le tympan a guéri et l’audition est revenue à la normale. Cependant, le médecin a noté que le métal fondu avait endommagé le nerf de la notocorde tympanique – le nerf qui transporte les messages gustatifs des papilles au cerveau.

François Deymier (rédaction btlv.fr)

Pas encore abonné ?
Rejoindre BTLV

À la Une

Des animaux et des plantes commencent à vivre sur le “7ème” continent de déchets

3 décembre 2021 – Presque 2 000 milliards de déchets plastiques polluent les océans. Agglomérés en un grand continent dans le Pacifique, ils accueillent désormais des animaux et des plantes.

Ce septième continent s’étend sur 1,6 million de km². C’est une surface trois fois plus grande que celle de la France. Alors qu’on cherche à savoir comment résoudre cette catastrophe climatique, des scientifiques s’aperçoivent que des espèces côtières commencent à coloniser ce nouvel habitat en plastique… Ces animaux sont pourtant étrangers du grand large.

C’est l’équipe de Linsey Haram, chercheuse au Centre Smithsonian de recherches sur l’environnement, qui tire la sonnette d’alarme. Elle et ses collègues ont publié un papier disponible dans la revue Nature

LE PLASTIQUE COMME HABITAT ?

La faune qui occupe désormais cette masse de déchets est extrêmement variée : on y trouve des anémones, des animaux marins ou encore des amphipodes. Ils constituent une nouvelle communauté : les néo-pélagiques, des nouveaux venus issus du littoral, qui vivent désormais en haute mer.

Habituellement, les invertébrés que nous retrouvons dans les océans sont petits et s’attachent là où ils peuvent : à un rocher sous-marin, sur une branche flottante ou bien sur d’autres animaux marins. Mais là, l’arrivée de ces néo-pélagiques risquent de perturber cet écosystème déjà fragile. L’arrivée de nouveaux animaux pourrait engendrer la multiplication d’espèces invasives.

UN BASCULEMENT INQUIÉTANT

Les chercheurs sont assez inquiets. Beaucoup de questions restent sans réponse, notamment le comportement de ces nouveaux venus dans un habitat aussi singulier.

 

Une chose est sûre, c’est que ces phénomènes continueront à se multiplier tant que l’être humain continuera de polluer les océans…

Sources : Science Alert et Nature

Tom Hannane (rédaction btlv.fr)

2021-05-26T16:05:58+02:0026 mai 2021|

Actus susceptibles de vous intéresser