fbpx

(INSOLITE) Une histoire d’amour entre une femme de cœur et des centaines d’éléphanteaux

21 décembre 2020 – Le massacre des éléphants pour la chasse à l’ivoire qui tue 30000 éléphants par an, laisse des centaines d’orphelins devant survivre seuls alors qu’ils devraient bénéficier de beaucoup de plus de soin et d’attention de la part de leur mère dans leurs premières années. Heureusement pour certains d’entre eux, de bonnes âmes ont consacré leurs vies à les sauver des braconniers. Voici leur histoire :

David et Daphne Sheldrick © DR

Le Dr Daphne Sheldrick est une britannique née au Kenya le 4 juin 1934. Au début de la Seconde Guerre mondiale, son père avait été envoyé dans une réserve de chasse pour tuer des zèbres et des gnous dans le but de nourrir les troupes. La mère Daphne Sheldrick l’emmena, en 1940, voir la réserve où son père travaillait. C’est alors qu’elle fût passionnée par les animaux au point de vouloir passer sa vie avec eux. Rêve d’enfant ou véritable vocation ? 20 ans plus tard, le mari de Daphne Sheldrick est gardien du parc national de Tsavo East (Kenya). C’est alors que le couple a pris pour habitude, de prendre sous leur aile, de jeunes animaux pour s’en occuper avant de les remettre, en pleine forme, en liberté : les éléphants ont besoin du lait maternel pendant les 2 premières années de leur vie, et il faut encore 2 ans afin qu’ils soient sevrés.  Le braconnage et la sécheresse leur ont donné beaucoup de fil à retordre ; Daphne Sheldrick est alors devenu « une mère » pour les jeunes orphelins.

Daphne Sheldrick et un éléphanteau © DR

Elle avait conçu une formule à base de graisse végétale infusée dans de l’huile de noix de coco et du lait pour nourrissons humains afin de nourrir les jeunes éléphants. Daphne Sheldrick est la première personne à avoir tenu avec brio un orphelinat d’éléphanteaux. En 1976, le couple s’est installé au parc national de Nairobi mais quelques mois plus tard, le mari de Daphne Sheldrick est mort d’une crise cardiaque. En son honneur, elle créa le David Sheldrick Wildlife Trust en 1977 dans le but de recueillir des éléphanteaux et de petits rhinocéros.

Daphne Sheldrick faite Dame commandeur de l’ordre de l’Empire britannique en 2006 © DR

Daphne Sheldrick est décédée d’un cancer le 12 avril 2018 après avoir reçu de nombreuses distinctions au cours de sa vie. Son organisation est toujours en activité et de nombreux jeunes éléphants seront, grâce à son organisation, encore sauvés.

En mémoire à Daphne Sheldrick

Thierry Penin (rédaction btlv.fr)

Pas encore abonné ?
Rejoindre BTLV

À la Une

(CULTURE) Cette nouvelle émission de télé va réveiller les morts !

21 avril 2021 – L’émission s’intitulera “Hôtel du temps”, et sera présentée par l’animateur Thierry Ardisson, sur la chaîne France 3… Le concept ?

Réaliser des interviews de grandes stars décédées, le tout, grâce aux effets spéciaux ; pour évoquer avec elles, leur carrière ou leurs engagements personnels. En bref, ressusciter les morts.

DES INTERVIEWS FICTIONS

Les interviews de l’Hôtel du temps, seront bien sûr fictives, Thierry Ardisson affirme d’ailleurs qu’elles seront réalisées en se servant de vraies déclarations tenues par les célébrités défuntes. Le tout, illustré par des effets spéciaux, comme avec la technique innovante du “Face Retriever », qui serait encore plus efficace que les désormais célèbres deepfakes, hypertrucage en bon français, tels qu’utilisés dans l’émission d’imitation “C’est Canteloup”, sur TF1.

DES DEEP-FAKES AMÉLIORÉS 

Cette méthode du face retriever est un concept inédit, entièrement pensé pour l’émission Hôtel du temps.

Plus concrètement, son fonctionnement repose sur la technologie, deepfake, mais va un peu plus loin. En effet, pour réaliser une interview, l’émission fera appel à deux personnes : un comédien pour le physique et la personnalité de la célébrité interviewée ; et un imitateur, qui s’assurera de reproduire une voix, la plus proche possible de la star censée être présente.

UN PROJET LONG ET COÛTEUX

Le projet de l’hôtel du temps, est aussi ambitieux que coûteux, en effet, selon le Parisien, le budget de l’émission serait proche des 600 000 euros. Un premier numéro, avec pour invité, Jean Gabin, pour lequel il aura fallu près de deux ans de préparation, avant de pouvoir commencer à tourner.

Un concept d’émission auquel songeait Thierry Ardisson, depuis longtemps. L’animateur a pu s’y consacrer pleinement, après son départ de la chaîne C8, en 2019.

Avant d’arriver sur France 3, l’émission avait été proposée à la diffusion, aux deux plus grandes plateformes de streaming légal Netflix, et Amazon Prime Video, sans succès. C’est finalement le groupe France Télévision, qui s’est laissé convaincre par l’originalité du concept.

Samuel Agutter (rédaction btlv.fr)

2020-12-21T15:28:43+01:0021 décembre 2020|

Actus susceptibles de vous intéresser