fbpx

(INTELLIGENCE ARTIFICIELLE) Des robots pour pallier à la solitude des personnes âgées et isolées !

10 juin 2021 — Les grandes entreprises créent des robots d’apparence de plus en plus humaine. Mais parfois ce réalisme peut faire peur. La société hongkongaise Hanson Robotics, qui est le créateur du célèbre robot Sophia, a présenté un nouvel androïde. Pour mémoire, on se souvient que Sophia avait été le premier robot humanoïde à peindre son autoportrait, une œuvre vendue aux enchères pour près de 700 000 dollars. Le nouveau robot s’appelle Grâce. Il est  conçu pour fonctionner dans le secteur médical. Grâce sera en contact avec les personnes âgées et celles qui se sont isolées pendant la pandémie.

Malgré son apparence incroyablement « humaine », Grâce est dotée des équipements les plus modernes. Le robot parle également trois langues : anglais, chinois et cantonais.

GRÂCE PARLE AUX JOURNALISTES

« Je peux rendre visite à une personne et égayer sa journée, je parle de thérapie, je prends des témoignages et j’aide le personnel médical », a déclaré Grace  à Reuters.

Le fondateur de l’entreprise, David Hanson, a noté qu’il était très important pour son entreprise de créer des liens avec les professionnels de la santé et de former Grace aux interactions sociales, car ces deux facteurs peuvent faciliter la vie du personnel hospitalier débordé pendant une pandémie. « Son apparence favorise la confiance et la communication naturelle en face à face », a déclaré Hanson. Il a ajouté que les expressions faciales de Grâce peuvent imiter plus de 48 principaux muscles faciaux !

Selon David Lake, directeur exécutif de Hanson Robotics and Singularity, la société a l’intention de commencer à sortir en masse la version bêta de Grace d’ici août, avec une production complète à Hong Kong, en Chine continentale, au Japon et en Corée l’année prochaine.

François Deymier (rédaction btlv.fr)

Pas encore abonné ?
Rejoindre BTLV

À la Une

(ASTRONOMIE) Une étoile clignote au centre de notre galaxie

14 juin 2021 – A première vue, on pourrait penser que le phénomène n’a rien de véritablement inédit, et a déjà été répertorié à plusieurs reprises ; en effet, des étoiles dont la luminosité varie, cela existe et ce n’est plus tout à fait une nouveauté.

Pourtant une étoile en particulier, baptisée “VVV-WIT-08”, par les astronomes ne ressemble pas à ces premiers cas déjà recensés. Ce mystérieux astre à été repéré par des chercheurs de l’Université de Cambridge, au Royaume-Uni, en étudiant les données enregistrées par le télescope Vista, de l’Observatoire européen austral (ESO), basé au Chili. D’ailleurs, ce télescope sert spécifiquement à observer près d’un milliard d’étoiles, dans le but d’y repérer d’éventuelles variations de luminosité. « Parfois, nous trouvons des étoiles variables qui n’entrent dans aucune catégorie établie. Nous les surnommons les objets “WIT” », explique, dans un communiqué, Philip Lucas qui est chercheur à l’Université d’Hertfordshire, au  Royaume-Uni.

Et pour cause, les astronomes ont observé la luminosité de l’étoile VVV-WIT-08 diminué de 97% pourcent ! Une quasi disparition, mais de courte durée, puisque quelques semaines plus tard, l’étoile réapparaissait, aussi brillante que d’habitude.

UNE NOUVELLE CLASSE D’ÉTOILES

Pour tenter d’expliquer cette perte de luminosité brutale et soudaine, de l’étoile VVV-WIT-08, les scientifiques ont étudié plusieurs pistes…

A partir de ces hypothèses, les scientifiques ont tout d’abord pensé qu’un objet sombre avait pu passer devant l’étoile, bloquant ainsi les rayons émis par VVV-WIT-08 ; une piste appuyée par le fait que l’astre se trouve dans une région assez dense de notre galaxie, au centre de la Voie lactée.

Une première théorie mise à l’écart par la suite, lorsque des simulations ont permis aux chercheurs de s’apercevoir qu’il faudrait que le nombre d’objets volants au sein de notre galaxie soit bien plus important, afin d’en arriver à un tel résultat.

Désormais, les scientifiques s’intéressent à une nouvelle, qu’ils jugent plus probable. Pour eux, VVV-WIT-08 appartient certainement à une nouvelle classe, parmi le système des étoiles binaires une nouvelle catégorie désormais désignés comme “géantes clignotantes”.

Selon les chercheurs ces nouvelles géantes clignotantes sont donc des étoiles géantes, en moyenne 100 fois plus grande que notre Soleil, mais qui malgré leurs tailles, se font tout de même éclipser de temps en temps, environ une fois sur plusieurs décennies, par un autre astre pour le moment indéterminé. Il pourrait aussi bien s’agir d’une seconde étoile, que d’une planète dont le disque opaque parviendrait à éclipser des géantes clignotantes, comme VVV-WIT-08.

Samuel Agutter (rédaction bltv.fr)

2021-06-10T14:08:28+02:0010 juin 2021|

Actus susceptibles de vous intéresser