Découvrez BTLV, le média N°1 sur le mystère et l'inexpliqué (Replay/Podcast/rédactionnel)

Pour accéder à toutes nos interviews audio et vidéo
Rejoindre BTLV

18 juin 2020 – Les monticules funéraires que l’on trouve en Irlande ressemblent beaucoup aux pyramides égyptiennes. Le plus célèbre d’entre eux reste le site de Stonehenge. On enterrait en Irlande les restes incinérés des défunts quand on y plaçait les momies en Égypte ancienne. Mais il semblerait que les similitudes entre ces deux ethnies ne s’arrêtent pas là.

Une équipe de scientifiques irlandais du Trinity College de Dublin a effectué des tests ADN sur des restes humains enterrés dans le monticule funéraire de Newgrange, à 40km de Dublin, et il semblerait être le fruit d’une union incestueuse au premier degré. On entend ici des frères et sœurs ou un parent et un enfant.

UNE HIÉRARCHIE DIGNE DE L’ÉGYPTE ANCIENNE

D’autres recherches ont établi que les Irlandais de l’époque vivaient en fonction d’une hiérarchie très précise en haut de laquelle se trouvait une élite dirigeante, ressemblant aux pharaons égyptiens. Si l’on combine ses informations, on peut penser qu’à l’image des Égyptiens, les Irlandais appartenant à cette élite restaient entre eux en tous points afin de garder la lignée pure et divine.

Qui plus est, les restes de cet individu issu d’un inceste ont été placés au centre du monticule qui, on en a l’exemple avec Stonehenge, était construit avec des codes très précis en rapport avec, entre autres, l’astronomie. Cette sépulture ayant une localisation si spécifique et l’individu étant si particulier, on suggère que ce n’est pas le fruit du hasard et que l’on honorait ces humains et qu’on acceptait donc les mariages incestueux à l’époque, comme cela était coutumes dans beaucoup de cultures. Il s’agirait bien là d’une forme d’élite sociale comparable aux pharaons d’Égypte.

Si l’on va encore plus loin, on s’aperçoit que le modèle est répété dans plusieurs sépultures du genre et qu’on trouvait un lien génétique entre les différents individus dont on a analysé les restes. Cela suggère que l’ensemble de l’élite irlandaise avait un lien de parenté plus ou moins éloigné.

Rédaction btlv.fr (source Nature)