Découvrez BTLV, le média N°1 sur le mystère et l'inexpliqué (Replay/Podcast/rédactionnel)

Pour accéder à toutes nos interviews audio et vidéo
Rejoindre BTLV

23 juillet 2020 – En avril dernier, le squelette d’un enfant d’environ 10 ans a été retrouvé dans le River Valley Park, dans la périphérie de Dublin. Il aurait succombé à la peste au Moyen Âge.

Des promeneurs ont découvert les restes d’un enfant âgé d’une dizaine d’années au bord de la rivière Ward. Le squelette était enterré dans une tombe et a été rapporté directement à la police locale, la gardaí.

UN ENFANT MORT DE LA PESTE

Il a fallu attendre un peu avant que l’excavation ne soit possible en raison de la crise sanitaire, mais après avoir récupéré les ossements, le Musée National d’Irlande a pu confirmer qu’il s’agissait bien d’une tombe datant du 15e siècle et que la raison de sa soudaine apparition aux yeux du public était les fortes sécheresses des mois précédents.

UNE HABITUDE

Ce n’est pas la première fois que l’on retrouve des restes humains sur le site. Depuis 1999, on a déjà retrouvé les restes de six personnes différentes, des fouilles ayant été entreprises quand on s’est aperçu qu’un crâne humain dépassait de la terre. Un monument archéologique y a même été érigé.

Tous ces squelettes datent de la même époque, le 15e siècle, et la technique d’enterrement qui n’a que peut de sens dans sa disposition laisse à penser que ces personnes ont été enterrées à la hâte en raison du nombre de corps de gens mort de la peste.

Les scientifiques, pensant que le site pourrait être bien plus grand qu’il n’y paraît, ont réalisé des recherches géologiques plus approfondies afin d’en déterminer la taille exacte.

CARBONE 14

C’est à Maeve McCormick, une ostéoarchéologue, que les excavations ont été confiées. Grâce à la datation au carbone 14, elle a pu identifier que le squelette découvert en avril faisait partie du site principal et qu’il s’agissait d’un enfant de 10 à 12 ans.

Les recherches sont toujours en cours sur le terrain et les équipes essayent de trouver une solution pour stopper l’érosion du site de manière à poursuivre les excavations sans que les squelettes s’abiment trop.

Margaux Naudin (Rédaction btlv.fr / Source The Irish Times)