Découvrez gratuitement le média N°1 sur le mystère et l'inexpliqué (Replay/Podcast/rédactionnel)

+4000H d'émissions pour donner du sens à sa vie
Je découvre maintenant

14 juin 2019 — 1.200 manifestations dans 700 villes et sites de France marqueront les Journées nationales de l’archéologie de vendredi à dimanche: occasion de rencontres du grand public et des acteurs d’une recherche pointue et mal connue.

Visites de chantiers, conférences, expériences virtuelles en 3D, petites expositions, « explore games », ateliers, « bacs à fouilles » pour les enfants: une offre élargie est prévue à l’occasion de cette dixième édition des JNA pour attirer la curiosité des Français qui étaient 200.000 à avoir participé la dernière fois.

Dominique Garcia, président de l’Institut national de recherches archéologiques préventives (INRAP) a souligné que « la carte des chantiers évolue chaque année » et qu’une dizaine de « villages de l’archéologie » ouvriront cette année dans des villes comme Marseille, Lyon, Nice ou Rennes pour permettre une immersion, en présence d’experts de tous les métiers impliqués: opérateurs de fouilles, organismes de recherche, musées et sites archéologiques, laboratoires, associations et centres d’archives…

Les visiteurs de chantiers pourront s’immerger dans la Fosse à coquillages du Lomer (Morbihan), assister aux fouilles d’un site antique et du haut Moyen Âge aux Crassées (Haute-Marne), visiter le chantier de construction d’un vaisseau du XVIIe siècle par l’association Tourville (Gravelines, nord), les anciennes mines de cuivre du Thillot (Vosges) ou l’Oppidum gaulois d’Entremont, ville gauloise fortifiée à Aix-en-Provence. En Bourgogne, un château fort est reconstruit à l’ancienne à Guédelon (Yonne).

Pour la première fois, les JNA s’étendent à d’autres pays d’Europe. De nombreux sites et musées ouvrent leurs portes, une occasion unique de voir autrement le Colisée de Rome ou de s’initier aux techniques de peinture préhistorique de la grotte d’Altamira en Espagne. Selon une enquête coordonnée par l’INRAP, 85% des Européens souhaitent pouvoir visiter des sites archéologiques.

Rédaction btlv.fr (source AFP)