14 janvier 2022 – En 1902, une certaine Sarah Morley fut retrouvée calcinée dans sa maison alors qu’aucune trace de feu n’apparaissait. Ce jour-là, un policier, qui passait devant la demeure, remarqua de la fumée à l’intérieur. Inquiet, il entra rapidement pour vérifier si tout allait bien. Seulement, il ne trouva qu’un tas de cendres et de vêtements brûlés sur le sol. Une enquête plus approfondie révélera que les cendres étaient en fait les restes de Mme Morley.

AUCUNE EXPLICATION

La question que les enquêteurs de l’époque se posèrent fut : comment son corps a-t-il pu être incinéré avec une chaleur aussi intense dans une pièce pleine de tissus d’ameublement sans que rien d’autre ne s’embrase ? Mais la seule réponse envisagée était que la pauvre Mme Morley avait été victime d’une combustion spontanée.

« Il semble probable que les vêtements de la femme aient pris feu », avait écrit à l’époque le Dr Ernest George Archer dans un article pour le British Medical Journal. Cependant à cela on lui demandait : comment expliquer la crémation totale d’un corps au milieu d’un salon rempli de meubles ?

« En compagnie d’un prêtre, j’ai vu les restes de Mme Morley et nous étions tous les deux d’accord pour dire que cela dépassait l’entendement… ».

Si en 1902 la combustion spontanée de Miss Morley laissait songeur, un cas similaire avait été rapporté quelques années plus tôt. Lui aussi impliquait une femme âgée. Vivant seule, son corps avait été incinéré dans les mêmes circonstances sans que rien d’autre ne fut brûlé dans la pièce où son cadavre calciné fut trouvé.

Depuis la science moderne a proposé quelques théories, sans pour autant donner une explication rationnelle. On sait simplement que le phénomène de combustion spontanée continue et reste particulièrement effrayant.

Si vous êtes friand d’histoires mystérieuses, nous vous conseillons les Dossiers Inexpliqués de Joslan F. Keller sur btlv.fr.

Bob Bellanca (rédaction btlv.fr)

Pas encore abonné ?
Rejoindre BTLV