fbpx

LA FRANC-MAÇONNERIE : EST-ELLE TOUJOURS DANS LE COUP ?

29 juillet – Depuis sa création, la Franc-maçonnerie fait fantasmer. Se vantant d’accepter tous types de prétendants, lors de sa venue dans l’émission de François Deymier sur btlv (ndlr : Podcast à découvrir en bas de page), l’avocat Belge Phlippe Lienard, franc-maçon lui-même, nous apprenait que cette dernière était justement en danger en raison de l’évolution de son recrutement « Depuis 10,20 ou 30 ans, la maçonnerie a changé de visage parce que la manière de recruter s’est modifiée tout comme la manière dont les loges se comportent ». L’avocat reproche également les attentes des nouveaux venus en maçonnerie avant de rappeler « Si on y recherche une famille, c’est raté, si on y recherche le Graal c’est raté, et si on recherche une reconnaissance, c’est raté aussi, idem pour des intérêts politiques ou un opportunisme ».

C’est ici tout le danger qui guette cette vieille dame, car la maçonnerie est avant tout, pour Philippe Lienard « le moyen de se trouver soi-même et surtout on peut vivre sans être maçon ».

Mais alors pourquoi cette société plus vraiment secrète alimente-t-elle toujours autant les discussions ? Il y a ceux qui la trouvent totalement dépassée et ceux qui la considèrent encore comme très dangereuse, car aux « commandes du pays ». Concernant ces derniers, même si leur côté complotiste peut amuser, on ne peut pas ne pas prendre en considération leur réflexion surtout quand on sait le nombre de personnages de l’état en faisant partie. Les francs-maçons ont beau crier sur tous les toits que le réseau d’influence qu’elle représente aux yeux de ses détracteurs n’existe plus depuis bien longtemps, on a du mal à y croire, même si certains maçons vont même jusqu’à dire qu’il n’a jamais existé. Non affiché, il existera toujours quelques accointances entre maçons. À titre d’exemple, lors d’un entretien d’embauche mené par un frère, à compétences égales, le candidat au poste choisi sera le franc-maçon. Pour s’en défendre, les francs-maçons appellent cela une forme de communautarisme comme il en existe entre Toulousains ou étrangers d’un même pays.

Essentiellement occidentale et fortement Anglo-Saxonne puisqu’elle en représente 95 % des frères, pour Philippe Lienard on retrouve la Franc-maçonnerie dans toutes les démocraties. L’autre danger qui la guette est la désaffection. En Angleterre elle est passée de 2 millions de frères à 600 000 et aux de 4 millions de membres à 1,5 million. En tout, on estime à 3 millions le nombre de francs-maçons dans le monde. L’explication vient peut-être du fait que la Franc-maçonnerie s’éloigne de sa philosophie première et devient, pour l’avocat, petit à petit, un club d’affaire« Si elle n’évolue pas, elle disparaîtra ». Par ailleurs, on note que la nouvelle génération ne montre que peu d’intérêt pour cette société dite secrète « Sachant que la Maçonnerie comporte 33 degrés, il est bon de ne pas y adhérer trop tardivement, car la route est longue jusqu’au sommet sachant que tout là-haut c’est comme tout au début ».

Aujourd’hui, l’âge moyen d’entrée est 48 ans et le désintérêt de la jeunesse vient aussi du fait que la société civile a changé. Les hommes sont plus présents dans l’organisation de la maison et dans l’éducation des enfants et n’ont pas forcément le temps de maçonner entre frères avant de rentrer chez eux en espérant que leur femme ait cuisiné pour eux.

Et c’est pourtant ce concept d’un autre temps qui permit à ceux qui le souhaitaient de se retrouver en loge sans pression extérieure. La nouvelle génération a visiblement d’autres chats à fouetter que de se retrouver à débattre autour de sujets qui peuvent faire « évoluer » les débattant. Le Net n’est-il pas lui aussi l’ennemi de la Franc-maçonnerie, les débats qui s’ouvrent quotidiennement sur la toile n’ont-ils pas remplacé les temples ? Certes, les discussions n’y sont surement pas du même niveau de réflexion, mais elles reflètent la société actuelle. Une société qui va vite, faite de buzz et non de discernement. Le contraire absolu de la Franc-Maçonnerie. À l’heure ou Facebook est devenu la première chaine d’info du monde et sans aucune vérification des sources, on se demande comment la Franc-Maçonnerie peut redorer un blason bien terni et survivre au temps qui passe.

Pour écouter le podcast de Philippe Liénard, c’est par ici : « La Franc-Maçonnerie du 21e siècle ».

Bob Bellanca (rédaction btlv.fr)

Pas encore abonné ?
Rejoindre BTLV

À la Une

MÉDITATION ACTIVE : Du mantra aux malas ou inversement

20 septembre 2020 – Les répétitions des mantras canalisent le mental, détendent le corps et apaisent l’esprit. Les malas sont utilisés comme des guides à la pratique des mantras.

QU’EST-CE QU’UN MALA ?

C’est un collier/chapelet de perles d’ailleurs mala (ou malajapa) est un mot sanskrit qui signifie  “guirlande“. Il fut utilisé par les sages depuis des milliers d’années pour leurs méditations. Les bouddhistes et les pratiquants de yoga l’utilisaient et l’utilisent encore dans leurs pratiques. Égrainer le mala (faire passer les perles une par une dans les doigts) permet de « compter » le nombre de fois que l’on récite un mantra.

Les malas sont composés de 108 perles et d’une perle Gourou. Cette dernière sert de repère après avoir égrainé les 108 perles de comptage.

Il existe aussi des malas avec 18, 27 ou 54 perles pour des séances de méditation plus courtes mais le nombre de perles est toujours proportionnel à 108.

POURQUOI RÉCITER DES MANTRAS ?

En sanskrit, « Man » signifie « penser » et « trana » veut dire « protection ».

Outre l’éventuel aspect protecteur des malas ils peuvent être utilisés pour divers raisons d’accompagnement. D’après Mya (créatrice de malas), réciter des mantras permet une meilleure circulation de l’énergie, peut améliorer l’état émotionnel et peut provoquer un apaisement général.

COMMENT CA MARCHE ?

Les mantras peuvent être des sons, des mots (« Om »…), de courtes prières ou formules qu’on répète à voix haute un certain nombre de fois, car, en Yoga la voix est utilisée comme un moyen de guérison. L’essence du mantra se retrouve dans le son, la vibration. L’énergie du récitant serait transformée de telle sorte que des bienfaits soient observés tant au niveau psychique que physique. Ils existent des mantras dédiés à divers objectifs et chacun peut trouver le sien. De nombreux mantras sont également liés à une divinité, mais cette pratique n’a pas forcément de connotation religieuse.

Pour voir l’émission « Bienvenue en Terre Happy: La Magie des Malas Sacrés avec Mya », c’est par ici:

Thierry Penin (rédaction btlv.fr)

2020-07-29T09:47:31+02:0029 juillet 2020|

Sujets susceptibles de vous intéresser