fbpx

La méditation pleine conscience : une pratique efficace

15 septembre 2020 – Diverses méditations peuvent être pratiquées. La plus simple – même s’il n’est parfois pas si simple de n’être que dans le maintenant – semble être la méditation pleine conscience.

DE LA BIOLOGIE MOLÉCULAIRE A LA MÉDITATION

Fondateur de la méthode MBSR (Mindfulness-Based Stress Reduction), Jon Kabat-Zinn a puisé dans les enseignements bouddhiques pour profiter et faire profiter à ses patients de la  » médiation pleine conscience « . Ce chercheur en biologie moléculaire pratiquait la méditation pour lui-même. En 1979 il établit un protocole pour permettre à ses patients du Centre Hospitalier Universitaire du Massachusetts de réduire leur stress parfois dû à des douleurs chroniques. Au vu des résultats, Jon Kabat-Zinn proposa sa méthode au plus grand nombre.

SE FOCALISER SUR L’INSTANT PRÉSENT (ECKHART TOLLE)

L’objectif semble simple : « Il s’agit de focaliser son attention sur le moment présent sans porter de jugement sur l’expérience en cours ». Au fil de la journée, voire de la nuit, nous avons des milliers de pensées en tête. Nous évaluons, comparons, ou critiquons l’extérieur : comportements des autres, ce qui se passe autour de la planète. Se focaliser sur l’instant présent comme le propose également Eckhart Tolle dans son best-seller  » Le Pouvoir du Moment Présent  » (éditions Ariane) pourrait nous aider à arrêter de ruminer mentalement.

LA PAIX PAR LE RETOUR AU CORPS (LUIS ANSA)

Se baser sur le corps est une technique pour stopper nos discussions internes incessantes comme le préconisait Luis Ansa dont Robert Eymeri relaie aujourd’hui l’enseignement. L’attention portée aux sensations corporelles et à la respiration est une clef pour rester ancré malgré les fluctuations du monde extérieur. Voilà une bonne méthode, simple et pas chère pour stopper les épuisants tours de bicyclette dans la tête. Nous sommes libres d’établir la paix en nous puisque toutes et tous avons naturellement la capacité à être fondamentalement serein en toute circonstance.

Robert Eymeri, psychologue clinicien de formation, a suivi de près les enseignements de Luis Anza. Il a écrit plusieurs ouvrages sur le thème du bonheur grâce au retour au corps dont :  » Luis Anza La Voix du Sentir  » et  » Vivre Dans La Beauté  » (éditions Le Relié).

Thierry Penin (rédaction btlv.fr)

Pas encore abonné ?
Rejoindre BTLV

À la Une

(ESPACE) La sonde Lucy est partie aujourd’hui à la conquête des astéroïdes de Jupiter

16 octobre 2021 – La sonde Lucy de la NASA est partie ce matin depuis Cap Canaveral en Floride. Elle se dirigera vers les astéroïdes troyens de Jupiter, corps célestes gravitant autour du Soleil sur la même orbite que celle de la géante gazeuse.

La sonde Lucy voyagera durant six ans avant d’effectuer la majorité de ses observations entre 2027 et 2033. Son but sera d’étudier les astéroïdes troyens, afin de déterminer leur origine et de confirmer ou invalider le modèle de Nice, expliquant la disparité des corps célestes à l’origine de la formation du système solaire. Les astéroïdes troyens sont des astéroïdes qui se situent à des points stables autour de Jupiter, ils sont situés à plus de 700 millions de kilomètres du soleil et ce sera la première fois qu’ils vont être survolés par une mission spatiale. Une fois arrivée à destination, la sonde pourra commencer à étudier ces objets célestes dont la composition, la densité, la forme permettront par exemple d’en savoir plus sur l’évolution de l’agencement des planètes autour de notre soleil. Les astronomes espèrent que l’étude de ces astéroïdes leur permettra de mieux comprendre la naissance de notre système solaire.

UNE SONDE PORTEUSE D’UN MESSAGE À DESTINATION DE NOS DESCENDANTS

En plus de permettre l’étude des astéroïdes de Jupiter, la sonde Lucy servira aussi de capsule temporelle spatiale à destination de nos descendants.  De fait, elle contiendra des écrits de penseurs majeurs ainsi qu’un schéma de la position exacte des planètes le jour du lancement de Lucy. Le parcours de la sonde a été étudié afin de la rendre facilement accessible pour des descendants disposant d’une technologie largement supérieure. En effet, à la fin de sa mission en 2033  Lucy suivra la même orbite que les astéroïdes troyens autour du soleil ce qui signifie qu’elle pourrait errer dans cette orbite  pour des centaines, des milliers voire des millions d’années. De cette façon, les chercheurs espèrent que la sonde Lucy deviendra une relique archéologique qui pourra être récupérée par des descendants ayant la capacité de voyager jusqu’à Jupiter. Cependant nos descendants auront-ils le temps d’atteindre un tel niveau de technologie avant que l’humanité ne disparaisse est une question que l’on peut se poser.

Pierre-Alexis Lagèze (rédaction btlv.fr)

2020-09-15T10:42:16+02:0015 septembre 2020|

Actus susceptibles de vous intéresser