fbpx

L’Actu, la Rédac & Vous du 25 mai 2018 : Tarot, les morts se réveillent et la face cachée de la Lune

Status:

Errors:

Plus d’infos sur l’émission : diffusion : 18/05/2018 | L’Actu, la Rédac & Vous du 25 mai 2018 : Tarot, les morts se réveillent et la Chine à la conquête de la face cachée de la Lune 
(Version podcast : cliquez ici)

Comme toutes les semaines, nous vous donnons rendez-vous sur btlv.fr pour un tour de table consacré à l’actualité « btlv » de la semaine. Autour de la table : l’équipe de btlv, Enying (hypnothérapeute et abonnée btlv) et Florian Parisse (tarologue). Sujets du jour, le tarot et la santé avec le nouveau livre de Florian Parisse :  » Tarot et Santé « , les morts se réveillent, la Chine à la conquête de la face cachée de la Lune et plein d’autres actualités qui ont marqué l’équipe de btlv.

Pour vous procurer le livre de Florian Parisse cliquez ici

À la Une

(SCIENCE) L’immortalité 2.0 se prépare avec les biotechnologies

24 novembre 2020 – le milliardaire Russe, Dmitry Itskov, a quitté le monde du business pour se consa­crer à recherche de la vie éter­nelle via sa fondation : Initia­tive 2045. Il voudrait pour cela « trans­fé­rer la person­na­lité de quelqu’un dans un corps tota­le­ment diffé­rent ».

Le Projet Avatar d’Initia­tive 2045 doit rassembler les plus brillants scientifiques ainsi que les investisseurs les plus riches.

Le projet s’articule en 3 étapes :

– créa­tion d’un robot anthro­po­morphe pilo­table via une inter­face neuro­nale directe

– trans­plan­ta­tion d’un cerveau humain dans ce robot d’ici 2025

– trans­fert d’une conscience humaine dans un cerveau arti­fi­ciel d’ici 2035

Dmitry Itskov, a écrit aux 1 531 milliar­daires répertoriés par Forbes pour pouvoir en motiver quelques-uns pour son projet dès 2012. Il affirme : « je suis sûr à 100 % d’y arri­ver, sinon je ne me serais pas lancé dans une telle aven­ture ». Il avait écrit : « ce n’est que lorsque nous devons nous sépa­rer de la vie que nous prenons conscience de tout ce que nous n’avons pas fait ; de ce que nous n’avons pas eu assez de temps pour faire ; de ce que nous dési­rions vrai­ment ; ou pour remé­dier à ce que nous avons mal fait » Il précisait : « tout ce que nous avons chéri et aimé devient soudain inac­ces­sible. Aujourd’­hui, vous avez une chance unique de chan­ger la donne. »

COMMENT TRANSFÉRER SON ESPRIT ?

Le scientifique Néer­lan­dais, Randal Koene, travaille à la fondation Ini­tia­tive 2045 sur l’éventuelle possi­bi­lité de télé­char­ger son esprit dans un système informatique. C’est le proces­sus « émula­tion totale du cerveau ». Randal Koene avance que « l’ému­la­tion totale du cerveau est l’abou­tis­se­ment natu­rel d’une neuro­pro­thèse de plus en plus précise ». Il ajoute : « c’est aussi la voie scien­ti­fique et tech­no­lo­gique d’un proces­sus d’auto-évolu­tion cogni­tive qui a été discuté dans les milieux de la philo­so­phie et de la science-fiction. »

En revanche, ce proces­sus est discuté depuis 1929, l’année où a été publié The World, the Flesh, the Devil : An Enquiry into the Future of the Three Enemies of the Ratio­nal Soul (Le Monde, la chair et le diable : une enquête sur le futur des trois enne­mis de l’âme ration­nelle). John Desmond Bernal (physi­cien britan­nique) y écri­vait : « la conscience elle-même peut se termi­ner ou dispa­raître dans une huma­nité complè­te­ment éthé­rée, se sépa­rant de l’or­ga­nisme qui lui est étroi­te­ment lié, deve­nant des masses d’atomes dans l’es­pace qui commu­niquent par rayon­ne­ment, et peut-être fina­le­ment se dissoudre entiè­re­ment dans la lumière ». Il aura fallu attendre 70 ans après cet ouvrage pour que des rapports sur l’ému­la­tion totale du cerveau soient rédigés.

DÉFIS TECHNOLOGIQUES, QUESTIONS PHILOSOPHIQUES

Anders Sand­berg (neuros­cien­ti­fique) et Nick Bostrom (philo­sophe), font des recherches à l’uni­ver­sité de Stock­holm. Ils pensent que « le problème n’est pas de savoir s’il existe des systèmes physiques capables d’ef­fec­tuer les calculs effec­tués par les cerveaux, puisque de tels systèmes existent déjà : les cerveaux eux-mêmes ». D’après eux, « le problème est plutôt de savoir si le maté­riel capable de repro­duire ce système peut être construit par le génie humain dans un avenir proche, à un coût suffi­sam­ment bas pour rendre l’ému­la­tion totale du cerveau possible. » Anders Sand­berg pose aussi le problème des « corps desti­na­taires : « je peux faci­le­ment imagi­ner la manière dont un ordi­na­teur exécu­tant le logi­ciel céré­bral pour­rait contrô­ler un corps biolo­gique ; en revanche j’ai beau­coup plus de mal à imagi­ner comment télé­char­ger un réseau céré­bral dans un cerveau rece­veur ». Il continue : « d’une certaine manière, nous devons réor­ga­ni­ser toutes les connexions pour corres­pondre à la personne télé­char­gée. C’est une chose extrê­me­ment déli­cate, même avec une nano­tech­no­lo­gie mature, puisque de nombreux neurones s’étendent sur la majeure partie du cerveau et devraient être réache­mi­nés. C’est la partie que je trouve abso­lu­ment irréa­liste. »

Randal Koene pense que « le plus grand défi est d’ac­cé­der aux données perti­nentes du cerveau ». Car « le télé­char­ge­ment d’un esprit implique l’en­re­gis­tre­ment de suffi­sam­ment de données sur le cerveau d’une personne pour répliquer mathé­ma­tique­ment ses fonc­tions cogni­tives, puis implé­men­ter ces fonc­tions mathé­ma­tiques dans un autre dispo­si­tif qui produira le même esprit lorsqu’il est activé ».

 Des ques­tions se posent malgré tout, dont celle de l’identité. Anders Sand­berg propose les remarques de Derek Parfit, philosophe Brintannique. Ce dernier avait étudié la question dans les cas de télé­por­ta­tion de la série Star Trek. Voici des extraits de son livre : « Des raisons et des personnes » , « Il n’y a pas de vérité dans le fait de savoir qui est la “vraie” conti­nua­tion de la personne origi­nelle, ce qui importe le plus, c’est la connec­ti­vité psycho­lo­gique. » Certaines personnes auraient plutôt tendance à dire que ce n’est pas la survie d’un indi­vi­du qui est importante mais plutôt la continuité de l’es­pèce humaine. En effet, l’intelligence artificielle pouvant prendre de plus en plus de place, qu’allons-nous devenir sur cette planète qui devient de plus en plus électronique ?

LE MARCHÉ DE L’IMMORTALITÉ EN PLEIN BOOM

D’après un article de CNBC en mai 2019, la BofA (Bank of America) avait estimé que le secteur « prolon­ga­tion de la durée de vie et de l’immor­ta­lité pourrait, d’ici 2025, valoir 600 milliards de dollars. D’après les analystes Felix Tran et Haim Israel, des entre­prises de séquençage du génome (Illu­mina), de biotech­no­lo­gies (Novar­tis) et la maison-mère de Google (Alpha­bet) vont amélio­rer la vie et la prolonger au-delà des 100 ans. D’après eux, dès 2025, l’étude du génome humain pourrait offrir des avan­cées poten­tiel­le­ment révo­lu­tion­naires en matière de préven­tion et de trai­te­ment des mala­dies. Ce secteur pourrait repré­sen­ter une indus­trie de 41 milliards de dollars.

Sur les 600 milliards de dollars, 504 milliards devraient être consacrés à l’im­mor­ta­lité. Ce ne serait qu’un début car Felix Tran et Haim Israel envisageaient que les connais­sances médi­cales devraient doubler tous les 73 jours à partir de 2020 contre tous les 3,5 ans en 2010.

Thierry Penin (rédaction btlv.fr)

2020-06-21T16:28:21+02:0025 mai 2018|

Actus susceptibles de vous intéresser