17 janvier 2022 – Les scientifiques retrouvent souvent des fossiles et des anciens vestiges, ces découvertes nous permettent de remonter la piste de nos ancêtres. À ce propos une tombe vieille de 4 500 ans a été découverte en Syrie. À l’intérieur se cachaient des ânes hybrides.

Il s’agirait d’ânes domestiques croisés avec des ânes sauvages. Les syriens auraient donc créé une nouvelle race hybride. Les anciennes civilisation à l’âge du bronze se servaient de ces animaux afin de transporter des marchandises. En revanche les ânes sauvages n’étaient pas utilisés. Ils étaient qualifiés comme trop sauvages et agressifs…

Mais après plusieurs observations, les habitants de la région ont remarqué une reproduction de ces animaux. Ils en ont donc conclu qu’un mixe des deux pourraient offrir une race hybride équilibrée et très intéressante. Elle pourrait ainsi permettre de tirer des véhicules royaux et des wagons de guerre. Grâce à de nombreuses autres recherches sur des tablettes d’argile, l’hybride appelé Kunga était revendu six fois plus cher.

Cette découverte révèle, la première race hybride créée et exploitée par l’homme.

Âne hybdride 4500 ans

Squelettes d’équidé retrouvés en Syrie dans le site archéologique de Tel Umm el-Marra © Glenn Schwartz/Université John Hopkins

DES ÂNES HYBRIDES IDENTIFIÉS

En 2006, 25 animaux sont retrouvés dans un complexe funéraire royal vieux de 4500 ans appelé Tell Umm el-Marra dans le nord de la Syrie. À ce moment-là, les scientifiques se réjouissent de cette découverte mais ils restent malgré tout perplexes. Ce qui est découvert ressemble étrangement à des chevaux mais les proportions ne sont pas du tout les mêmes.

DES TESTS ADN RÉALISÉS SUR DES ÂNES HYBRIDES

Des tests ADN sur des os sont effectués et comparés avec des espèces de chevaux retrouvées de la région. L’ADN de l’âne sauvage est séquencé à l’aide de spécimens, de dents et de cheveux du 19e siècle conservés dans un zoo autrichien ainsi qu’un os vieux de 11 000 ans déterré en Turquie. Le résultat est inattendu pour les scientifiques. Les animaux découverts étaient des hybrides de l’âne domestique et sauvage.

Aujourd’hui cette race n’existe plus. Ce sont les chevaux qui ont pris le relais 500 ans plus tard, lorsque les anciennes civilisations syriennes se sont aperçues que les canassons pouvaient répondre à leur demande sans demander trop d’efforts.

Valentin Rican (rédaction btlv.fr)

Pas encore abonné ?
Rejoindre BTLV