Découvrez gratuitement le média N°1 sur le mystère et l'inexpliqué (Replay/Podcast/rédactionnel)

+4000H d'émissions pour donner du sens à sa vie
Je découvre maintenant

12 avril 2019 — Le mystère du manuscrit de Voynich en passe d’être résolu grâce à une série d’algorithmes et du service de Google Traduction.

Le manuscrit de Voynich est un codex du XVsiècle. Composé 240 pages, il est accompagné de dessins de plantes, de nus et d’observations astronomiques. À ce jour, il est considéré comme le plus important cryptogramme non résolu. Toutes sortes d’hypothèses ont été émises quant à la langue d’origine du texte : latin, italien, arabe coranique, moldave, thaï, pinyin.Deux informaticiens seraient parvenus à déchiffrer la langue inconnue de ce manuscrit datant du XVe siècle.Pourtant depuis sa découverte au XXe siècle de nombreux linguistes et historiens s’étaient cassé les dents sur la traduction de ce texte.

Finalement, c’est peut-être avec l’aide d’une intelligence artificielle(IA) que Greg Kondrak et Bradley Hauer, tous les deux chercheurs en informatique et spécialistes en traitement du langage naturel de l’université de l’Alberta (Canada), ont créé une série d’algorithmes grâce auquel ils ont pu analyser cet alphabet inconnu et identifier la langue utilisée.

DÉCLARATION UNIVERSELLE DES DROITS DE L’HOMME

C’est en utilisant des parties du texte de la Déclaration universelle des droits de l’homme dans 380 langues différentes, que les chercheurs ont mouliné dans des algorithmes, que le logiciel a conclu que le manuscrit de Voynich avait été rédigé en hébreu. Pour ce faire, ils sont partis de l’hypothèse de base que le cryptage reposait sur des alphagrammes, technique qui consiste à réorganiser les lettres d’un mot dans l’ordre alphabétique pour former des anagrammes. Ils ont alors conçu un algorithme capable de déchiffrer les mots.

LE MYSTÈRE PAS COMPLÈTEMENT DÉVOILÉ

Le mystère du manuscrit de Voynich n’est pas totalement résolu. C’est probablement de l’hébreu avec les lettres réarrangées pour suivre un ordre fixe. L’étude a révélé plusieurs mots pris individuellement signifiant « fermier », « air », « lumière », « feu ». Les auteurs estiment que cela conforte l’hypothèse déjà émise plusieurs fois que le manuscrit de Voynich serait en fait un guide botanique.

François Deymier (btlv.fr/source Transactions of the Association for Computational Linguistics)