Découvrez BTLV, le média N°1 sur le mystère et l'inexpliqué (Replay/Podcast/rédactionnel)

Pour accéder à toutes nos interviews audio et vidéo
Rejoindre BTLV

19 mai 2020 — la planète rouge n’a pas fini de nous étonner. Une équipe de recherche internationale impliquant Susan Conway, chercheuse du CNRS au Laboratoire de planétologie et géodynamique (CNRS/Université de Nantes/Université Angers) nous apprend que Mars porte les stigmates d’un potentiel « volcanisme sédimentaire » passé. Un phénomène qui a pour conséquence l’éruption de boue depuis son sous-sol. Avec des conditions très différentes de celles que l’on connaît sur terre, une pression atmosphérique 150 fois plus faible que la nôtre, et des températures très souvent négatives l’équipe a du reproduire en chambre basse celles de la planète Mars. L’étude montre que la boue se comporte de manière semblable à celle des coulées de laves terrestres en formant de nombreux plis, appelées pahoehoe. Pour les chercheurs, sur Mars, la surface extérieure de la bouegèle à l’air libre, alors que la boue liquide interne se déverse à partir de ruptures dans cette croûte gelée pour se recongeler et former un nouveau lobe d’écoulement. Des résultats publiés le 18 mai dernier dans Nature Geoscience qui suggèrent que le volcanisme sédimentaire peut se manifester sur Mars et incite les scientifiques à revoir toutes les structures géologiques martiennes pouvant avoir été formées par ce phénomène.

Bob Bellanca (source Nature)