fbpx

MARS : des souris « bodybuildées » ouvrent la route pour des voyages interstellaires

11 septembre 2020 — Les voyages interplanétaires sont déjà compliqués pour la Lune. Alors que l’on envisage depuis longtemps d’aller sur Mars, les difficultés s’accumulent et surtout le danger que cela représente pour les astronautes.

L’un des principaux problèmes, c’est la perte de masse musculaire lorsque l’activité physique est diminuée. Pour remédier à cette déficience physique, des chercheurs ont décidé de modifier génétiquement des souris à bord de la Station spatiale internationale. Des souris  « super gonflées » comme des bodybuilders ont été envoyées dans l’ISS.À l’issue de leur séjour, les souris mutantes sont revenues avec une masse musculaire identique.

DES APPLICATIONS POSSIBLES POUR LES TERRIENS

Les résultats de cette expérience ont encouragé les scientifiques à poursuivre leurs recherches, et cela permettrait aux astronautes de voyager vers Mars sans avoir de perte musculaire et osseuse.

Cela permettrait également de soulager les personnes alitées sur une longue période, ou qui ont besoin de se déplacer en fauteuils roulants.

Ces résultats ont été publiés dans le Proceedings of the National Academy of Sciences, sous la houlette du Dr Se-Jin Lee du Jackson Laboratory dans le Connecticut. Avec son équipe, ils ont envoyé 40 jeunes souris noires femelles à bord de l’ISS en décembre. 24 souris non traitées ont perdu à leur retour 18 % de leur masse musculaire et osseuse.

Les souris mutantes qui sont revenues sur Terre avaient une masse musculaire identique à celle restée sur le plancher des vaches.

UN MÉDICAMENT À BASE DE DEUX PROTÉINES

Le traitement consiste à bloquer une paire de protéines limitant généralement la masse musculaire.

Pour le moment, les scientifiques estiment qu’ils sont sur le bon chemin, mais ils sont encore loin du traitement qui pourrait être appliqué aux futurs astronautes.

Passer de la souris à l’homme va provoquer de nombreuses questions éthiques et philosophes. Des astronautes vont-ils accepter de s’installer sur Mars avec un corps génétiquement modifié ?

François Deymier (rédaction btlv.fr)

Pas encore abonné ?
Rejoindre BTLV

À la Une

ARABIE SAOUDITE : On a découvert des traces de pas appartenant à des Homo sapiens

19 septembre 2020 – Les traces de pas de sept individus vieilles de 120 000 ans ont été découvertes imprimées dans le sol près d’un ancien lac en Arabie Saoudite. Ces derniers ont été identifiés comme Homo Sapiens.

Le Max Planck Institut, à travers le Dr Michael Petraglia et son équipe, a identifié des empreintes de pas humains découverts à proximité d’un ancien lac au nord de l’Arabie Saoudite. Ces dernières auraient appartenu à sept de nos ancêtres, les Homo Sapiens, qui ont pu les faire lors d’un transit entre l’Afrique et l’Eurasie.

400 EMPREINTES AU MINIMUM

Il pourrait s’agir d’une route de transit intérieure au continent entre l’Afrique et l’Eurasie, même si la majorité de ces routes ont été répertoriées entre la Grèce et le Japon. Ces empreintes sont les traces de vie les plus anciennes jamais retrouvées dans la région.

Sept individus qui se déplacent, ça fait beaucoup de traces de pas : plus de 400 pour être exacte. Celles-ci ont été retrouvées suite à l’érosion de la couche sédimentaire autour d’un ancien lac au nord du pays, dans le désert de Nefud. Elles ont entre 121 000 et 112 000 ans. Autour de celles-ci, beaucoup d’empreintes d’animaux sauvages ont pu être également retrouvées.

Margaux Naudin (rédaction btlv.fr)

2020-09-11T11:51:22+02:0011 septembre 2020|

Sujets susceptibles de vous intéresser