Découvrez BTLV, le média N°1 sur le mystère et l'inexpliqué (Replay/Podcast/rédactionnel)

+4000H d'émissions pour donner du sens à sa vie
Je rejoins BTLV

7 mai 2020 — Malgré le Covid-19, la NASA a prévu de faire décoller sa mission Mars 2020 cet été. L’objectif étant la découverte de la vie, l’agence spatiale américaine teste actuellement, en Australie, tous les instruments du rover Persévérance. La NASA qui annonce des résultats encourageants. Une fois sur la planète rouge, le rover aura pour objectif de chercher des traces de vie microbienne « passée » ou et c’est moins certain « présente ». Une mission complexe pour laquelle le rover devra compter sur des instruments qu’il est était indispensable de tester dans des conditions réelles. Une obligation qui a contraint la Nasa de déployer trois copies du rover dans le sud de l’Australie.

Si l’Australie n’est pas Mars, comme l’explique l’astrobiologiste Bonne Teece de l’Université de Nouvelle-Galles du Sud« Les Flinders Ranges sont un site parfait, car c’est une zone sèche, poussiéreuse, venteuse et en même temps très stérile. C’est donc un très bon analogue pour chercher la vie sur Mars ».

LA VIE DANS L’UNIVERS

Une mission qui nous ramène à tenter de décrypter le double discours des USA. D’un côté, l’US Navy et le Pentagone attestent et valident le phénomène Ovni suite aux vidéos enregistrées par les F18 Américains et leurs pilotes et de l’autre, la Nasa en est toujours à rechercher la vie microbienne ou bactériologique dans l’univers. Pourquoi l’armée et les chercheurs de la Nasa ne sont-il pas sur la même longueur d’onde ? À cette question, on se souvient des réponses données par les scientifiques dans le documentaire 51 Ifly de Florent Tixier disponible ici :

Chacun a son domaine de compétences et pour certains chercheurs il est inenvisageable de penser que des entités exogènes puissent nous visiter tant qu’on n’a pas découvert de la vie sous la forme la plus simpliste ailleurs que sur notre planète. Et c’est bien ici tout le problème du phénomène Ovni. Des témoins aussi crédibles que des pilotes ou des radaristes de porte-avions ne peuvent pas attester de la réalité des Ovnis sans que les chercheurs de la NASA  s’y intéressent. Dans ce dossier brûlant et parfois honteux des objets volants non identifiés, la vitesse de recherche n’est pas la même pour tout le monde et c’est bien dommage, car au vu des milliards d’étoiles et de planètes semblables à la nôtre, il est fort probable que la vie s’y soit développée. Reste à savoir sous quelle forme. Pour cela, il serait bon que le monde du civil et militaire s’accordent sur un protocole qui pourrait nous faire avancer.

Bob Bellanca  (source NASA)