Découvrez BTLV, le média N°1 sur le mystère et l'inexpliqué (Replay/Podcast/rédactionnel)

Pour accéder à toutes nos interviews audio et vidéo
Rejoindre BTLV

30 juillet — Les mystères du coma n’ont toujours pas été percés, même si la médecine et les études ont beaucoup progressé. D’après les scientifiques, environ 40 % des patients dans le coma, en réalité, pourraient être conscients. Mais commen,t après de graves lésions du cerveau, les gens reviennent-ils à la vie?

Vois trois histoires surprenantes de sortie de coma.

GOOD BYE, LENIN !

C’est l’histoire d’un cheminot polonais qui tombe dans le coma après un choc violent contre un wagon en 1988. Jan Grzebskia repris conscience 19 ans plus tard, mais son pays avait changé complètement. Pourtant les médecins ne lui avaient accordé que deux ou trois années de vie.Il avait développé une tumeur au cerveau.

Quand il s’est réveillé en 2007, son pays n’était plus communiste : « Quand je suis tombé dans le coma, il n’y avait que du thé et du vinaigre dans les magasins, la viande était rationnée et partout il y avait de longues files pour obtenir du combustible », a dit Grzebski en racontant ce dont il se souvenait du système économique communiste. « Maintenant, je vois des gens dans la rue avec des téléphones portables et il y a tant de marchandises dans les boutiques que cela me donne mal au cœur ».

LA LANGUE ALLEMANDE EN 24 HEURES

Une adolescente croate, Sandra Ralic, 13 ans, est sortie du coma qui avait duré 24 heures. À son réveil elle parlait couramment allemand, alors que sa langue d’origine était le croate. Ses parents ont expliqué qu’elle avait à peine commencé à étudier l’allemand à l’école avant son accident. Le chef de l’hôpital où elle est soignée a expliqué : « Nous essayons toujours de trouver ce qui a bien pu causer ce coma profond et pourquoi elle parle désormais aussi bien cette autre langue. »

FOREVER YOUNG

En 2011, une Britannique a passé dix jours dans le coma à la suite d’une rupture d’anévrisme.

À son réveil, cette mère de famille, qui avait alors 32 ans, était convaincue d’être en 1998 et croyait avoir 19 ans. Elle n’a pas reconnu son mari, ni ses trois enfants. Quatorze années de sa vie venaient d’être tout simplement effacées. Elle a passé par la suite des mois à visionner des vidéos et à examiner les photos de famille, pour finalement retrouver la quasi-totalité de sa mémoire.

François Deymier (rédaction btlv.fr)