Découvrez BTLV, le média N°1 sur le mystère et l'inexpliqué (Replay/Podcast/rédactionnel)

Pour accéder à toutes nos interviews audio et vidéo
Rejoindre BTLV

15 juillet — C’est lors de fouille sous le bâtiment du Nacional Monte de Piedad, au milieu de la place centrale de Mexico, que l’on a découvert des sols en dalles de basalte correspondant à un espace ouvert dans le palais d’Axayácatl, le « tlatoani ».

Il s’agissait des vestiges d’un ancien palais aztèque qui fut la demeure du conquistador espagnol Hernan Cortes, un bâtiment emblématique du centre de Mexico.

Cette découverte a été réalisée durant les travaux de renforcement du bâtiment du Monte de Piedad, vieux de trois siècles.

Dans une salle adjacente à la zone des travaux, les archéologues Raúl Barrera et José María García ont effectué des fouilles intensives, mettant au jour les restes d’une pièce de cinq mètres sur quatre, faite de pierres de taille et de tezontle, une sorte de pierre volcanique rouge.

« Des analyses ultérieures nous ont permis de conclure que c’était la maison d’Hernan Cortes, après la chute de Mexico-Tenochtitlan en 1521 », a déclaré dans un communiqué l’Institut National d’Anthropologie et d’Histoire (INAH).

Sous la maison de Cortes, à plus de trois mètres de profondeur, ont été trouvés les restes d’un autre étage de dalles de basalte, mais de l’époque préhispanique.

Les experts soutiennent que « cela faisait partie d’un espace ouvert de l’ancien palais d’Axayácatl, probablement un patio », a ajouté l’INAH.

Barrera et García soulignent que ces vestiges du début de la vice-royauté correspondent à des matériaux réutilisés du palais d’Axayácatl qui, comme d’autres bâtiments de l’enceinte sacrée de Tenochtitlan, ont été détruits par les Espagnols et leurs alliés indigènes.

Ces sols préhispaniques « étaient les mêmes que ceux que les envahisseurs espagnols et leurs alliés ont parcourus lorsqu’ils sont arrivés à Tenochtitlan le 8 novembre 1519 », note Barrera.

François Deymier (rédaction btlv.fr/source ‘Institut National d’Anthropologie et d’Histoire)