fbpx

MEXIQUE : l’ouvrier du bâtiment avait déterré un trésor des conquistadors

11 janvier 2020 — Une barre d’or découverte par un ouvrier du bâtiment non loin du centre de Mexico en 1981 faisait partie du butin de guerre accumulé en 1520 par les conquistadors espagnols d’Hernan Cortés, selon une étude publiée vendredi.

L’origine de cette barre en or, découverte par hasard lors des travaux de fondation d’un bâtiment, était restée mystérieuse depuis près de quarante ans.

Mais des analyses aux rayon X ont permis de déterminer que cette pièce correspondait à l’époque et aux caractéristiques de l’or que les Espagnols avaient dérobé aux Aztèques, a précisé l’Institut national d’anthropologie et d’histoire.

Le 30 juin 1520, Cortés et ses compagnons d’armes prennent la fuite depuis la petite île, aujourd’hui disparue, qui abritait Tenochtitlán, capitale de l’empire aztèque, emportant avec eux le trésor de l’empereur Moctezuma.

« Ce lingot est une pièce clé dans le puzzle de cet événement historique, car il coïncide avec le récit que (le conquistador espagnol) Bernal Díaz del Castillo a fait concernant les lingots obtenus après la fonte de l’or de Moctezuma », a assuré l’institut.

Dans leur fuite à cheval, sous la pression des Aztèques, les Espagnols ont en effet perdu cet or le long d’une route au nord de la capitale aztèque.

Cette barre en or, d’un poids de près de 2 kg, avait été retrouvée le 13 mars 1981, précisément sur l’emplacement de cette route.

Les Espagnols, alliés à d’autres peuples indigènes hostiles aux Aztèques, ont finalement vaincu les Aztèques et Tenochtitlán tomba entre leurs mains le 15 août 1521.

Mais le trésor de Moctezuma n’a jamais été récupéré.

Rédaction btlv.fr (source AFP)

Pas encore abonné ?
Rejoindre BTLV

À la Une

STATION SPATIALE : encore une manœuvre pour éviter une collision avec un débris

23 septembre 2020 — Manœuvre délicate pour la Station spatiale internationale (ISS) afin d’éviter une possible collision avec un astéroïde.

On le sait depuis le début de la conquête spatiale, il y a des milliers de débris qui tournent autour de la terre et qui sont régulièrement répertoriés par la NASA et surveillés par une unité militaire

Cette année, il s’agissait de la troisième manœuvre de ce type, cela concernait une ancienne fusée japonaise.

De son côté, la NASA réclame des moyens supplémentaires pour surveiller des débris qui deviennent de plus en plus dangereux pour l’ISS.

Cette fois, le débris serait passé très près à 1,39 kilomètre de l’ISS, selon la NASA, mais il a été décidé d’élever l’orbite de la station par précaution. C’est une capsule cargo russe (Progress), amarrée à la station, qui a poussé l’ISS un peu plus haut en allumant ses propulseurs, pendant 2 minutes et demie, l’opération étant contrôlée en coopération entre les salles de contrôle russe et américaine.

DES ASTRONAUTES RÉFUGIÉS DANS LA CAPSULE SOYOUZ

Selon l’astronome Jonathan McDowell, l’objet menaçant était un débris provenant d’un étage d’une fusée japonaise lancée en 2018, et qui s’est désintégrée en 77 morceaux en février 2019.

Les membres d’équipage, deux Russes et un Américain, ont dû temporairement se placer dans la partie russe de l’ISS, afin de pouvoir évacuer en urgence avec la capsule Soyouz en cas de danger, ce qui n’a finalement pas été nécessaire (dans un premier communiqué, la NASA avait indiqué que les astronautes entreraient dans le vaisseau).

L’ISS était à environ 421 km au-dessus des océans avant l’opération, et à 435 km après. Elle file à environ 27 500 km/h: à cette vitesse, même un petit objet peut gravement endommager voire détruire un panneau solaire ou un autre élément.

François Deymier (rédaction btlv.fr)

2020-06-21T17:48:22+02:0011 janvier 2020|

Sujets susceptibles de vous intéresser