fbpx

(Mexique) Une ancienne grotte maya révèle de mystérieuses empreintes de mains peintes en rouge et noire

6 mai 2021 — Les scientifiques ont trouvé plus de 100 empreintes de mains noires et rouges sur les murs d’une grotte au Mexique. Les archéologues pensent qu’elles ont peut-être été créées lors d’un ancien rituel maya.

Au total, 137 gravures ont été trouvées , dont la plupart ont été réalisées par des enfants il y a environ 1 200 ans. Selon un archéologue qui a exploré et étudié la grotte, elles seraient associées à un rituel de passage à l’âge adulte des anciens Mayas.

Cette théorie est également étayée par l’emplacement de la grotte où les empreintes ont été trouvées. Elle est située dans le nord de la péninsule du Yucatan et à seulement 10 mètres de l’arbre Ceiba, considéré comme sacré dans les croyances mayas. Cet arbre produit une fibre végétale imputrescible, nommée kapok.Il était un arbre très sacré pour les Mayas car il symbolisait l’axe du monde, l’axis mundi.

L’archéologue Sergio Grosjean soutient que les empreintes de mains ont probablement été faites par des enfants alors qu’ils entraient dans la puberté, en raison d’une analyse de leur taille, les couleurs fournissant un indice sur leur signification.

« Ils ont imprimé leurs mains sur les murs en noir … ce qui symbolisait la mort, mais cela ne voulait pas dire qu’ils allaient être tués, mais plutôt la mort d’un point de vue rituel », a-t-il dit.

« Par la suite, ces enfants ont imprimé leurs mains en rouge, ce qui faisait référence à la guerre ou à la vie », a-t-il ajouté.

D’autres artefacts mayas trouvés dans la grotte comprennent un visage sculpté et six sculptures en relief peintes, qui datent de 800 à 1000 après J.C., une époque où une grave sécheresse a frappé la région et a peut-être contribué à l’abandon soudain des grandes villes par les Mayas.

Alors que les premières colonies mayas remontent à près de 4000 ans, il y avait encore de grands centres lorsque les conquérants espagnols sont arrivés au début des années 1500.

Plusieurs millions de Mayas continuent de vivre dans des communautés dispersées dans les États du sud-est du Mexique comme le Chiapas et Campeche, en plus du Guatemala et du Belize.

François Deymier (rédaction btlv.fr)

Pas encore abonné ?
Rejoindre BTLV

À la Une

(CIVILISATION) Des peuples anciens vivaient sur le site du « Stonehenge » lieux de sacrifices humains violents

15 juin 2021 — Le « Stonehenge » d’Allemagne, un site ancien connu pour son utilisation rituelle et ses enterrements humains horribles, servait également un autre objectif : certaines personnes l’appelaient leur chez-soi, selon les archéologues qui y ont récemment trouvé des preuves d’habitations résidentielles.

Les archéologues ont mis au jour les restes de deux maisons, ainsi que 20 fossés et deux sépultures humaines lors de fouilles qui ont commencé en mai, a rapporté Heritage Daily . Encouragés, ils ont continué à creuser et ont trouvé d’autres maisons, portant le total à 130 habitations découvertes sur le site.

Les fouilles sont en cours, mais les chercheurs espèrent que ces découvertes et d’autres feront la lumière sur la relation entre l’espace rituel et l’aspect résidentiel du site, selon Heritage Daily.

Les chercheurs connaissent Stonehenge au Royaume-Uni depuis des siècles, mais les archéologues n’ont pris connaissance du henge allemand – un monument préhistorique circulaire construit avec des marqueurs en bois ou en pierre – qu’en 1991, lorsque des personnes survolant le site en avion l’ont remarqué.

Le henge allemand est situé près du village de Pömmelte, à environ 85 miles (136 kilomètres) au sud-ouest de Berlin, ce qui lui a valu le nom de Ringheiligtum Pömmelte, qui signifie en allemand « Ring Sanctuary of Pömmelte ». Les poteaux en bois du sanctuaire étaient autrefois disposés en plusieurs cercles concentriques, le plus grand mesurant environ 115 mètres (380 pieds) de diamètre, a précédemment rapporté Live Science . Cela signifie que Ringheiligtum Pömmelte était légèrement plus grand que Stonehenge au Royaume-Uni, qui s’étend sur un peu plus de 100 m de diamètre, selon English Heritage , une organisation caritative qui aide à protéger des centaines de sites historiques en Angleterre.

Alors que Stonehenge au Royaume-Uni détient d’anciennes sépultures incinérées , les archéologues ont trouvé des sépultures plus macabres sur le site allemand, y compris des sépultures contenant les os brisés d’enfants, d’adolescents et de femmes, qui peuvent avoir été brutalement tués dans le cadre de rituels de sacrifice humain, selon une étude publiée en 2018 dans la revue Antiquity . Les excavatrices ont également précédemment trouvé des haches, des récipients à boire, des ossements d’animaux abattus et des moulins à pierre connus sous le nom de querns enterrés sur le site allemand, selon l’étude de l’Antiquité.

Cependant, la nouvelle découverte est la première instance d’une zone résidentielle sur le site, qui date de la fin de la période néolithique (fin de l’âge de pierre) au début de l’âge du bronze, ou d’environ 2300 avant JC jusqu’en 2050 avant JC, quand elle a été détruite.

Les archéologues prévoient de poursuivre les fouilles à Ringheiligtum Pömmelte en octobre 2021, a rapporté Heritage Daily. D’après ce qu’ils savent à ce jour, les archéologues pensent que Ringheiligtum Pömmelte a accueilli des célébrations d’événements astronomiques, tels que les solstices et les équinoxes , et a servi de centre pour les enterrements et les rituels. Maintenant, il semble que c’était aussi une ferme pour les anciens habitants.

Bob Bellanca (rédaction btlv.fr)

2021-05-06T15:48:49+02:006 mai 2021|

Actus susceptibles de vous intéresser