fbpx

MONTAIGNE : Les archéologues sont de retour dans le tombeau présumé du philosophe

12 septembre 2020 – On vous en avait déjà parlé sur btlv.fr : des archéologues pensent avoir découvert la tombe perdue du philosophe français Michel de Montaigne. Mais pour cause de Covid, les fouilles dans le tombeau présumé avaient été stoppées. Aujourd’hui, les archéologues sont de retour sur le terrain.

Aujourd’hui, enfin lundi. Le site de fouilles, qui se situe dans le sous-sol du musée d’Aquitaine de Bordeaux, sera réinvesti de son fourmillement d’experts en début de semaine. Le but : déterminer que les os retrouvés sont bien ceux de Michel de Montaigne.

LES AFFAIRES REPRENNENT

Hélène Réveillas, une archéologue rattachée au Centre d’Archéologie Préventive de Bordeaux, confiait à l’AFP que l’investigation, qui était à l’arrêt complet, allait reprendre exactement là où elle avait été laissée. Et rappelons qu’elle n’avait pas été laissée n’importe où ! En effet, les archéologues s’apprêtent à ouvrir un cercueil en plomb trouvé dans le sous-sol du musée. Et ils ont la sensation qu’il pourrait bien s’agir de celui de Montaigne.

Celui-ci avait été repéré en parfait état de conservation, au sein d’un petit édifice sans prétention, par Laurent Védrine, le conservateur du musée en 2018. On avait alors, en 2019, identifié un cercueil en chêne avant de trouver celui de plomb que l’on s’apprête à ouvrir. Les experts rappellent que les cercueils de plomb permettaient à l’époque une meilleure conservation du corps. S’il s’agissait effectivement du corps de Montaigne, on aurait alors la chance d’avoir un squelette dans un état de conservation quasiment parfait.

Margaux Naudin (rédaction btlv.fr)

Pas encore abonné ?
Rejoindre BTLV

À la Une

CHINE : Découverte de deux petits dinosaures « endormis » d’une espèce inconnue

20 septembre 2020 – Deux petits dinosaures ont été découverts dans la province de Liaoning en Chine par des paléontologues. Ces derniers n’appartiennent à aucune espèce connue à ce jour et auraient été enterrés dans leur sommeil.

C’est une éruption volcanique qui aurait piégé ces deux dinosaures de petite taille dans leur terrier, les enterrant vivants, à l’image des habitants de Pompéi plusieurs siècles plus tard.

ESPÈCE NON RÉPERTORIÉE

Ces deux dinosaures font 1,10 mètre de long chacun et ne sont assimilables à aucune espèce connue des paléontologues jusqu’à aujourd’hui. Leurs fossiles ont été découverts par des agriculteurs de la région de Liaoning qui était déjà connue pour ses nombreux fossiles de dinosaures en parfait état.

Ils étaient munis de pattes arrière qui leur permettaient de se déplacer « debout » et même de courir, de même qu’une longue queue qui les stabilisait. À l’analyse de leur morphologie, il est apparu qu’ils pouvaient également creuser des terriers. C’est d’ailleurs dans l’un de ces terriers qu’ils ont été découverts.

Puisque l’espèce était inconnue, il a bien fallu la nommer. C’est ainsi que ces deux dinosaures sont devenus les deux premiers représentants de l’espèce des Changmiania liaoningensis, ce qui signifie « dormeur éternel du Liaoning ». Il semblerait à première vue que ces dinosaures aient été des ornithopodes précoces de la branche des ornithischiens qui vivaient il y a 65 à 200 millions d’années.

Margaux Naudin (rédaction btlv.fr)

2020-09-11T17:27:15+02:0012 septembre 2020|

Sujets susceptibles de vous intéresser