fbpx

(MYSTÈRE) Cette météorite photographiée dans une école australienne intrigue la NASA

5 février 2021 – Lundi dernier, une école du centre de l’Australie a attiré l’attention du monde entier, y celle compris des scientifiques de la NASA ; grâce aux clichés d’une météorite tombée qui serait dans la cour de récréation de la « Malanda State School » dans le Queensland, en Australie.

Les photos sont devenues virales sur les réseaux sociaux et ont rapidement suscité l’intérêt des internautes et des chercheurs.

UN EXERCICE POUR L’ÉCOLE

Les images montrent une zone délimitée, avec la police et les véhicules en arrière-plan. « Nous avons eu toutes sortes d’enquêtes du monde entier, y compris la NASA, qui nous a demandé d’envoyer un rapport au Kennedy Space Center », a déclaré le directeur de l’établissement Mark Allen.

Photo de l’exercice réalisé par les élèves

Mais, toute cette mise en scène était, en réalité, un travail réalisé par les élèves de l’école.

Ces derniers ont été chargés de préparer un faux rapport, sur un possible accident de météorite. Pour cela, ils ont interrogé des témoins et des professionnels des services d’urgence, qui ont accepté jouer le jeu.

Des policiers locaux ont également participé à la mise en scène avec les élèves. Daniel Moss, qui faisait partie des participants, a déclaré « les habitants de la ville ne s’attendaient pas à ce que le projet de l’école devienne si viral ». « La police locale a adore être à l’école et avec les enfants, afin de rendre l’expérience plus réaliste ».

Le directeur de l’école c’est également réjoui de voir la portée qu’a pris leur projet ; dans des proportions qu’il n’aurait jamais imaginé.  « C’était amusant la sensation dans l’air ce matin-là était absolument magique », a-t-il déclaré.

Sur sa page Facebook officielle, l’école a partagé le résultat final du travail produit par les élève.

Samuel Agutter (rédaction btlv.fr)

Pas encore abonné ?
Rejoindre BTLV

À la Une

(CULTURE) Cette nouvelle émission de télé va réveiller les morts !

21 avril 2021 – L’émission s’intitulera “Hôtel du temps”, et sera présentée par l’animateur Thierry Ardisson, sur la chaîne France 3… Le concept ?

Réaliser des interviews de grandes stars décédées, le tout, grâce aux effets spéciaux ; pour évoquer avec elles, leur carrière ou leurs engagements personnels. En bref, ressusciter les morts.

DES INTERVIEWS FICTIONS

Les interviews de l’Hôtel du temps, seront bien sûr fictives, Thierry Ardisson affirme d’ailleurs qu’elles seront réalisées en se servant de vraies déclarations tenues par les célébrités défuntes. Le tout, illustré par des effets spéciaux, comme avec la technique innovante du “Face Retriever », qui serait encore plus efficace que les désormais célèbres deepfakes, hypertrucage en bon français, tels qu’utilisés dans l’émission d’imitation “C’est Canteloup”, sur TF1.

DES DEEP-FAKES AMÉLIORÉS 

Cette méthode du face retriever est un concept inédit, entièrement pensé pour l’émission Hôtel du temps.

Plus concrètement, son fonctionnement repose sur la technologie, deepfake, mais va un peu plus loin. En effet, pour réaliser une interview, l’émission fera appel à deux personnes : un comédien pour le physique et la personnalité de la célébrité interviewée ; et un imitateur, qui s’assurera de reproduire une voix, la plus proche possible de la star censée être présente.

UN PROJET LONG ET COÛTEUX

Le projet de l’hôtel du temps, est aussi ambitieux que coûteux, en effet, selon le Parisien, le budget de l’émission serait proche des 600 000 euros. Un premier numéro, avec pour invité, Jean Gabin, pour lequel il aura fallu près de deux ans de préparation, avant de pouvoir commencer à tourner.

Un concept d’émission auquel songeait Thierry Ardisson, depuis longtemps. L’animateur a pu s’y consacrer pleinement, après son départ de la chaîne C8, en 2019.

Avant d’arriver sur France 3, l’émission avait été proposée à la diffusion, aux deux plus grandes plateformes de streaming légal Netflix, et Amazon Prime Video, sans succès. C’est finalement le groupe France Télévision, qui s’est laissé convaincre par l’originalité du concept.

Samuel Agutter (rédaction btlv.fr)

2021-02-05T12:17:13+01:005 février 2021|

Actus susceptibles de vous intéresser