fbpx

(MYSTÈRE) Le méthane à l’origine de disparitions dans le Triangle des Bermudes ?

12 janvier 2021 – Disparitions récurrentes et souvent inexpliquées, de bateaux ou même d’avions. Le Triangle des Bermudes intrigue, et continue de fasciner tous les passionnés de mystères, qui ont l’embarras du choix lorsque qu’il s’agit de trouver une explication à tous ces évènements hors du commun : portails vers une autre dimension, pyramides sous-marines, extraterrestres… Mais c’est une théorie un peu plus « scientifique » que les autres qui refait surface ce janvier, avec la perte d’un bateau entre les Bahamas et la Floride.

Celle des émanations de méthane relâchées par l’océan Atlantique…

UNE THÉORIE JUGÉE « PEU PROBABLE »

Pour Stéphanie Dupré, chercheure géophysicienne à l’Institut Français de Recherche pour l’Exploitation de la Mer (IFREMER), « il est vrai que nos océans relâchent du méthane et que la présence de bulles de gaz peut modifier la flottabilité d’un bateau ».

Mais selon elle, pour attirer un bateau vers les fonds, il faudrait « qu’une quantité très importante de gaz remonte à la surface » . Or un tel évènement aurait finalement peu de chances de se réaliser.

« Par grands fonds, les bulles de méthane se dissipent avant d’atteindre la surface par dissolution ou oxydation », ajoute Stéphanie Dupré.

LE MÉTHANE  SERAIT DÉJÀ À L’ORIGINE D’ACCIDENTS

Le gaz peut tout de même atteindre la surface, lorsque qu’il y a moins de 200 mètres d’eau « Mais la taille des bulles reste extrêmement petite (millimétrique ou inframillimétrique). Leur capacité à impacter la flottabilité d’un navire par grande profondeur d’eau reste donc à démontrer. », reprend Nabil Sultan, chercheur en géotechnique à l’unité de Géosciences Marines de l’IFREMER.

Et pourtant, cette émanation de méthane, si infime soit-elle à la surface, a déjà provoqué des accidents…

Les victimes n’étaient alors pas des bateaux de transport… Mais des plateformes pétrolières « off-shore » (hors-sol), ou des bateaux de forage.

Ce qui s’explique par le fait que la majorité de ces incidents proviennent d’incendies, et non de l’effet déstabilisant des bulles de méthane.  Le gaz remonte à la surface et brûle à la suite d’une simple étincelle.  « Le dernier gros accident de ce type date de 2010 : c’est BP dans le golfe du Mexique, avec sa plateforme pétrolière Deepwater Horizon », explique Nabil Sultan.

Comme l’indique l’Agence américaine d’observation océanique et atmosphérique (NOAA) sur son site internet, «  tous les accidents dans le Triangle des Bermudes s’expliquent sans doute davantage par des défaillances humaines et des mauvaises conditions météo. »

La NOAA précise que le Triangle des Bermudes ne possède pas un taux d’accident plus élevé qu’ailleurs.

Mais qu’importe pour les rêveurs, qui préfèrent voir dans cette vaste étendue d’eau, un gouffre rempli de mystères et de légendes.

Samuel Agutter (rédaction BTLV)

Pas encore abonné ?
Rejoindre BTLV

À la Une

(CULTURE) Cette nouvelle émission de télé va réveiller les morts !

21 avril 2021 – L’émission s’intitulera “Hôtel du temps”, et sera présentée par l’animateur Thierry Ardisson, sur la chaîne France 3… Le concept ?

Réaliser des interviews de grandes stars décédées, le tout, grâce aux effets spéciaux ; pour évoquer avec elles, leur carrière ou leurs engagements personnels. En bref, ressusciter les morts.

DES INTERVIEWS FICTIONS

Les interviews de l’Hôtel du temps, seront bien sûr fictives, Thierry Ardisson affirme d’ailleurs qu’elles seront réalisées en se servant de vraies déclarations tenues par les célébrités défuntes. Le tout, illustré par des effets spéciaux, comme avec la technique innovante du “Face Retriever », qui serait encore plus efficace que les désormais célèbres deepfakes, hypertrucage en bon français, tels qu’utilisés dans l’émission d’imitation “C’est Canteloup”, sur TF1.

DES DEEP-FAKES AMÉLIORÉS 

Cette méthode du face retriever est un concept inédit, entièrement pensé pour l’émission Hôtel du temps.

Plus concrètement, son fonctionnement repose sur la technologie, deepfake, mais va un peu plus loin. En effet, pour réaliser une interview, l’émission fera appel à deux personnes : un comédien pour le physique et la personnalité de la célébrité interviewée ; et un imitateur, qui s’assurera de reproduire une voix, la plus proche possible de la star censée être présente.

UN PROJET LONG ET COÛTEUX

Le projet de l’hôtel du temps, est aussi ambitieux que coûteux, en effet, selon le Parisien, le budget de l’émission serait proche des 600 000 euros. Un premier numéro, avec pour invité, Jean Gabin, pour lequel il aura fallu près de deux ans de préparation, avant de pouvoir commencer à tourner.

Un concept d’émission auquel songeait Thierry Ardisson, depuis longtemps. L’animateur a pu s’y consacrer pleinement, après son départ de la chaîne C8, en 2019.

Avant d’arriver sur France 3, l’émission avait été proposée à la diffusion, aux deux plus grandes plateformes de streaming légal Netflix, et Amazon Prime Video, sans succès. C’est finalement le groupe France Télévision, qui s’est laissé convaincre par l’originalité du concept.

Samuel Agutter (rédaction btlv.fr)

2021-01-17T14:59:24+01:0012 janvier 2021|

Actus susceptibles de vous intéresser