fbpx
x

(MYSTÈRE) En Inde une fièvre tue des dizaines d’enfants

2 septembre 2021 — Plus de 50 personnes, pour la plupart des enfants, sont décédées des suites d’une mystérieuse épidémie de fièvre dans l’Uttar Pradesh, un état situé dans le nord de l’Inde. Beaucoup d’entre eux se sont plaints de douleurs articulaires, de maux de tête, de déshydratation et de nausées, et dans certains cas, une éruption cutanée est apparue sur les membres supérieurs et inférieurs.

Selon BBC News , au moins 50 personnes, pour la plupart des enfants, sont mortes d’une fièvre, dont la cause n’a pas encore été déterminée. Aucune des victimes n’a été testée positive au COVID-19.

Les professionnels de la santé soupçonnent que l’épidémie est issue d’une forme particulièrement grave de dengue. Les tests sanguins de certains patients montrant une diminution de la numération plaquettaire confirment ce scénario.

Une autre option est l’encéphalite japonaise, qui, comme la dengue, est véhiculée par les moustiques. Cette maladie est extrêmement rare, mais a un taux de mortalité élevé. Près d’une personne sur trois infectée par le virus décède.

Malheureusement, il n’existe aucun remède connu pour ces deux affections, mais il existe des vaccins sûrs et efficaces qui peuvent prévenir l’encéphalite japonaise. Des tests sont actuellement en cours pour déterminer la cause exacte de ce symptôme mortel.

Rédaction btlv.fr

Pas encore abonné ?
Rejoindre BTLV

À la Une

(ÉTRANGE) Un parasite mangeur de langue retrouvé dans la bouche d’un poisson

27 octobre 2021 – A l’heure ou notre santé n’a jamais autant fait la une de l’actualité, on craint de voir surgir de nouveaux virus. C’est ce qu’ont dû penser les travailleurs du parc d’État de Galveston Island au Texas qui ont récemment attrapé un poisson accueillant à son insu un parasite cauchemardesque qui avait dévoré et remplacé sa langue.

Postée sur les réseaux sociaux la semaine dernière, l’information mentionne qu’il s’agit en réalité d’un « poux mangeur de langue ». Selon les scientifiques qui ont étudié le phénomène, le parasite subsiste en pénétrant dans la bouche d’un poisson, en détachant la langue de l’animal et en remplaçant l’organe par lui-même. Le fameux « poux » passe alors le reste de ses jours à se nourrir du mucus de son hôte. 

Le plus dingue est que cette étrange relation parasitaire ne serait pas particulièrement nocive pour le poisson ni, heureusement, pour les humains qui pourraient finir par attraper et manger l’animal. Les mêmes scientifiques affirment que ce « poux mangeur de langue » est « le seul cas connu où un parasite peut remplacer fonctionnellement l’organe de son hôte ». La nature est parfois très bizarre et effrayante

Bob Bellanca (rédaction btlv.fr)

2021-09-02T17:30:42+02:002 septembre 2021|

Actus susceptibles de vous intéresser