27 juillet 2022 – Si les observations du monstre du Loch Ness relayées sur Internet sont le plus souvent synonyme de moqueries, la découverte de fossiles montrent que certains plésiosaures auraient pu vivre en eau douce, ce qui a relancé le débat sur Nessie.

Grande créature au long cou selon les témoins qui apparaitrait de temps à autre dans le Loch Ness, sa tête rappelle celle des plésiosaures. Les scientifiques ont toujours pris cette possibilité à la rigolade argumentant que les plésiosaures se sont éteints il y a des millions d’années et qu’ils vivaient dans l’océan.

Une nouvelle découverte de fossiles rebat les cartes de la certitude. Des chercheurs de l’Université de Bath ont récemment découvert les restes de fossiles de plusieurs petits plésiosaures qui vivaient dans un système fluvial il y a 100 millions d’années dans ce qui est aujourd’hui le désert du Sahara.

Loch Ness Monster

L’une des vertèbres de plésiosaure découverts par l’équipe de recherche

Une découverte qui donne de la crédibilité à la théorie suggérant que certains plésiosaures vivaient réellement en eau douce aux côtés de crocodiles, de poissons, de tortues et de dizaines d’autres espèces.

« Nous ne savons pas vraiment pourquoi les plésiosaures étaient en eau douce », a déclaré le co-auteur de l’étude, le Dr Nick Longrich.

« C’est un peu controversé, mais qui peut dire que, parce que nous les paléontologues, les avons toujours appelés « reptiles marins « , qu’ils devaient vivre dans la mer ? De nombreuses lignées marines ont envahi l’eau douce ».

Toutefois, est-ce que ça veut dire que le monstre du Loch Ness pourrait être un plésiosaure ? Les experts répondent probablement pas, mais rien ne prouve que ce n’est pas le cas.

Bob Bellanca (rédaction btlv.fr Source The Telegraph)

Pas encore abonné ?
Rejoindre BTLV