22 septembre 2022 – Des scientifiques en mission à bord d’un navire de recherche dans l’océan Atlantique sont tombés sur de mystérieux organismes ressemblant à des taches bleues qu’ils n’arrivent pas identifier.

Les créatures colorées auraient été repérées à la fin du mois dernier par un véhicule télécommandé (ROV) qui avait été déployé au large de Sainte-Croix par des experts à bord du navire Okeanos Explorer de la NOAA (Ndlr : L’administration nationale des océans et de l’atmosphère).

Alors que le ROV naviguait au-dessus d’une zone du fond de l’océan à une profondeur d’environ 400 mètres, il est passé au-dessus de l’étrange boule bleue azur qui ressemble quelque peu aux personnages qui poursuivaient le personnage emblématique du jeu vidéo Pac-Man. Une autre créature inconnue, qui semblait plus aplatie, a ensuite été observée par l’explorateur sous-marin à distance.

Tandis que les chercheurs s’approchaient de la première boule bleue, un des scientifiques à bord du navire a observé que « nous en avons maintenant vu un certain nombre et je pense que le mystère restera entier jusqu’à ce qu’un échantillon soit collecté ».

Un autre scientifique examinant l’étrangeté a déclaré qu’ « à ce stade, nous ne savons toujours pas ce que la créature pourrait être ».

Une troisième chercheur participant à l’observation en direct s’est émerveillé : « c’est l’une des choses les plus excitantes à propos des expéditions Okeanos Explorer. Il y a toujours au moins une chose qui vous laisse perplexe ».

DU CORAIL ?

Pour le moment, les chercheurs postulent qu’il pourrait s’agir d’un corail mou, d’un tunicier ou d’une éponge. L’un des scientifiques a assuré que « ce n’est pas un rocher ».

Depuis cette découverte, les membres du groupe de recherche s’amusent à proposer des noms pour la découverte. À ce stade, ils lui ont donné le surnom simple mais efficace « blue goo ».

Pour l’instant, aucun biologiste marin ne s’est manifesté pour identifier l’organisme. Il reste aux scientifiques de la NOAA d’obtenir un échantillon de la créature afin de résoudre le mystère.

Bob Bellanca (rédaction btlv.fr Source Live Science)

Pas encore abonné ?
Rejoindre BTLV