fbpx
x

(MYSTÈRE) La Terre est-elle un zoo cosmique ?

5 avril 2021 – En 1950, Enrico Fermi, un physicien italien, détenteur, également détenteur d’un prix Nobel, c’est posé une question qui jette un doute “Si il y a des milliards de planètes dans notre galaxie, pourquoi n’avons-nous pas encore été visités par une civilisation extraterrestre ?” Depuis, des dizaines de réponses ont été élaborées pour tenter de répondre à cette vaste question, nommée « paradoxe de Fermi« .

Afin d’expliquer la raison pour laquelle la Terre n’a pas encore été visitée par quelconque civilisation extraterrestre, plusieurs théories se détachent des autres et font parler d’elles…

LA THÉORIE DU “GRAND FILTRE”

D’après cette hypothèse, le chemin pour qu’une civilisation soit en mesure de conquérir une Galaxie, serait bien trop important. Étant donné qu’il a fallu plus de 3 milliards d’années pour que d’une simple bactérie, un animal voit le jour. Pour les défenseurs de la théorie du grand filtre, cela relèverait donc plus du coup de chance qu’autre chose, faisant de la civilisation terrienne une heureuse rareté, voire un cas unique. Pour ceux qui croient à ce “grand filtre”, même si une civilisation digne de la notre arrivait à émerger, elle finirait par s’autodétruire, dans des conflits internes, sans avoir le temps de communiquer avec l’extérieur.

LE ZOO COSMIQUE

D’autres théories sont plus positives et affirment qu’au contraire, des civilisations extra-terrestres existent bel et bien, mais que pour un certain nombre de raisons, ces dernières ne chercheraient pas à faire connaître leur existence.  Et les théoriciens du “zoo cosmique”, pensent avoir trouvé la raison de ce désintérêt : nous serions observés par des civilisation extérieures à la Terre… Scrutés, guerre plus, puisque ces populations d’extra-terrestres seraient bien trop évoluées pour entrer en contact avec nous d’égal à égal.

Pour ces civilisations extraterrestres, nous ne serions en effet qu’une simple civilisation primitive, qu’il ne faudrait perturber sous aucun prétexte, afin de ne pas entraver notre lent développement. D’où la dénomination “zoo cosmique”.

Samuel Agutter (rédaction btlv.fr)

Pas encore abonné ?
Rejoindre BTLV

À la Une

Deux trous noirs proches de la Terre sur le point de fusionner

2 décembre 2021 – Une équipe d’astronomes a découvert deux trous noirs supermassifs. C’est la paire la plus proche de la Terre. 

Un trou noir est déjà impressionnant. Le plus proche est situé au centre de la Voie Lactée : Sagittarius A*. Imaginez-en deux… Situés dans la galaxie voisine NGC 7727, les deux trous noirs sont à 89 millions d’années-lumière de nous. La paire la plus connue à ce jour se situe à plus de 470 millions d’années-lumière… 

DEUX MASTODONTES

Ces deux trous noirs sont séparés par 1 600 années-lumière, pas grand-chose à l’échelle de l’Univers. Quelles sont leurs caractéristiques ? L’un, le plus gros, est en plein milieu de sa galaxie. Il est 154 millions de fois plus massif que le Soleil. Son voisin, lui n’est “que” 6,3 millions de fois plus massif.

Cependant, les deux risquent de ne devenir qu’un : selon Holger Baumgardt, un des coauteurs de l’étude, “les deux objets devraient fusionner en un seul trou noir, sans doute dans les 250 millions d’années à venir”.

Les deux trous noirs dans la galaxie NGC 7727. Crédit : ESO

ON SOUPÇONNAIT DÉJÀ LEUR PRÉSENCE

Les chercheurs se doutaient bien que ces deux-là existaient. Mais ils n’avaient jamais pu le confirmer. Ils se sont aidés de l’instrument Multi-Unit Spectroscopic Explorer (MUSE), du Very Large Telescope (VLT) du Chili. Grâce à ces outils, les astronomes ont analysé l’influence gravitationnelle des deux trois noirs sur les étoiles environnantes.

Les deux objets supermassifs peuvent également aider à comprendre l’origine de leur galaxie, à la forme très particulière. Elle pourrait être issue de la fusion d’anciennes galaxies, l’existence des deux trous noirs corroborant cette idée.

D’AUTRES ASTRES À DÉCOUVRIR ?

Cette nouvelle découverte laisse entendre que d’autres astres se cachent dans l’Univers, dont des trous noirs massifs similaires à ceux détectés. Prochainement, le Télescope géant européen de l’Observatoire Européen Austral, bientôt mis en service dans le désert d’Atacama, au Chili, aidera les chercheurs à découvrir d’autres mystères de l’espace.

Sources : Science Post et Astronomy & Astrophysics

Tom Hannane (rédaction btlv.fr)

2021-04-05T09:24:28+02:005 avril 2021|

Actus susceptibles de vous intéresser