fbpx

(MYSTÈRE) Le code mystérieux du tueur du Zodiac a été déchiffré

14 décembre 2020 — Une équipe de 3 geeks a réussi à déchiffrer le code du célèbre tueur du Zodiac, un mystère qui intriguait la police depuis plus de 50 ans.

À la fin des années 60, une vague de meurtres a traumatisé la Californie, attribuée au mystérieux « Zodiac Killer ». Son identité n’a toujours pas été établie, mais des passionnés des cold cases ont déchiffré une partie du message du tueur en série.

Ce message avait été envoyé en novembre 1969 au quotidien San Francisco Chronicle par le tueur. Son code, constitué d’une série de lettres et de symboles énigmatiques sous forme de tableau, tenait en échec les autorités et les enquêteurs amateurs depuis lors.

Le  » tueur du Zodiac » avait tué au moins cinq personnes en Californie à la fin des années 60. Dans une série de lettres cryptées envoyées au quotidien San Francisco Chronicle, il prétendait avoir tué 37  personnes.

© The Chronicle 1969

TROIS GEEKS RÉSOLVENT L’ÉNIGME

Il aura fallu des années de travail pour que David Oranchak, un concepteur de sites,  âgé de 46 ans, puisse décrypter ce code complexe sur lequel il a commencé à travailler en 2006. Il a été aidé par Sam Blake, un mathématicien australien et de Jarl Van Eykcke, logisticien belge, a-t-il expliqué au San Francisco.  L’un des messages codés est connus sous le nom de Chiffre 340 (ainsi nommé car il contient 340 caractères). David Oranczak a révélé la signification du texte au Chronique : «J’espère que vous aimez  essayer de m’attraper. L’émission à la télé a fait des suppositions sur mon identité, mais ce n’était pas moi. Je n’ai pas peur de la chambre à gaz car elle m’enverra plus vite au paradis, où j’ai maintenant assez d’esclaves. « Le message se lit en diagonale, en partant du coin supérieur gauche et en décalant à chaque fois d’une case vers le bas et de deux cases vers la droite. Il faut revenir au coin opposé en arrivant en bas de cette diagonale. Selon lui, ce système de codage figure notamment dans un manuel de cryptographie de l’armée américaine datant des années 1950.

DES RÉSULTATS QUI INTÉRESSENT LE FBI

L’équipe a envoyé les résultats de ses travaux au Federal Bureau of Investigation a déclaré David Oranchak dans une interview. Le FBI a également confirmé l’information dans un communiqué, mais ne fera aucun commentaire « en raison de l’enquête en cours et par respect pour les victimes et leurs familles ».

Les passionnés du « Tueur du Zodiaque » espéraient que ce message codé contenait l’identité du criminel qui a commis au moins cinq meurtres authentifiés entre 1968 et 1969 mais en a revendiqué 37 au total et a inspiré d’autres tueurs en série.

François Deymier (rédaction btlv.fr)

© The Chronicle

Pas encore abonné ?
Rejoindre BTLV

À la Une

(ÉGYPTE) Un chapitre entier du «Livre des morts» a été découvert à Saqqarah

22 janvier 2021 — Dans la nécropole de Saqqarah, a été retrouvé l’un des artefacts les plus intéressants : un papyrus de 4 mètres de long contenant le chapitre 17 du Livre des Morts. Un manuscrit que les anciens Égyptiens utilisaient pour aider les morts dans l’au-delà. Le nom du propriétaire du papyrus est écrit dessus – « Puhaf »; le même nom a également été trouvé sur l’un des cercueils en bois et sur quatre poupées shabtidestinées à servir les morts dans l’au-delà. Le papyrus a été déterré dans un puits funéraire à côté de la pyramide du mari de la reine Neit, le pharaon Teti, qui a gouverné l’Égypte entre 2323 et 2291 avant JC. Une annonce a été faite par un représentant du ministère égyptien des Antiquités.

Les scientifiques tentent de déchiffrer le texte, d’autres exemplaires du chapitre 17 ont déjà été traduits. Ils contiennent une série de questions et de réponses, une sorte de feuille de route pour les morts essayant de naviguer dans l’au-delà. Il n’est pas encore possible de dire avec certitude si la copie récemment trouvée du chapitre 17 a le même format et les mêmes énigmes.

Un chapitre entier du livre des morts © Ministère égyptien des Antiquités

VERS UNE MEILLEURE  CONNAISSANCE DU CULTE DES MORTS 

Les archéologues ont trouvé également trois entrepôts en briques de terre, dans lesquels étaient conservées des offrandes à la reine et à son mari. Près de la pyramide, on a également découvert une série de tumulus contenant les restes de personnes ayant vécu pendant les 18e et 19e dynasties égyptiennes (1550 av.J.-C. – 1186 av.J.-C.). On pense que les gens voulaient être enterrés près de la pyramide du pharaon. Jusqu’à présent, l’équipe a découvert plus de 50 cercueils en bois, ainsi que de nombreux autres objets. À l’intérieur de la tombe, une stèle qui appartenait à un homme nommé Haptah, a été identifié comme le gardien du char de guerre du pharaon. Au sommet de la stèle se trouve un couple (Haptah et son épouse Mvtemvii) rendant hommage à Osiris, le dieu égyptien des enfers, et en bas se trouve le même couple assis sur des chaises avec six enfants devant eux. Trois filles sont représentées en train de renifler des fleurs de lotus, et leurs trois fils – debout côte à côte:

Haptah a peut-être été au service de Ramsès II, célèbre pour ses campagnes militaires qui ont étendu l’empire d’Égypte à la Syrie actuelle. L’inscription sur la stèle indique que deux des enfants de Haptakh portent le nom de membres de la famille Ramsès II. L’une des filles de Kaptakh s’appelle Néfertari (du même nom que l’épouse principale de Ramsès II), et l’un de ses fils s’appelle Khamveset (le même nom que l’un des fils de Pharaon). D’autres découvertes dans des tumulus près de la pyramide comprenaient une hache en bronze, des jeux de société, des statues d’Osiris et plusieurs momies, y compris la momie d’une femme qui semble avoir souffert d’une maladie génétique qui provoque une fièvre récurrente et une inflammation de l’abdomen, des articulations et poumons.

Bientôt sur btlv une émission avec l’anthropologues Fernand Schwarz sur les livres des morts égyptiens en attendant vous pouvez écouter en replay l’émission sur la géométrie sacrée de l’Égypte (réservé aux abonnés).

François Deymier (rédaction btlv.fr)

2020-12-16T11:54:15+01:0014 décembre 2020|

Actus susceptibles de vous intéresser