fbpx

(MYSTÈRE) Plus de 800 étoiles portées disparues

27 mai 2021 – Ce n’est pas un scoop, si à l’échelle humaine, la durée de vie des étoiles est très longue, ces dernières ne sont pas pour autant immortelles.

Alors que les étoiles les plus massives déclenchent un véritable cataclysme lors de leur mort, explosant en supernovae, encore visibles dans le ciel, durant plusieurs mois ; les étoiles de tailles plus modestes, plus classiques, disparaissent bien plus lentement, dans un processus pouvant s’étaler sur plusieurs millions d’années.

Mais en 2017, des astronomes se sont posés une simple question : est-ce que certaines étoiles ne disparaîtraient pas, tout simplement, en un claquement de doigt, et sans laisser la moindre trace ?

Aux premiers abords, cette théorie semble tout simplement impossible scientifiquement, cela contredirait en effet plusieurs lois de la physique. Malgré tout, pour être sûr de ne passer à côté de rien, les chercheurs ont tout de même décidés de mettre en place une opération de recherche nommé, “Vanishing and Appearing Sources during a Century of Observations” (VASCO), soitdisparition et apparition de sources pendant un siècle d’observations”, en bon français.

Tous ces mots pour signifier que les scientifiques vont s’appliquer à chercher des étoiles des cas d’étoiles ayant subitement disparu, sans laisser la moindre trace. Une tâche qui ne s’annonce pas simple, puisque aucun comportement de la sorte n’avait alors été documenté.

Toutefois, les chercheurs savent qu’ils peuvent désormais s’appuyer sur de nouveaux outils, en mesure d’établir une cartographie détaillée du ciel, à un rythme très soutenu.

Un dispositif dont disposent entre autres,  le Panoramic Survey Telescope and Rapid Response System (Pan-STARRS), basé à Hawaii, et le Zwicky Transient Facility (ZTF), situé sur le mont Palomar, en Californie. L’avantage de ce dernier, étant le champ de vision ultra-large dont il dispose, lui permettant d’analyser en détailles la Voie lactée, et ceci, deux fois chaque nuit.

Les résultats de cette enquête minutieuse sont édifiants : à première vue, plus de 800 étoiles ont été déclarées “manquantes”, après avoir été repérées une première fois.

Des donnés mystérieuses à prendre avec des pincettes, puisque tous ces cas d’étoiles portées disparues, doivent passer à travers un certain nombre de filtre, avant que l’on ne puisse conclure à une disparition effective.

Tout d’abord, les scientifiques tempèrent ce chiffre, des 800 étoiles disparues, expliquant que ce phénomène pourrait vraisemblablement correspondre à la mort “ratée” d’un autre étoile ; une supernovæ si massive que son effondrement aurait été à l’origine d’un trou noir, ayant par la suite, aspiré ce qu’il reste de l’étoile, à l’intérieur, d’où la disparition.

Ce procédé ne laissant aucun résidu visible derrière lui.

DES CIVILISATIONS EXTRATERRESTRES ?

Une explication rationnelle qui est loin de tout expliquer, effectivement, les astronomes admettent qu’un tel évènement est possible, mais que celui-ci ne se produit en moyenne, qu’une seule fois, tous les trois siècles.

Des étoiles disparues, et un mystère loin d’être résolu…

Mais les recherches du projet Vasco, sont loin d’être vaines, puisque l’affaire de la disparition d’étoiles pourrait bien orienter les scientifiques, sur la piste de civilisations extraterrestres !

Y compris d’ailleurs,  parmi les 800 sources suspectes déjà identifiées ;  de nombreux scientifiques estiment en effet que la présence d’une autre intelligence pourrait être détectée à travers les comportements autrement incompréhensibles d’étoiles. Ces civilisations pourraient en effet avoir développé des technologies de contrôle stellaire qui modifieraient à volonté,  la brillance de leur étoile d’une manière naturellement inexplicable…

Samuel Agutter (rédaction btlv.fr)

Pas encore abonné ?
Rejoindre BTLV

À la Une

(ASTRONOMIE) Une étoile clignote au centre de notre galaxie

14 juin 2021 – A première vue, on pourrait penser que le phénomène n’a rien de véritablement inédit, et a déjà été répertorié à plusieurs reprises ; en effet, des étoiles dont la luminosité varie, cela existe et ce n’est plus tout à fait une nouveauté.

Pourtant une étoile en particulier, baptisée “VVV-WIT-08”, par les astronomes ne ressemble pas à ces premiers cas déjà recensés. Ce mystérieux astre à été repéré par des chercheurs de l’Université de Cambridge, au Royaume-Uni, en étudiant les données enregistrées par le télescope Vista, de l’Observatoire européen austral (ESO), basé au Chili. D’ailleurs, ce télescope sert spécifiquement à observer près d’un milliard d’étoiles, dans le but d’y repérer d’éventuelles variations de luminosité. « Parfois, nous trouvons des étoiles variables qui n’entrent dans aucune catégorie établie. Nous les surnommons les objets “WIT” », explique, dans un communiqué, Philip Lucas qui est chercheur à l’Université d’Hertfordshire, au  Royaume-Uni.

Et pour cause, les astronomes ont observé la luminosité de l’étoile VVV-WIT-08 diminué de 97% pourcent ! Une quasi disparition, mais de courte durée, puisque quelques semaines plus tard, l’étoile réapparaissait, aussi brillante que d’habitude.

UNE NOUVELLE CLASSE D’ÉTOILES

Pour tenter d’expliquer cette perte de luminosité brutale et soudaine, de l’étoile VVV-WIT-08, les scientifiques ont étudié plusieurs pistes…

A partir de ces hypothèses, les scientifiques ont tout d’abord pensé qu’un objet sombre avait pu passer devant l’étoile, bloquant ainsi les rayons émis par VVV-WIT-08 ; une piste appuyée par le fait que l’astre se trouve dans une région assez dense de notre galaxie, au centre de la Voie lactée.

Une première théorie mise à l’écart par la suite, lorsque des simulations ont permis aux chercheurs de s’apercevoir qu’il faudrait que le nombre d’objets volants au sein de notre galaxie soit bien plus important, afin d’en arriver à un tel résultat.

Désormais, les scientifiques s’intéressent à une nouvelle, qu’ils jugent plus probable. Pour eux, VVV-WIT-08 appartient certainement à une nouvelle classe, parmi le système des étoiles binaires une nouvelle catégorie désormais désignés comme “géantes clignotantes”.

Selon les chercheurs ces nouvelles géantes clignotantes sont donc des étoiles géantes, en moyenne 100 fois plus grande que notre Soleil, mais qui malgré leurs tailles, se font tout de même éclipser de temps en temps, environ une fois sur plusieurs décennies, par un autre astre pour le moment indéterminé. Il pourrait aussi bien s’agir d’une seconde étoile, que d’une planète dont le disque opaque parviendrait à éclipser des géantes clignotantes, comme VVV-WIT-08.

Samuel Agutter (rédaction bltv.fr)

2021-05-29T11:45:11+02:0027 mai 2021|

Actus susceptibles de vous intéresser