fbpx

(MYSTÈRE) « Retour sur le rapport du pentagone » avec Jeremy Corbell

212

Plus d’infos sur l’émission : Diffusion : 14/07/2021  | (MYSTÈRE) « Retour sur le rapport du pentagone » avec Jeremy Corbell

(Version vidéo, cliquez ici.)

Les propos tenus dans cette émission n’engagent que la ou les personnes invitées, et en aucun cas la rédaction de btlv.fr qui n’a que pour mission de vous informer sur toutes ces hypothèses dans un souci d’exploration.

Dans cette nouvelle émission Jeremy Corbell, vous livre son point du vue sur la déclassification du rapport du pentagone consacré aux OVNIs.

À la Une

(INNOVATION) Un scientifique israélien a été tué par une intelligence artificielle

21 septembre 2021 – Une enquête a confirmé que le scientifique iranien Mohsen Fakhrizadeh a été abattu par un fusil de précision robotisé assisté par une IA, contrôlé à distance par des agents israéliens. Il s’agit donc d’un assassinat fait grâce à une intelligence artificielle.

Le 27 novembre 2020, le scientifique nucléaire iranien Mohsen Fakhrizadeh  a été abattu par 4 tirs à courte distance alors qu’il était au volant de sa voiture, par un système de fusil intelligent dissimulé sur une camionnette. Le système qui a causé la mort de ce chercheur était une mitrailleuse FN MAG qui fut actionnée par un bras robotique contrôlé à distance via un satellite par un sniper du Mossad (service secret israéliens). Pour mettre en place ce dispositif robotique tueur d’un nouveau genre, des agents israéliens ont introduit clandestinement l’arme sous pièces détachées en Iran avant de la réassembler. Le système a été installé sur le plateau d’une camionnette contenant plusieurs caméras afin de donner aux agents israéliens une vue d’ensemble des environs et était également rempli d’explosifs afin de s’autodétruire une fois la mission accomplie. Ce n’est pas la première fois qu’Israël commet des assassinats visant à empêcher le développement des capacités atomiques de la république islamique. Mais c’est la première fois qu’une exécution de ce type a lieu sur le sol iranien.

UN ASSASSINAT D’UN NOUVEAU GENRE

Le système robotisé qui a permis cet assassinat n’était pas robotisé à 100%. L’arme était connectée à un centre de commandement israélien via un relais de communication par satellite. De là, un agent était en mesure de contrôler l’arme et de viser sa cible via un écran d’ordinateur. Il s’agissait donc d’un meurtre commis par un humain en collaboration avec une intelligence artificielle. En fait, le rôle de l’IA dans ce meurtre résidait dans l’analyse des différents éléments affectant la précision et de ce fait la réussite de la mission. De ce fait, elle a permis de compenser les mouvements de la voiture de Fakhrizadeh et le délai de 1,6 seconde entre la caméra et ce que l’opérateur voyait. À cela s’ajoute, un logiciel de reconnaissance faciale qui s’est assuré que seul le scientifique iranien serait visé par le fusil. Ainsi, cet assassinat montre qu’un nouveau stade a été franchi dans l’utilisation de l’intelligence artificielle dans un cadre militaire.

Pierre-Alexis Lagèze (rédaction btlv.fr)

 

2021-07-14T15:12:37+02:0014 juillet 2021|

Actus susceptibles de vous intéresser