fbpx

(MYSTÈRE) Une attaque par micro-onde à l’origine du « syndrome de la havane » ?

8 décembre — Le « syndrome de la Havane » est un mystérieux mal qui a touché des diplomates et des employés de l’ambassade américaine  à Cuba. Entre 2016 et 2018 une quarantaine de personnes ont quitté leur fonction en raison de maux de tête, perte de l’ouïe, perte d’équilibre, nausée, vision trouble et problème d’élocution…

Des scientifiques américains ont publié un rapport sur les causes possibles d’un certain nombre de symptômes neurologiques chez les diplomates américains, qu’ils ont appelé «syndrome de La Havane».

L’académie des sciences de Washington, à qui on a demandé de comprendre cette affaire, vient de publier son rapport : la cause la plus probable de ce « syndrome de la Havane » ce sont des ondes basses fréquences hors du spectre de l’audition.

En ciblant à l’aide d’ondes les résidences des diplomates, on est parvenu à les obliger, pour raisons de santé, à quitter leur poste. En effet, il est d’usage que les pays qui accueillent des ambassades leur fournissent les locaux et leur entretien.

UNE TECHNOLOGIE ISSUE DE LA GUERRE FROIDE

Ce mystérieux syndrome s’est également produit en Chine, où des diplomates américains du consulat de Guangzhou ont subi les mêmes symptômes. Pour accréditer cette thèse de la technologie soviétique, on voit que seuls les pays communistes et alliés de l’URSS ont bénéficié de ce savoir-faire.

L’IRM du cerveau des personnes atteintes a révélé une perte de matière blanche et grise, ainsi qu’une altération des connexions fonctionnelles entre les régions sensorielles. Fort heureusement sans  aucune lésion cérébrale traumatique. La raison de l’apparition à la fois des symptômes et des changements structurels dans le cerveau est restée un mystère pour les scientifiques. En conséquence, le Département d’État américain a chargé les académies américaines de science, de médecine et d’ingénierie de parvenir à un accord général sur les causes possibles du «syndrome de La Havane».

Pour le moment on suppose que l’on a utilisé des armes soniques pour l’attaque: les diplomates se sont plaints d’avoir souvent entendu certains sons à haute fréquence. Le son enregistré près du lieu de résidence des victimes coïncidait en fréquence avec le chant des grillons, qui sont très courants à La Havane. Pour certains diplomates touchés par le «symptôme de La Havane», les symptômes se sont transformés en symptômes chroniques.

PAS DE PREUVES QUE LA TECHNOLOGIE SOVIÉTIQUE SOIT LA COUPABLE

Les experts ont noté que les victimes du syndrome de La Havane présentaient d’autres symptômes, ce qui pourrait donner une autre explication à cette énigme. Par exemple, ils n’excluent pas que l’augmentation des symptômes chez certaines personnes ait pu se produire en raison de facteurs psychologiques et sociaux. De plus, les académiciens n’ont pas exclu la présence de problèmes de vertiges chez certains malades.

Les scientifiques ont également noté qu’ils n’avaient aucune preuve que cette attaque aux rayonnements micro-ondes était ciblée sur des diplomates américains. C’est la raison pour laquelle ils poursuivent leur enquête.

Le rayonnement micro-ondes n’est pas considéré comme une arme mortelle, tout comme le rayonnement sonique.

François Deymier (rédaction btlv.fr)

Pas encore abonné ?
Rejoindre BTLV

À la Une

(TECHNOLOGIE) Un aspirateur autonome pour nettoyer les rues

9 mai 2021- Si les robots aspirateurs autonomes, sont désormais très bien connus du grand public, se différenciant par des formes rondes et aplaties, qui leur permettent de pouvoir se glisser dans les endroits les plus difficiles d’accès, tout en évitant les collisions ; la version très grand format de ces aspirateurs d’un nouveau genre, aimerait elle aussi se faire un nom, dans le nettoyage en milieu urbain, cette fois-ci.

UN NETTOYAGE AUTONOME 

Des aspirateurs géants, pour nettoyer les rues en toute autonomie ! C’est exactement ce que propose l’entreprise finlandaise “Trombia Technologie”, qui a récemment entrepris de tester les capacités de son robot de nettoyage urbain, en conditions réelles.

Son nom est Trombia Free, d’une allure massive et futuriste cet aspirateur géant d’une taille de 3,52 mètres de long, et 2,3 mètres de large, vient d’être utilisé afin de nettoyer toute une piste cyclable située dans la capitale finlandaise, Helsinki.

Afin d’éviter les différents présents sur son chemin, sans risquer de bloquer l’appareil, le robot est doté d’un système Lidar (télédétection par laser), ainsi que de puissants capteurs optiques. Autre point fort, Trombia Free peut fonctionner aussi bien de jour que de nuit, et par tous les temps.  Quant à la vitesse de fonctionnement, le robot pourrait atteindre une vitesse de 10 kilomètres par heure, toutefois bridée entre 2 et 6 km/h, pour une meilleure efficacité.

Côté consommation d’énergie, le constructeur de Trombia Free affirme que son aspirateur robot utiliserait à peine 15 pourcents de la puissance habituellement mobilisée par les systèmes de nettoyage urbain traditionnels.

Samuel Agutter (rédaction btlv.fr)

2020-12-08T15:20:16+01:008 décembre 2020|

Actus susceptibles de vous intéresser