fbpx

(MYSTÈRE) Une étrange pierre verte découverte sur le sol martien

7 avril 2021 — Le rover Perseverance tente de comprendre quelle est la provenance de cette roche verte  recouverte de trous. De plus il n’y a pas d’autres pierres similaires autour, et cela suscite l’intérêt des chercheurs, et ils voudraient comprendre d’où elle vient et en quoi est-elle faite ?

Le rover de la NASA n’attend pas seulement que l’hélicoptère Ingenuity effectue le tout premier vol vers une autre planète pour explorer la surface de la planète rouge. Il est également occupé à étudier une étrange roche verdâtre, sur laquelle les chercheurs ont déjà beaucoup d’hypothèses sauf celle de la technologie extraterrestre.

Est-ce une roche locale altérée par le sol ou une pierre tombée à la suite d’une explosion ailleurs sur Mars? Est-ce une météorite ou autre chose?

Une pierre énigmatique ©NASA

Pour répondre à ces questions, le rover Perseverance a utilisé son laser SuperCam. La pierre mesure 15 cm de long et si vous regardez de près, vous trouverez à sa surface plusieurs marques laser laissées par l’appareil du rover – elles sont situées à droite, sur une rangée.

Perseverance est la pièce principale de la mission Mars 2020 de 2,7 milliards de dollars de la NASA. Le rover de la taille d’une voiture a commencé son travail sur la planète rouge le 18 février, explorant le cratère de Jezero à la recherche de signes de vie ancienne. Le cratère possédait un lac profond et un delta de rivière, offrant de nombreux environnements intéressants à explorer pour Perseverance.

Le rover  Perseverance possède sept instruments scientifiques à bord. SuperCam se trouve au sommet du mât de Perseverance et peut envoyer des tirs laser sur des roches cibles jusqu’à 7 mètres. Chaque faisceau laser crée un nuage de roche vaporisée dont la composition peut être analysée par les caméras et les spectromètres SuperCam.

Une étude SuperCam révélera la composition de la roche énigmatique et elle s’est formée là où elle a été trouvée ou ailleurs. Peut-être que l’eau a amené le rocher sur le cratère de Jezero, ou il s’agit d’une météorite similaire à celle trouvée en 2014 par le rover Curiosity.

François Deymier (rédaction btlv.fr)

Pas encore abonné ?
Rejoindre BTLV

À la Une

(OVNI) Un contact avec une IA extraterrestre est plus plausible qu’avec un E.T.

23 juin 2021 — Selon l’astronome américain Seth Shostak, si on entre un jour en contact avec une civilisation extraterrestre, il est peu probable que ce soit des « petits hommes verts ».

Dans un article paru dans  The Guardian , Seth Shostak, astronome senior du  SETI, une association qui recherche l’intelligence extraterrestre, soutient que les extraterrestres sont plus susceptibles d’être de l’intelligence artificielle (IA) quand se produira le premier contact.

En revanche Seth Shostak est sceptique au sujet du rapport du Pentagone sur les observations de L’US Navy qui sera dévoilé en principe le 25 juin.

Shostak  et ses collègues recherchent  la vie extraterrestre, y compris des êtres intelligents.  Aujourd’hui, c’est une période passionnante, car la vie extraterrestre est maintenant largement discutée à l’approche du rapport très attendu du Pentagone sur les soi-disant phénomènes aériens inexpliqués.

« Je pense qu’il est très probable qu’il y ait des extraterrestres dans notre galaxie. Mais je ne crois pas qu’ils s’aventurent dans notre espace aérien. Pas maintenant ni dans le passé », écrit le scientifique.

À la recherche des formes de vie dans l’Univers

Selon Shostak, les extraterrestres ne ressembleront pas à des « petits hommes verts », dont l’image est apparue partout dans la culture populaire.

« Il est peu probable que tous les extraterrestres qui viennent sur notre planète soient des formes de vie à base de carbone, qu’ils soient poilus ou chauves. Leurs capacités cognitives ne seront probablement pas soutenues par la masse spongieuse de cellules que nous appellerions le cerveau. Ils iront probablement au-delà de l’intelligence biologique et, probablement, au-delà de la biologie elle-même », explique l’astronome.

Shostak pense que les extraterrestres ne se déplaceront pas eux-mêmes sur Terre. Parceque cela pourrait  prendre des générations entières pour couvrir les distances énormes d’un système stellaire à un autre. Il est peu probable qu’un voyage aussi long « plaise aux passagers biologiques qui mourront  bien avant d’atteindre leur destination ». Cependant, on peut l’envisager sans problème pour des machines. En mars dernier Bob Bellanca avait reçu Seth Shostak, vous pouvez regarder cette émission en replay en cliquant ici.

François Deymier (rédaction btlv.fr)

2021-04-07T15:01:15+02:007 avril 2021|

Actus susceptibles de vous intéresser