fbpx

(MYSTÈRE) En Russie, une radio fantôme vestige de la guerre froide émet des sons étranges depuis 1982 et on ne sait pas pourquoi

24 mars 2021 — À une cinquantaine de kilomètres de Saint-Pétersbourg se trouve un étrange bâtiment qui semble abandonné. L’un des locaux est protégé par une porte rectangulaire en fer. Ce lieu sinistre est au centre d’un mystère qui remonte au plus fort de la guerre froide.

On pense qu’il s’agit du siège d’une station de radio, «MDZhB», que personne ne reconnait son existence. Vingt-quatre heures par jour, sept jours par semaine, depuis 1982, elle diffuse un son monotone et constant. La « programmation » se poursuit vingt-quatre heures sur vingt-quatre, sept jours sur sept, avec la transmission de ce même son monotone parfois suivi d’un second son semblable à la sirène du navire et qui ne dure que quelques secondes.

Il faut aussi rajouter à cela, qu’une ou deux fois par semaine, un homme ou une femme lira quelques mots en russe , tels que «bateau» ou «spécialiste de l’agriculture», puis le son monotone émet à nouveau. Le monde entier peut écouter ce mystérieux programme en calant la fréquence 4625 kHz sur une radio.

AUCUN CODE CACHÉ DANS LE SIGNAL

Selon David Stupples, un expert en renseignement électromagnétique de la City University de Londres «Il n’y a absolument aucune information dans le signal».

Il est fort probable que cette fréquence appartient aux militaires russes, bien qu’ils ne l’aient jamais admis. Le signal a commencé à émettre à la fin de la guerre froide, alors que le communisme touchait à sa fin. Aujourd’hui, ce signal est retransmis de deux endroits – le site de Saint-Pétersbourg et un emplacement près de Moscou. Bizarrement, après l’effondrement de l’Union soviétique, plutôt que de l’arrêter, l’activité de la station a fortement augmenté.

LES THÉORIES LES PLUS FOLLES

Les théories ne manquent pas pour expliquer à quoi pourrait servir le buzzer c’est son nom aujourd’hui  – allant de rester en contact avec des sous-marins à la communication avec des extraterrestres. On pense qu’il pourrait s’agir d’un signal d’alarme qui se déclencherait en cas d’une attaque nucléaire et lorsqu’il s’arrêterait il déclencherait automatiquement une attaque nucléaire de représailles, avec comme conséquence un anéantissement nucléaire total des deux côtés.

Ce n’est peut-être pas aussi farfelu que cela puisse paraître. Le système a été lancé à l’origine à l’époque soviétique, où il a pris la forme d’un système informatique qui analysait les ondes à la recherche de signes de vie ou de retombées nucléaires. De manière alarmante, de nombreux experts pensent qu’il est peut-être encore utilisé. Comme le président russe Vladimir Poutine l’ a lui-même souligné plus tôt cette année, «personne ne survivrait» à une guerre nucléaire entre la Russie et les États-Unis.

François Deymier (rédaction btlv.fr)

Pas encore abonné ?
Rejoindre BTLV

À la Une

(TECHNOLOGIE) L’intelligence artificielle vous permet de parler avec Einstein !

20 avril 2021 – UneeQ, une entreprise néo-zélandaise, basée à Austin, au Texas, et spécialisée dans les “compagnons virtuels”, vient de sortir une toute nouvelle série d’humains numériques… Parmi lesquelles se trouve le grand physicien, Albert Enstein, avec lequel il désormais possible de communiquer virtuellement, par le biais d’une messagerie automatique, “chatbot”.

UN ANNIVERSAIRE À NE PAS MANQUER

Ce nouveau programme de messagerie virtuelle, à été lancé par UneeQ, à l’occasion du 100ème anniversaire du prix Nobel de physique, reçu par Albert Einstein en 1921.

Si vous souhaitez parler au célèbre physicien, il suffit de vous rendre sur le site internet d’UneeQ, et de poser vos questions, par écrit, à Albert Einstein, le scientifique vous répondra ensuite, à sa manière.

« Digital Einstein peut communiquer avec les gens naturellement en utilisant la conversation, les expressions humaines et les réponses émotionnelles pour fournir au mieux des interactions quotidiennes qui, nous l’espérons, feront une différence dans la vie des gens. », affirme le PDG d’UneeQ, Danny Tomesett, dans un communiqué.

Mais ce digital Einstein est loin d’être la seule personne, avec laquelle les utilisateurs d’UneeQ peuvent communiquer. En effet, le ctalogues des chatbots de l’entreprise comprend, une conseillère en santé du Covid-19 nommée Sophie ainsi qu’une version virtuelle de Daniel Kalt, économiste en chef de la banque suisse UBS.

Cette expérience d’intelligence artificielle a été développée en collaboration avec l’Université hébraïque de Jérusalem et Greenlight, qui a fourni des donnés précieuses sur d’Albert Einstein, y compris sa voix, son image ou des manières qui le caractérise, déclare UneeQ.

Samuel Agutter (rédaction btlv.fr)

2021-03-24T17:46:47+01:0024 mars 2021|

Actus susceptibles de vous intéresser