fbpx

(MYSTÉRIEUX) Un dessin à la craie de la Vierge Marie réapparaît 13 ans après sa disparition

23 août 2021 : Patrice Marty nous a raconté lors des rencontres du mystère et de l’inexpliqué organisées par btlv, l’histoire de la représentation sur un tissu de la Vierge Marie qui se trouve à Guadalupe. Apparue miraculeusement en 1531, la relique est depuis considérée comme la preuve d’un miracle. Et c’est ainsi que veulent qualifier ce qu’il vient de se passer dans la même ville il y a quelques jours ses habitants les plus croyants. 

UNE ÉTRANGE HISTOIRE

En 2007, un dessin de la Vierge Marie fut créé à l’aide de craies de couleur par un artiste local lors d’un festival. Comme tous les dessins à la craie, celui-ci s’effaça naturellement avant de réapparaître mystérieusement la semaine dernière 13 ans plus tard dans un parking de la ville comme le montre la vidéo.

Si, pour beaucoup, le mot miracle avancé par les plus croyants semble un peu excessif, personne ne peut, toutefois, expliquer comment le dessin a pu durer aussi longtemps, surtout en plein air. Depuis la semaine dernière, l’endroit du parking où l’on peut voir la Vierge Marie est devenu un lieu de curiosité et de recueillement. Les visiteurs affluent de toute la région pour prier et allumer des bougies. Le directeur de la culture de la municipalité de Guadalupe, Felix Palomo, s’est lui-même émerveillé « que vous croyiez ou non aux miracles, la question est de savoir comment cette image a pu réapparaître 13 ans après sa création ? ». 

À ce jour, aucune réponse définitive n’a été trouvée, bien que certains aient suggéré que la composition chimique de la craie utilisée à l’origine pour créer le dessin avait peut-être joué un rôle dans l’œuvre d’art.

Bob Bellanca (rédaction btlv.fr)

Pas encore abonné ?
Rejoindre BTLV

À la Une

(ARCHÉOLOGIE) Des sandales en or ont été découvertes dans une tombe égyptienne antique

25 septembre 2021 –  Des archéologues égyptiens ont récemment découvert des sandales en or dans une tombe où reposent plusieurs reines égyptiennes. Des objets rares qui étaient autrefois réservés aux nobles égyptiens.

C’est dans une tombe où reposent plusieurs reines égyptiennes, que des archéologues ont découvert ces chaussures anciennes également assorties de petits capuchons pour orteils. Des objets précieux qui étaient dédiés à certaines femmes de la noblesse égyptienne dans le cadre de leur enterrement. C’était pour ainsi dire les chaussures de leurs funérailles. Ce n’est pas la première fois qu’on retrouve des paires de ce type dans une tombe égyptienne. Le cas le plus célèbre est celui des épouses du pharaon Thoutmosis III, un souverain de la XVIIIe dynastie qui avait fait enterrer toutes ses épouses avec des sandales d’or. D’après les archéologues, la plupart de ces sandales datent de la 18ème dynastie du Nouvel Empire qui correspond à environ 1550 à 1290 avant notre ère, une période durant laquelle le célèbre Toutankhamon a régné.

DES SANDALES D’OR AU RÔLE SYMBOLIQUE

Le but supposé de ces artéfacts était de protéger les extrémités du corps lors de l’inhumation. En effet, parmi les sépultures royales, ces riches sandales dorées étaient souvent occupées par de petits bonnets dorés pour les doigts et les orteils. C’est ce qu’on appelle les stalles des doigts et des orteils. Ils protégeaient les extrémités de la momie lors de l’enterrement. Selon les anciennes croyances égyptiennes, les morts étaient censés être ensevelis sous forme de corps complets, comprenant parfois des membres prothétiques. C’était d’ailleurs quelque chose de très important dans la tradition funéraire égyptienne antique. Puisque à défaut d’or, les dépouilles royales ont également été enterrées avec des stalles de moindres métaux et même d’argile. Ainsi, si cette découverte n’a rien de nouveau, cela n’en reste pas moins une trouvaille magnifiquement bien conservée.

Pierre-Alexis Lagèze (rédaction btlv.fr)

2021-08-23T16:55:05+02:0023 août 2021|

Actus susceptibles de vous intéresser