Découvrez le premier site (Vidéo / Audio / Actu) consacré aux mystères de l'espace et de l'univers

Regardez et écoutez BTLV gratuitement et sans engagement pendant 7 jours
+3000H d'émissions pour donner du sens à sa vie
Je découvre maintenant

15 septembre 2018 : La NASA a lancé samedi son laser le plus avancé jamais placé en orbite, l’ICESat-2, une mission d’un milliard de dollars destinée à révéler l’ampleur de la fonte des glaces sur uneTerre qui se réchauffe. Le satellite d’une demi-tonne a été propulsé par une fusée Delta II.

« Trois, deux, un, décollage ! », a annoncé un responsable de la NASA sur la chaîne de télévision de l’agence spatiale américaine.

« Lancement d’ICESat-2 pour explorer les couches de glace polaire de notre planète en changement permanent ». Cette mission est « extraordinairement importante pour la science », avait plus tôt expliqué Richard Slonaker, le responsable du programme ICESat-2 à la NASA, à des journalistes.Car, depuis près de dix ans, l’agence ne disposait plus d’un instrument en orbite pour mesurer l’épaisseur des superficies recouvertes de glace à travers la planète.

La mission précédente, ICESat, a commencé en 2003 et s’est achevée en 2009. Grâce à elle, les scientifiques ont appris que la banquise s’affinait et que les surfaces recouvertes de glace disparaissaient des régions côtières du Groenland et de l’Antarctique.

UNE MISE À JOUR EST NÉCESSAIRE

Depuis, des relevés ont été effectués à l’aide d’un avion dans le cadre d’une mission baptisée OperationIceBridge de survol de l’Arctique et del’Antarctique. Mais une mise à jour est nécessaire de toute urgence.

L’utilisation croissante des sources d’énergie fossile sur Terre entraîne une hausse constante des émissions de gaz à effet de serre, considérées comme les principaux responsables du changement climatique.La température mondiale moyenne augmente année après année, les quatre années les plus chaudes des temps modernes ayant été enregistrées entre 2014 et 2017.

Le tout nouveau ICESat-2 devrait aider les scientifiques à comprendre l’ampleur de la contribution de la fonte des glaces à la montée des océans.

Rédaction btlv.fr (source NASA)