Découvrez gratuitement le média N°1 sur le mystère et l'inexpliqué (Replay/Podcast/rédactionnel)

+4000H d'émissions pour donner du sens à sa vie
Je découvre maintenant

14 mars 2019 — La NASA a mercredi soudainement assombri l’avenir de sa prochaine fusée, SLS, qui doit être la plus puissante de tous les temps mais a déjà coûté 12 milliards de dollars et pris des années de retard.

L’annonce illustre le basculement rapide de l’agence spatiale américaine dans un rôle de cliente de l’industrie spatiale privée, où elle ne possèderait plus ses fusées mais achèterait un service de transport à un coût bien inférieur. Le programme SLS est géré à bien des égards comme le furent les programmes Apollo et des Navettes il y a des décennies, à une époque où SpaceX et ses fusées réutilisables n’existaient pas.

« Space Launch System », qui sera haute de 98 mètres et entièrement « jetable », était jusqu’à présent décrite comme l’élément indispensable et non négociable des prochaines missions lunaires américaines, dès juin 2020 pour un voyage autour de la Lune sans astronaute, et en 2022 avec un équipage. La capsule Orion, développée par Lockheed Martin et l’Agence spatiale européenne, sera au sommet de cette méga-fusée, plus puissante que la Saturn V des missions Apollo.

Mais l’administrateur de la Nasa a confirmé  lors d’une audition au Sénat que la fusée ne serait pas prête en 2020.

Ce nouveau retard n’a pas surpris les experts de l’industrie spatiale, qui observent depuis des années les problèmes de développement de la fusée, construite par Boeing avec plus de mille sous-traitants, dans 43 Etats américains. Le Congrès avait initialement, en 2010, demandé un premier vol fin 2016 . La Nasa l’avait ensuite reporté à 2017, 2018… puis juin 2020.

Mais au lieu de reporter encore la date, le chef de la Nasa, Jim Bridenstine, a fait l’annonce choc que l’agence envisageait de confier à des lanceurs privés cette première mission… contredisant pour la première fois l’idée que le contribuable américain dépensait une fortune dans SLS justement car le secteur privé était incapable d’envoyer Orion vers la Lune.

« Nous avons appris la semaine dernière que nous ne pourrions pas maintenir le calendrier », a déclaré Jim Bridenstine, nommé par Donald Trump. « Des capacités extraordinaires existent aujourd’hui, nous pouvons les acheter pour accomplir cet objectif », a-t-il lâché devant des sénateurs médusés.

Lundi encore, le même martelait dans un discours: « Nous avons besoin de SLS ».

LE CONGRÈS DÉCIDERA

En réalité, aucune fusée actuelle n’est capable de lancer à la fois Orion et « l’étage » de propulsion dont la capsule aura besoin pour s’arracher à l’attraction de la Terre et se propulser vers la Lune: les deux éléments sont trop lourds, et c’est le problème que SLS était censée résoudre.

Le patron de la Nasa a affirmé que ce n’était finalement plus un obstacle, et qu’il suffirait de lancer séparément Orion et l’étage moteurs, qui seraient ensuite assemblées en orbite.

Ce brusque changement implique d’importantes modifications techniques, tout cela dans un calendrier très serré. « On est en 2019 », a rappelé un sénateur…

« La Nasa a souvent dans le passé manqué ses dates de lancements, c’est ce que j’essaie de changer », a répondu Jim Bridenstine.

Le gouvernement Trump avait laissé filtrer son exaspération face aux retards du programme.

Dans sa proposition de budget, lundi, l’administration avait déjà décidé de confier au secteur privé l’assemblage de la mini-station en orbite lunaire que la NASA veut assembler dans les années 2020, ainsi que le lancement d’une sonde vers la lune Europe de Jupiter… Deux missions qui devaient initialement revenir à SLS.

En pratique, seules deux fusées peuvent emporter des charges très lourdes dans l’espace actuellement: la Falcon Heavy de SpaceX, et la Delta IV Heavy de United Launch Alliance, une joint-venture entre Boeing et Lockheed Martin.

La décision de marginaliser – voire sacrifier – SLS ne revient toutefois pas à la Nasa. La question est très politique: c’est le Congrès qui vote le budget spatial.

Le programme SLS représente des milliers et des milliers d’emplois dans 43 Etats américains… 86 des 100 sénateurs sont donc concernés, à tel point que les mauvaises langues ont rebaptisé le programme « Senate Launch System ». Le budget 2020 doit être adopté dans les prochains mois.

Rédaction btlv.fr (source AFP)