fbpx
x

(NATURE) Découvrez les images du dernier tigre de Tasmanie remasterisées et colorisées

8 septembre 2021 – Selon un communiqué de presse, une vidéo montrant le dernier tigre de Tasmanie sur Terre est à couper le souffle. La scène, tournée par le naturaliste David Fleay au zoo de Beaumaris en 1933 nous montre 80 secondes de « Benjamin », le dernier thylacine (ndlr : marsupial carnivore) captif et désormais légendaire. Les images qui viennent d’être remasterisées et colorisées sont rares, et même si la vidéo peut paraître courte, pour la NFSA (ndlr : National Film and Sound Archive of Australia) c’est  « le film le plus long des 10 films distincts de thylacine connus « .

EN HOMMAGE À UNE ESPÈCE DISPARUE

Le 7 septembre, à l’occasion du 85e anniversaire du décès du dernier représentant de son espèce qui avait pour nom « Benjamin », les archives nationales ont d’abord créé une version du film en Ultra-Haute Définition et ont fait appel, par la suite, à l’expert en colorisation Samuel François-Steininger pour le rendre encore plus contemporain. Interrogé, ce dernier a évoqué son travail : « Le scan 4K fourni par la NFSA était absolument époustouflant pour un négatif 35 mm de 1933 », s’est-il émerveillé, notant « qu’en raison de la résolution et de la qualité de l’image, il y avait beaucoup de détails qu’on n’aurait peut-être pas pu avoir auparavant et discerner »

Rappelant également que la colorisation était particulièrement difficile, car « à part l’animal, il y avait peu d’éléments dans le cadre », François-Steininger a expliqué avoir étudié les différentes peaux de thylacine conservées ainsi que des croquis et des peintures afin de déterminer les « teintes et nuances idéales » présentes dans la fourrure. « Au total », dit-il, « le projet a duré plus de 200 heures et le résultat final est une scène émouvante montrant Benjamin, en couleurs, dans son enclos au zoo de Beaumaris ». 

La NFSA espère que les images récemment remasterisées serviront à la fois d’hommage au dernier thylacine connu et rappellerons que de nombreuses espèces sur Terre sont sur le point de disparaître.

Bob Bellanca (rédaction btlv.fr)

Pas encore abonné ?
Rejoindre BTLV

À la Une

(ARCHÉOLOGIE) De nouvelles structures mayas découvertes au Mexique

26 octobre 2021 – Après une analyse des chercheurs de l’Université d’Arizona, 478 nouveaux sites mayas ont été découverts au sud du Mexique. On avait déjà trouvé la Aguda Fénix l’année dernière, une immense structure de 1 400 m de long, cachée sous la végétation.

C’est l’anthropologue Takeshi Inomata qui mène cette nouvelle étude. En fait, les différents sites cachés n’appartiennent pas qu’aux Mayas. Une autre civilisation mésoaméricaine s’était installée avant eux : les Olmèques.

Les scientifiques ont fait une étude aérienne et ont utilisé la télédétection par laser, ou LIDAR, pour leur trouvaille. C’est une méthode qui émet des infrarouges et mesure le temps de retour de ces ondes après avoir rebondi sur des objets aux alentours.

Les structures découvertes par LIDAR

Source : Takeshi Inomata, Nature Human Behaviour, 2021

Les 478 sites sont répartis sur 85 000 km². Ils sont plus petits que ce qui avait déjà été trouvé il y a quelques mois. Mais ils révèlent que les Olmèques auraient pu inspirer les Mayas dans leur architecture. Ce sont deux civilisations qui se sont peu côtoyées. La première est apparue 2000 ans avant notre ère et a laissé place à la seconde vers 250.  Mais il est possible qu’Olmèques et Mayas soient plus liés que ce qu’on pensait.

Le site de Buenavista face au Soleil après une projection LIDAR

Source : Takeshi Inomata

Autre découverte : l’orientation des lieux. Certains sont situés de telle sorte à être alignés au lever de soleil lors de dates importantes du calendrier mésoaméricain. Il y avait alors, déjà à cette époque, une représentation des phénomènes cosmologiques.

Tom Hannane (rédaction btlv.fr)

2021-09-08T13:56:00+02:008 septembre 2021|

Actus susceptibles de vous intéresser