fbpx

(NATURE) Les manchots ne sont pas égoïstes, ils aident d’autres espèces à se nourrir !

15 janvier 2021 — Les oiseaux marins qui volent au dessus de la mer apprécient la compagnie des manchots du Cap. Et pour cause: ces derniers ont le chic pour remonter des profondeurs des petits poissons dont cormorans et puffins fuligineux se délectent eux aussi, confirme une étude publié dans Royal Society Open Science.

Ce mécanisme de « facilitation » écologique entre espèces est suspecté depuis longtemps mais il n’avait encore jamais été démontré de façon empirique.

À LAIDE DE CAMÉRAS

Des chercheurs ont eu l’idée d’équiper des manchots du Cap de caméras vidéo pour observer le jeu des interactions entre ces oiseaux plongeurs, de la réserve de Stony Point en Afrique du Sud, et des oiseaux volants comme les cormorans du Cap et les puffins fuligineux.

L’expérience s’est déroulée à des périodes spécifiques (juin à août). Deux chercheurs du département de zoologie de l’Université Nelson Mandela à Summerstrand ont ramené 31 heures d’enregistrement vidéo réalisées, auprès de 20 manchots. Ils ont pu travailler sur 57 plongeons complets.

Cela confirme ce que les pêcheurs et scientifiques avaient déjà eu l’occasion d’observer depuis leurs bateaux: les oiseaux plongeurs comme les manchots ramènent leurs proies vers la surface, pour mieux les déguster. Mais cela rend aussi plus accessibles ces poissons à d’autres oiseaux marins qui ne descendent pas en profondeur.

L’une des vidéos montre un manchot plonger, descendre à plus de 60 mètres de profondeur jusqu’à rencontrer un banc d’anchois. Il se met à les chasser avec d’autres manchots, conduisant les poissons à remonter près de la surface. Le manchot en avale mais dans ces eaux peu profondes, un puffin fuligineux profite lui aussi du festin.

LE MANCHOT DU CAP EST UNE ESPECE MENACÉE

Présent principalement en Afrique du sud et en Namibie, ce manchot, au dos et au bec noir, vit en colonies. Il peut mesurer de 60 à 70 cm pour un poids de 2 à 4 kg. Ses proies favorites sont les sardines et les anchois.

Le manchot du Cap  fait partie des espèces en danger, selon la liste rouge des espèces menacées établie par l’UICN (Union Internationale pour la Conservation de la Nature).

François Deymier (rédaction btlv.fr)

Pas encore abonné ?
Rejoindre BTLV

À la Une

(MYSTÈRE) Est-il dangereux de jouer au Ouija ?

28 février 2021 – Pour capter des informations ou par amusement, les adeptes du spiritisme s’adonnent au Ouija (prononcé « oui-ja »). Invention du XIXème siècle, cette planche sur laquelle se trouvent les lettres de l’alphabet, les chiffres, et les termes « oui », « non » voire « bonjour » et « au revoir », semble pouvoir être l’intermédiaire entre le monde de l’au-delà et les vivants. Les utilisateurs du Ouija questionnent l’esprit qui serait « appelé » en séance par l’intermédiaire d’un objet (un verre ou une « goutte »). Ce dernier se dirige vers les symboles, les uns après les autres, afin de constituer des réponses à leurs questions. Pour certains, le déplacement est dû à l’énergie des participants ou à l’effet idéomoteur (mouvements inconscients des personnes qui touchent l’objet durant la séance), pour d’autres à des entités appartenant au monde du subtil ou au royaume des défunts.

Alors que la communauté scientifique considère la pratique comme une pseudoscience, et que pour certains parapsychologues, le Ouija est sans danger particulier, un certain nombre de médiums déconseillent fortement de  » jouer avec ça « . En effet, des expériences négatives en séance et/ou des conséquences indésirables pourraient se manifester en s’adonnant à la pratique du Ouija (voir la libre antenne BTLV du 25 janvier).

En 1901, William Fuld, inventeur et entrepreneur américain de Baltimore (Maryland), a commencé la production de ses propres planches sous le nom de « Ouija ». D’après lui, « Ouija » serait un ancien mot égyptien signifiant  » bonne chance. » Il est aussi la combinaison de « oui » en français et en allemand. Le Ouija fût considéré pendant longtemps comme un jeu de société, puis pendant la première guerre mondiale, Pearl Curran (médium américaine) en a fait un support de divination. Elle aurait été guidée, via le Ouija par Patience Worth pour écrire ses romans.

Les spirites disent que le Ouija est une forme de médiumnité qui permettrait de communiquer avec d’autres plans. Pour les religions monothéistes, cette pratique est liée à l’occulte, et ceux qui participent à des séances de Ouija parlent en réalité avec le Diable ou des entités négatives.

Alors si comme dans le film  » Jumanji « , vous préférez ne pas être obligé de terminer la partie, mieux vaut peut-être ne pas la commencer … Cependant, pour les plus audacieux d’entre vous, pourquoi ne pas aller passer une soirée au château de Fougeret, dans la Vienne, pour oser l’expérience avec Véronique Geffroy, une experte en la matière ?

Voir également l’émission  » Les Affranchis de l’info  » : Paranormal, peut-on tout expliquer ? (réservé aux abonnés)

Thierry Penin (rédaction btlv.fr)

2021-01-15T14:39:18+01:0015 janvier 2021|

Actus susceptibles de vous intéresser