fbpx

(OANI) Mystérieuses rencontres entre sous-marins et OVNIS aquatiques

28 juillet 2021 – On a pu le constater grâce aux différentes vidéos de l’US Navy, les ovnis qui croisent dans le ciel américain depuis 2004 et dont nous avons appris l’existence en 2017 dans les colonnes du New York Times, possèdent des facultés technologiques qui dépassent l’entendement. Dans tous les cas, aucune puissance mondiale ne s’enorgueillit d’en être à l’origine. Si la plupart du temps on regarde le ciel quand on parle d’ovnis, il va falloir plonger nos yeux sous l’eau car la marine américaine reconnaît de nombreuses rencontres entre ses sous-marins et des objets aquatiques non identifiables. 

Un aspect du phénomène ovni moins connu, mais tout aussi étrange que celui des objets observées dans le ciel. Lors de sa venue sur btlv, Alexandre Sheldon Duplaix, chercheur au Service historique de la Défense et conférencier à l’École supérieure de guerre évoquait ces rencontres fortuites entre sous-marins, navires de surfaces et ces objets aquatiques non identifiés communément appelés Oanis. Aussi agiles sous l’eau que ceux vus dans le ciel, certains cas intéressants les montrant en activité furent rapportés par le personnel de l’US Navy, et découverts par le grand public grâce aux images divulguées par Jérémy Corbell qui en a parlé lors de son passage sur btlv. L’une des vidéos les plus étranges montre un objet descendant du ciel avant de plonger dans l’océan.

Vidéo prise au large des côtes de San Diego en juillet 2019 par l’équipage à bord de l’USS Omaha..

Lors de sa divulgation, la vidéo fit beaucoup de bruits sur les réseaux sociaux et dans les médias de masse, mais elle est devenue encore plus intéressante lorsqu’à peu près au même moment des informations annonçaient que des sous-marins américains avaient observé des objets mystérieux en pleine plongée. Des engins qui semblaient défier la physique. Une vidéo annoncée comme authentique et inexpliquée par l’US Navy. 

Par ailleurs, le personnel des sous-marins américains dit avoir capté au sonar la trace de choses se déplaçant à des centaines de kilomètres par heure sous l’eau. Un aspect qui laisse pantois tous les observateurs; car si on peut accepter que des objets se déplacent très vite dans le ciel, il est beaucoup difficile de l’admettre sous les flots. Selon Mike Turber, l’ancien expert du renseignement de l’US Air Force, en 2008, un sous-marin de la marine américaine aurait rencontré un mystérieux engin évoluant à près de 900 km/h. D’après les témoins, il ressemblait exactement à l’engin en forme de tic-tac aperçu par l’équipage de l’USS Nimitz. Dans un premier temps, le personnel à bord a pensé à une torpille, mais il n’en fut rien. 

UN TÉMOIN CIVIL

L’ancien leader du groupe de rock Blink-182, chercheur passionné sur les ovnis et fondateur du groupe de recherche «To The Stars Academy », a publié un rapport jusqu’ici inconnu qui serait celui de l’astronome et chercheur Marc D’Antonio, qui travaille souvent avec la Marine. Dans le rapport on apprend qu’il fut autorisé à monter à bord d’un sous-marin nucléaire d’attaque rapide dans l’Atlantique Nord et qu’il a eu une expérience plutôt mystérieuse : « Pour me remercier d’avoir travaillé pour elle, la Marine m’a demandé si je voulais faire un tour dans un sous-marin, ce que j’ai accepté. Une fois sous l’eau, j’étais assis à côté de l’opérateur sonar. Alors que j’avais du mal à m’entendre, tant l’intérieur d’un sous-marin est bruyant, et que j’avais un peu le mal de mer, je fus sorti de ma léthargie par l’opérateur sonar qui criait « Vite vite, ça va vite ». Rejoint par l’officier exécutif, l’opérateur lui montre la trace d’un objet : « À quelle vitesse ça va ? » Demanda l’officier ? Ce à quoi le jeune marin répondit « plusieurs centaines de nœuds ».

Selon Tom DeLonge, plusieurs sous-marins nucléaires d’attaque auraient suivi l’objet en question à travers l’Atlantique Nord pendant près d’une semaine. D’après lui, il existe un programme gouvernemental consacré au suivi de ces objets sous-marins. Une information qui aurait été confirmée par un officier sous l’appellation « Programme Fast Mover »,

QUI A TORD ?

Se défendant, à propos de l’incident Marc D’Antonio de 2017, la marine rappelle qu’elle n’accueille pas de civils à son bord. Toutefois, bon nombre de sous-mariniers disent avoir entendu des bruits inexpliqués et avoir eu des contacts suivis au sonar, dont certains semblaient se déplacer à des vitesses incroyables. Les sous-marins américains ne sont pas les seuls à avoir rencontré de mystérieux Oanis. Selon l’enquêteur britannique, Philip Mantle, que nous avons reçu sur btlv a mentionné plusieurs cas de ce type impliquant des sous-marins soviétiques qui sont rapportés dans son livre « Oanis en Russie »

Que se passait-il dans nos océans ? C’est une bonne question à laquelle les marines du monde entier tentent de trouver une réponse. S’agit-il d’une erreur d’identification ? D’un nouveau type de navire sous-marin top secret ? Ou d’engins venus d’ailleurs ? 

Bob Bellanca (rédaction btlv.fr)

Pas encore abonné ?
Rejoindre BTLV

À la Une

(CLIMAT) Un seul pays au monde semble en mesure de réaliser ses objectifs climatiques

21 septembre 2021 –  Pour de nombreux pays dans le monde la réalisation d’un certain nombre d’objectifs climatiques constitue un véritable défi. À un tel point que pour le moment un seul pays dans le monde semble en bonne voie pour réaliser ses objectifs. Il s’agit de la Gambie.

La Gambie est pour le moment le seul pays au monde à avoir obtenu une note climatique globale compatible avec les objectifs fixés par l’Accord de Paris. Pour rappel, il s’agit d’un traité international sur le réchauffement climatique adopté en 2015 qui est censé unifier toutes les nations dans une cause commune pour lutter contre le changement climatique. En effet, selon une étude du Climate Action Tracker a examiné l’Europe et 36 autres nations qui prend en compte de nombreux facteurs, comme les politiques climatiques nationales, les mesures et l’utilisation des terres, le soutien financier international et les objectifs climatiques fixés par ces pays. La Gambie semble pour le moment le seul pays en mesure de réaliser ses objectifs climatiques.

LA GAMBIE, UN EXEMPLE À SUIVRE

Selon l’étude, la Gambie n’est pas le seul pays en mesure de réaliser ses objectifs climatiques, d’autres pays comme le Costa Rica, le Maroc, l’Éthiopie ou le Royaume-Uni s’en rapproche, mais sont loin d’être au même niveau. La Gambie peut être considérée comme un exemple à suivre en raison des nombreuses actions qu’elle a mise en place pour le climat. Tout d’abord, le pays mise majoritairement sur les énergies renouvelables et dispose de l’une des plus grande installations solaires d’Afrique de l’Ouest. Le gouvernement gambien est également parvenu à restaurer 10 000 hectares de forêts, de mangroves et de savanes. Enfin, la Gambie s’est également engagée à limiter l’utilisation abusive des ressources forestières, il convertit également les terres agricoles inondées en rizières sèches. Ainsi, la Gambie semble sur le point de devenir un symbole pour tous les pays luttant pour la sauvegarde de notre planète.

Pierre-Alexis Lagèze (rédaction btlv.fr)

2021-07-29T15:25:32+02:0028 juillet 2021|

Actus susceptibles de vous intéresser