fbpx

(OVNI) La NASA prend « enfin » au sérieux l’ufologie

8 juin 2021 – C’est par la voix de CNN que le nouveau chef de la NASA a annoncé vouloir mettre en place un protocole pour étudier sérieusement les objets volants non identifiés. Ancien sénateur de Floride, et astronaute, Bill Nelson, a répondu à une longue interview à ce sujet. Il a avoué que le sujet n’était clair pour personne et encore moins dans les échelons supérieurs de l’agence spatiale américaine. Malgré tout, Bill Nelson a ajouté qu’il ne croyait pas que les ovnis soient des preuves de la visite d’extraterrestres sur Terre : « Je pense que je le saurais si c’était le cas », tout en rajoutant « mais il serait toutefois prématuré d’exclure cette possibilité ». Pour le nouveau responsable de la NASA, il faut prendre le sujet au sérieux car : « Nous ne savons pas si c’est extraterrestre. Nous ne savons pas si c’est un ennemi. Nous ne savons pas si c’est un phénomène optique, même si nous n’envisageons pas beaucoup ce dernier point en raison des trajectoires et des caractéristiques de vol que les pilotes de chasse de la Navy ont décrites …Voilà pourquoi, nous voulons savoir » .

PAS DE GROUPE OFFICIEL

Malgré l’engouement de Nelson, l’attachée de presse de la NASA, Jackie McGuinness, a déclaré « qu’il n’avait pas encore établi de groupe de travail officiel afin d’enquêter sur les ovnis. Cependant, il a demandé aux scientifiques de l’agence de s’y intéresser en explorant toutes les pistes autour du sujet ». Comme d’habitude, l’attachée de presse rappelle la difficulté d’une telle recherche sur le dossier Ovni : « Il n’y a pas beaucoup de données et… les scientifiques sont libres de suivre les pistes qu’ils souhaitent sans être stigmatisés, car la recherche sur les ovnis peut, rapidement, être associée à des théories du complot infondées. C’est un phénomène vraiment captivant et les Américains s’y intéressent clairement, si des scientifiques veulent enquêter, ils doivent et peuvent le faire ».

AUCUNE COOPÉRATION 

Lors de l’entretien accordé à CNN, Bill Neslson, a rappelé que « la NASA ne travaille pas directement avec le Pentagone sur ce sujet, mais que si ses scientifiques étaient capables de progresser dans l’identification des objets, le Pentagone le saura ». Devant une telle ouverture d’esprit scientifique, d’autres se montrent toujours aussi mesurés comme  

Thomas Zurbuchen, astrophysicien et administrateur associé de la NASA pour la science, qui a indiqué, lors d’un point presse,  « qu’il ne croyait pas que les ovnis soient la preuve d’une civilisation extraterrestre technologiquement avancée ». Avant de mettre en garde sur les raccourcis souvent donnés : « Les gens ont tendance à sous-estimer la nature dans laquelle beaucoup de miracles se produisent. Et une fois que nous comprenons un phénomène qui est resté longtemps mystérieux, on se dit pourquoi n’avons-nous pas pensé à ça avant ? »

De son côté, Kathy Lueders, administratrice associée de la NASA pour l’exploration et les opérations humaines, a ajouté en plaisantant : « Si quelqu’un sait comment concevoir un vaisseau spatial comme ça, j’adorerais lui parler ». Une chose est sure, ça bouge en ufologie. 

Bob Bellanca (rédaction btlv.fr)

Pas encore abonné ?
Rejoindre BTLV

À la Une

(ASTRONOMIE) Une étoile clignote au centre de notre galaxie

14 juin 2021 – A première vue, on pourrait penser que le phénomène n’a rien de véritablement inédit, et a déjà été répertorié à plusieurs reprises ; en effet, des étoiles dont la luminosité varie, cela existe et ce n’est plus tout à fait une nouveauté.

Pourtant une étoile en particulier, baptisée “VVV-WIT-08”, par les astronomes ne ressemble pas à ces premiers cas déjà recensés. Ce mystérieux astre à été repéré par des chercheurs de l’Université de Cambridge, au Royaume-Uni, en étudiant les données enregistrées par le télescope Vista, de l’Observatoire européen austral (ESO), basé au Chili. D’ailleurs, ce télescope sert spécifiquement à observer près d’un milliard d’étoiles, dans le but d’y repérer d’éventuelles variations de luminosité. « Parfois, nous trouvons des étoiles variables qui n’entrent dans aucune catégorie établie. Nous les surnommons les objets “WIT” », explique, dans un communiqué, Philip Lucas qui est chercheur à l’Université d’Hertfordshire, au  Royaume-Uni.

Et pour cause, les astronomes ont observé la luminosité de l’étoile VVV-WIT-08 diminué de 97% pourcent ! Une quasi disparition, mais de courte durée, puisque quelques semaines plus tard, l’étoile réapparaissait, aussi brillante que d’habitude.

UNE NOUVELLE CLASSE D’ÉTOILES

Pour tenter d’expliquer cette perte de luminosité brutale et soudaine, de l’étoile VVV-WIT-08, les scientifiques ont étudié plusieurs pistes…

A partir de ces hypothèses, les scientifiques ont tout d’abord pensé qu’un objet sombre avait pu passer devant l’étoile, bloquant ainsi les rayons émis par VVV-WIT-08 ; une piste appuyée par le fait que l’astre se trouve dans une région assez dense de notre galaxie, au centre de la Voie lactée.

Une première théorie mise à l’écart par la suite, lorsque des simulations ont permis aux chercheurs de s’apercevoir qu’il faudrait que le nombre d’objets volants au sein de notre galaxie soit bien plus important, afin d’en arriver à un tel résultat.

Désormais, les scientifiques s’intéressent à une nouvelle, qu’ils jugent plus probable. Pour eux, VVV-WIT-08 appartient certainement à une nouvelle classe, parmi le système des étoiles binaires une nouvelle catégorie désormais désignés comme “géantes clignotantes”.

Selon les chercheurs ces nouvelles géantes clignotantes sont donc des étoiles géantes, en moyenne 100 fois plus grande que notre Soleil, mais qui malgré leurs tailles, se font tout de même éclipser de temps en temps, environ une fois sur plusieurs décennies, par un autre astre pour le moment indéterminé. Il pourrait aussi bien s’agir d’une seconde étoile, que d’une planète dont le disque opaque parviendrait à éclipser des géantes clignotantes, comme VVV-WIT-08.

Samuel Agutter (rédaction bltv.fr)

2021-06-10T16:28:21+02:008 juin 2021|

Actus susceptibles de vous intéresser