fbpx
x

(OVNI) Le Parlement britannique discute du rapport du Pentagone

2 juillet 2021 — Le rapport très discuté du Pentagone sur les ovnis, comme mercredi dernier dans « Les Affranchis de l’info »  a fini par devenir un sujet de conversation au Parlement britannique. Lors d’une session de la Chambre des Lords, plusieurs politiciens ont interrogé un responsable du ministère de la Défense du pays sur la menace potentielle posée par le phénomène. Le député Lord Sarfraz a évoqué l’évaluation du département de la défense qui  « n’exclut pas qu’il puisse s’agir d’avions militaires dotés de capacités très rapides ou même de phénomènes extraterrestres ». Insistant, il l’a été en demandant à la ministre de la Défense britannique, Annabel Goldie, si elle était en mesure de « rassurer le public » en assurant que son ministère prenait très au sérieux les signalements d’objets non identifiés dans l’espace Britannique.

La ministre a reconnu connaître les conclusions du rapport du Pentagone mais a indiqué que le ministère de la Défense Britannique, de son côté, « ne détenait aucun rapport sur les phénomènes aériens non identifiés, mais que l’espace aérien du pays était surveillé en permanence afin de répondre à toute menace sérieuse ». La ministre a poursuivi en montrant son scepticisme face au phénomène Ovni en soulignant que « le ministère de la Défense traite habituellement des menaces réelles étayées par des preuves ».

De son côté, un autre député, le vicomte Ridley, a fait valoir l’idée « qu’à l’ère des caméras qui équipent tous les téléphones portables et les drones… il est probable que ces images floues aient des explications moins exotiques que celles espérées par les fans d’Ufologie ».

Annabel Goldie qui n’a pas émis d’opinion sur la qualité des vidéos examinées par le Pentagone, a souligné à nouveau que « la défense aérienne Britannique détecte et surveille tous les objets volants 24 heures sur 24 afin de fournir une état précis et identifié de son espace aérien dans le cadre de la sécurité nationale du Royaume-Uni.

LA MINISTRE EST-ELLE DACCORD AVEC LES U.S.A?

Toujours durant cette même session de la Chambre des Lords, le député, Lord Coaker a demandé à la ministre si elle était d’accord avec l’évaluation du Pentagone du phénomène comme une grave question de sécurité nationale. Ce à quoi Annabee Goldie a répondu :

« Nous considérons les éléments avancés comme devant être étayés par des preuves mais nous devons, malgré tout, savoir à quoi nous nous attaquons pour pouvoir y remédier ». Il y a quelques jours, nous écrivions dans nos colonnes que le département de la défense Britannique n’excluait pas la réouverture de son bureau Ovni, il semble que le projet soit à nouveau enterré  « le ministère de la Défense n’a pas l’intention de fournir son propre rapport sur les Ovnis, car en plus de 50 ans aucune menace militaire a été enregistrée contre le Royaume-Uni » a déclaré Annabel Goldie. Décidément, ce sujet c’est toujours un pas en avant et un pas arrière.

Bob Bellanca (rédaction btlv.fr)

Pas encore abonné ?
Rejoindre BTLV

À la Une

(ESPACE) Jeff Bezos compte construire une station spatiale privée

26 octobre 2021 – Jeff Bezos semble vouloir pousser encore plus loin le tourisme spatial. Comme le montre son nouveau projet, Orbital Reef, une  station spatiale privée décrite comme un parc commercial pouvant accueillir jusqu’à 10 personnes.

La société Blue Origin de Jeff Bezos et Sierra Space se sont associés dans un projet de grande envergure à savoir une station spatiale privée pouvant accueillir jusqu’à 10 personnes. Ils ambitionnent de pouvoir la rendre opérationnelle d’ici la deuxième moitié de la décennie. Cette station spatiale qui sera baptisée Orbital Reef montre que la course pour la commercialisation de l’orbite terrestre basse a atteint un nouveau stade. Dans un communiqué BLue Origin et Sierra Space ont annoncé que cette station spatiale s’adresserait  à un large panel de client “Agences spatiales expérimentées, consortiums dans les hautes technologies, nations sans programme spatial, médias et agences de voyages, entrepreneurs et inventeurs subventionnés, investisseurs portés vers l’avenir, tous ont leur place”. La station évoluera à 500 km d’altitude, soit un peu plus haut que l’ISS et mesurera 830 m3, soit presque autant que l’ISS.

UN NOUVEAU SUCCESSEUR POUR L’ISS

À l’image de Starlab, Blue Origin et Sierra Space ont donc annoncé à leur tour la mise en place d’une station spatiale privée qui devrait entrer en service à l’horizon 2025. Une annonce qui intervient à un moment où la mise en place d’une station spatiale est intéressante stratégiquement puisque en théorie l’avenir de l’ISS est aujourd’hui officiellement assuré jusqu’en 2024. À cela s’ajoute le fait que d’un point de vue technique, la NASA a entériné le fait qu’elle soit capable d’opérer jusqu’en 2028 même si le patron de la NASA Bill Nelson, s’est prononcé en faveur de son extension jusqu’en 2030. Quoi qu’il en soit, l’ISS a une date de péremption qui approche à grands pas et des stations comme Orbital Reef seront là pour prendre la relève.

Pierre-Alexis Lagèze (rédaction btlv.fr)

2021-07-06T11:44:24+02:002 juillet 2021|

Actus susceptibles de vous intéresser