fbpx
x

(OVNI) Seti, un programme à l’écoute des extraterrestres

18 août 2021 – Lancé en 1960 par l’astronome Frank Drake, le programme Seti – Search for Extra-Terrestrial Intelligence (recherche d’intelligence extraterrestre) regroupe plusieurs projets scientifiques essentiellement américains dont le but est de détecter la présence de civilisations extraterrestres avancées présentes dans d’autres systèmes solaires.

Malgré un abandon du projet par la NASA dans les années 1990, Seti parvient à perdurer grâce au soutien de généreux mécènes. Parmi ses généreux mécènes, il y a Paul Allen, le cofondateur de Microsoft qui a financé un réseau de télescopes baptisé ATA qui participe au programme Seti. De manière plus récente, on peut citer également le milliardaire russe Yuri Milner qui en 2015 a injecté 100 millions de dollars sur 10 ans avec son projet Breakthrough Listen dont l’objectif est d’effectuer des campagnes d’observation systématiques en utilisant les observatoires de Green Bank et Parkes. Les données récoltées sont ensuite publiées en libre accès afin de permettre à tous ceux qui le souhaitent de les étudier. Malgré tous ses soutiens financiers, la mission de Seti s’annonce complexe. En effet, en scrutant les ondes radio qui arrivent sur la Terre à la vitesse de la lumière depuis 60 ans, Seti balaye une distance de seulement 60 années-lumière, une échelle minuscule comparée à l’immensité de l’univers.

UN PROGRAMME TOUJOURS EN QUÊTE MALGRÉ QUELQUES TROUVAILLES

En 60 ans d’existence, le programme Seti n’a pas trouvé de preuves de l’existence d’éventuelles civilisations extraterrestres. Néanmoins certaines trouvailles intéressantes ont été faites. On a par exemple le fameux signal Wow qui a été émis dans une bande étroite (environ 10 kHz) et a duré 72 secondes. Malgré de nombreuses observations, aucune autre émission de ce type n’a été observée par la suite. Aujourd’hui encore ce signal demeure une énigme. On a également le mystérieux Ouamuamua qui avait fait un passage près de notre soleil en 2017. Un objet à la forme plutôt singulière dont la trajectoire a montré qu’il ne provenait pas de notre système solaire, ce qui en fait le premier objet interstellaire jamais découvert. Si les astronomes ont émis l’hypothèse qu’il s’agissait d’une comète ou d’un astéroïde. L’astrophysicien Avi Loeb lui a suggéré qu’il s’agissait en fait d’un immense vaisseau extraterrestre en perdition. Malheureusement Ouamuamua est désormais hors de portée de nos télescopes, le mystère demeure donc entier. Quoi qu’il en soit le programme Seti demeure encore et toujours à écouter l’espace en quête d’une potentielle civilisation extraterrestre.

Pierre-Alexis Lagèze (rédaction btlv.fr)

Pas encore abonné ?
Rejoindre BTLV

À la Une

(ESPACE) Jeff Bezos compte construire une station spatiale privée

26 octobre 2021 – Jeff Bezos semble vouloir pousser encore plus loin le tourisme spatial. Comme le montre son nouveau projet, Orbital Reef, une  station spatiale privée décrite comme un parc commercial pouvant accueillir jusqu’à 10 personnes.

La société Blue Origin de Jeff Bezos et Sierra Space se sont associés dans un projet de grande envergure à savoir une station spatiale privée pouvant accueillir jusqu’à 10 personnes. Ils ambitionnent de pouvoir la rendre opérationnelle d’ici la deuxième moitié de la décennie. Cette station spatiale qui sera baptisée Orbital Reef montre que la course pour la commercialisation de l’orbite terrestre basse a atteint un nouveau stade. Dans un communiqué BLue Origin et Sierra Space ont annoncé que cette station spatiale s’adresserait  à un large panel de client “Agences spatiales expérimentées, consortiums dans les hautes technologies, nations sans programme spatial, médias et agences de voyages, entrepreneurs et inventeurs subventionnés, investisseurs portés vers l’avenir, tous ont leur place”. La station évoluera à 500 km d’altitude, soit un peu plus haut que l’ISS et mesurera 830 m3, soit presque autant que l’ISS.

UN NOUVEAU SUCCESSEUR POUR L’ISS

À l’image de Starlab, Blue Origin et Sierra Space ont donc annoncé à leur tour la mise en place d’une station spatiale privée qui devrait entrer en service à l’horizon 2025. Une annonce qui intervient à un moment où la mise en place d’une station spatiale est intéressante stratégiquement puisque en théorie l’avenir de l’ISS est aujourd’hui officiellement assuré jusqu’en 2024. À cela s’ajoute le fait que d’un point de vue technique, la NASA a entériné le fait qu’elle soit capable d’opérer jusqu’en 2028 même si le patron de la NASA Bill Nelson, s’est prononcé en faveur de son extension jusqu’en 2030. Quoi qu’il en soit, l’ISS a une date de péremption qui approche à grands pas et des stations comme Orbital Reef seront là pour prendre la relève.

Pierre-Alexis Lagèze (rédaction btlv.fr)

2021-08-18T16:02:16+02:0018 août 2021|

Actus susceptibles de vous intéresser