30 mai 2021 —Dans les années 70, Jacques Vorilhon dit Raël a fait beaucoup parler de lui dans les différents médias français. Vouant un culte aux extraterrestres, il entraina dans son sillage une multitude d’âmes un peu paumées auxquelles il promettait la lune. Ancien journaliste et bon communiquant, il fonda le Mouvement Raëlien, une religion internationale OVNI qu’il dirige aujourd’hui encore. Depuis devenu chef religieux, il a ouvert la voie à de nombreux autres gourous. Parmi eux, Rodolfo Perez, qui fonda en 1989 l’église gnostique Stella Maris, basée en Amérique du Sud, et plus précisément à Carthagène, en Colombie. Très vite après sa formation, le culte a commencé à se faire un nom comme étant plutôt étrange. Dans son discours et ses prêches, Rodolfo Perez annonçait un grand cataclysme et que le seul moyen d’y échapper était d’être emmené par des extraterrestres dans l’espace.

L’église gnostique Stella Maris

LES AUTORITÉS INQUIÈTES

Des propos qui au fil des ans, ont alerté les autorités et notamment en raison des nombreux rapports de police des membres de famille inquiètes pour leur proches. Des plaintes qui évoquent la crainte de voir certains membres de l’église basculer dans un monde obscur à coup de lavages de cerveau. Pour y parvenir et comme c’est souvent le cas dans les sectes, son chef, s’est assuré que ses fidèles rompaient tous liens avec le monde extérieur, et qu’ils considèrent l’existence matérielle comme imparfaite ou mauvaise. D’après certains témoins, avec le temps, le groupe sectaire est devenu obsédé par le cataclysme annoncé. Leur principale préoccupation sont les préparatifs du voyage à bord du vaisseau spatial extraterrestre qui viendra les chercher. Des fidèles qui espèrent figurer parmi les 140 000 personnes qui, selon le pseudo chef spirituel, seraient sauvés par des extraterrestres. Afin de garder tout le contrôle, les principaux dirigeants de la secte désignent de temps à autre des élus comme le rapporte la mère d’une membre de la secte : « les deux dirigeants ont dit à ma fille Liliana qu’elle était l’élue de Dieu. Ils lui ont lavé le cerveau et fait changer de nom pour prendre celui de Stella Maris». Toujours, selon elle, sa fille est convaincue qu’elle va entrer en contact des E.T en soucoupes volantes. « Ma fille m’a dit qu’elle devait partir parce qu’un cataclysme allait se produire et qu’elle devait se rendre dans un endroit éloigné pour rencontrer des extraterrestres qui la sauveraient de la fin du monde. Le chef de la secte lui a annoncé que la fin monde allait arriver en août et qu’elle devait partir à la rencontre des extraterrestres. Du coup, ma fille est convaincue que des êtres cosmiques vont venir sauver quelques élus d’une grande catastrophe. Je n’ai pas pu lui faire entendre raison».

LA MÊME HISTOIRE EN 1999

Ce n’est pas la première fois que cela se passe ainsi. En juillet 1999, un groupe d’une centaine de membres de la secte, dont des familles entières, auraient quitté les installations pour rejoindre la désert afin de s’y installer en vue du contact E.T. Quelques semaines plus tard, plus personne n’avait de nouvelle du groupe. Il avait totalement disparu de la surface de la terre. Une recherche lancée dans toute la région n’avait rien donné. Faits étranges, quand la police a retrouvé leurs installations, ces dernières étaient intactes, propres, rien n’y avait été chamboulé, comme s’ils y rentraient tous les soirs.

LES DIFFÉRENTES THÉORIES

Depuis la disparition a donné de nombreuses théories. Certains pensent qu’ils sont morts suite à un suicide de masse mais aucun corps n’a été retrouvé. D’autres pensent qu’ils se sont perdus dans le désert ou qu’ils furent kidnappés dans une région propices aux enlèvements mais à ce jour, personne n’a encore réclamé de rançon. Les plus férus d’ufologie, estiment qu’ils ont réussi à se faire emmener par les extraterrestres auxquels ils croyaient si ardemment. Devant un tel mystère, d’autres membres de la secte sont venus témoigner de leur incompréhension aux autorités tout en stipulant qu’ils n’étaient pas impliqués dans cette disparition de masse. Plus de vingt an après, au vu du peu d’infos dont disposent les enquêteurs, il est difficile de savoir ce qui s’est réellement passé en juillet 1999. On sait juste qu’à l’époque cette disparition a fait la une des journaux. Qu’est-il arrivé à ces personnes? Personne ne semble vraiment savoir. Voilà un dossier inexpliqué sur lequel, notre spécialiste, Joslan F. Keller pourrait bien enquêter. Affaire à suivre…

Bob Bellanca (rédaction btlv.fr)

Pas encore abonné ?
Rejoindre BTLV