fbpx
x

(PALÉONTOLOGIE) Découverte en Espagne d’une nouvelle espèce de dinosaure

9 juillet 2021 — Une nouvelle espèce de dinosaure  a été trouvée  en Espagne. Cette découverte a fait l’objet d’un article publié dans la revue scientifique  PLOS ONE . Le Portellsaurus sosbaynati vivait dans la province de Castellón il y a environ 130 millions d’années. L’animal mesurait entre six et huit mètres et était herbivore. On estime que  25 espèces de dinosaures ont  déjà été découvertes en Espagne.

C’est en 1998, lors d’une fouille effectuée sur un site situé à Portell, que les paléontologues ont   trouvé une partie d’une mâchoire de dinosaure, mais il leur a fallu plus de 20 ans pour qu’ils poursuivent leurs investigations.

« Nous pensions qu’il pouvait s’agir d’une nouvelle espèce, mais nous n’avons jamais trouver le temps pour l’examiner », déclare l’auteur de l’étude Andrés Santos, chercheur à l’Université Jaumel de Castellón.

© PLOS ONE

La pandémie actuelle a été l’occasion pour eux de se mettre au travail. « Nous ne pouvions pas aller sur le terrain pour faire des fouilles », dit-il. Le groupe a donc décidé d’utiliser le temps gagné pour étudier les fossiles plus  en profondeur.

L’analyse de la mâchoire fossilisée a révélé les détails d’une étrange créature qui vivait sur Terre il y a 130 millions d’années. Le dinosaure mesurait plus de 8 mètres de long et appartenait au genre iguanodon. On suppose qu’il a vécu sur le territoire de l’Espagne et dans d’autres pays voisins.

Une partie de la mandibule de la nouvelle race de dinosaure © PLOS ONE

Les scientifiques expliquent que les griffes acérées ont aidé ce dinosaure herbivore non seulement à se défendre contre les prédateurs, mais aussi à récolter et à couper les fruits des arbres. Le dinosaure possédait aussi d’énormes narines qui lui donnaient un excellent odorat, et malgré son apparence effrayante, l’animal n’était pas un prédateur.

C’est à l’aide de sa longue et lourde queue qu’il pouvait tenir debout en équilibre, car il pouvait mesurer jusqu’à 3 mètres et pouvait peser plus de quatre tonnes.

Comme le notent les auteurs de l’étude, cette espèce éclaire l’évolution des ornithopodes, des créatures qui ont commencé comme de petits animaux à deux pattes, mais qui ont  ensuite  considérablement grandis et grossis.

François Deymier (rédaction btlv.fr)

Pas encore abonné ?
Rejoindre BTLV

À la Une

(ESPACE) Jeff Bezos compte construire une station spatiale privée

26 octobre 2021 – Jeff Bezos semble vouloir pousser encore plus loin le tourisme spatial. Comme le montre son nouveau projet, Orbital Reef, une  station spatiale privée décrite comme un parc commercial pouvant accueillir jusqu’à 10 personnes.

La société Blue Origin de Jeff Bezos et Sierra Space se sont associés dans un projet de grande envergure à savoir une station spatiale privée pouvant accueillir jusqu’à 10 personnes. Ils ambitionnent de pouvoir la rendre opérationnelle d’ici la deuxième moitié de la décennie. Cette station spatiale qui sera baptisée Orbital Reef montre que la course pour la commercialisation de l’orbite terrestre basse a atteint un nouveau stade. Dans un communiqué BLue Origin et Sierra Space ont annoncé que cette station spatiale s’adresserait  à un large panel de client “Agences spatiales expérimentées, consortiums dans les hautes technologies, nations sans programme spatial, médias et agences de voyages, entrepreneurs et inventeurs subventionnés, investisseurs portés vers l’avenir, tous ont leur place”. La station évoluera à 500 km d’altitude, soit un peu plus haut que l’ISS et mesurera 830 m3, soit presque autant que l’ISS.

UN NOUVEAU SUCCESSEUR POUR L’ISS

À l’image de Starlab, Blue Origin et Sierra Space ont donc annoncé à leur tour la mise en place d’une station spatiale privée qui devrait entrer en service à l’horizon 2025. Une annonce qui intervient à un moment où la mise en place d’une station spatiale est intéressante stratégiquement puisque en théorie l’avenir de l’ISS est aujourd’hui officiellement assuré jusqu’en 2024. À cela s’ajoute le fait que d’un point de vue technique, la NASA a entériné le fait qu’elle soit capable d’opérer jusqu’en 2028 même si le patron de la NASA Bill Nelson, s’est prononcé en faveur de son extension jusqu’en 2030. Quoi qu’il en soit, l’ISS a une date de péremption qui approche à grands pas et des stations comme Orbital Reef seront là pour prendre la relève.

Pierre-Alexis Lagèze (rédaction btlv.fr)

2021-07-09T10:44:54+02:009 juillet 2021|

Actus susceptibles de vous intéresser