fbpx
x

(PALÉONTOLOGIE) En Égypte, une nouvelle espèce de baleine semi-aquatique a été découverte

30 août 2021 – Des scientifiques ont mis au jour, un fossile vieux de 43 millions d’années d’une espèce de baleine à quatre pattes jusqu’alors inconnue des scientifiques. La découverte de cette baleine quadrupède est très intéressante, car elle permet de retracer l’évolution des baleines de mammifère terrestre à cétacé.

La baleine qui vient d’être découverte a été baptisée “Fioumicetus anubis “, nom dérivé de son lieu de découverte, et du dieu Anubis, l’une des plus anciennes divinités égyptiennes. Elle appartient aux Protocetidae, qu’on surnomme également les baleines à quatre pattes. Cette baleine mesurait 3 mètres pour un poids de 600 kilos. Le fossile de la baleine a été découvert dans l’oasis du Fayoum, dans le Sahara occidental en Égypte. Une zone autrefois couverte par la mer qui a fourni un grand nombre de découvertes qui ont permis de montrer l’évolution des baleines. Cette baleine intéresse beaucoup les scientifiques, car son squelette partiel l’a révélé comme pouvant être potentiellement la plus ancienne espèce de baleine semi-aquatique qui ait été retrouvée en Afrique.

UN SQUELETTE RICHE EN ENSEIGNEMENTS SUR L’ÉVOLUTION DES BALEINES

Mis à part son ancienneté ce qui distingue cette baleine par rapport à celle que nous connaissons aujourd’hui, c’est sa capacité à aller aussi bien sur la terre ferme que dans l’eau. Selon les chercheurs, il s’agissait probablement d’un grand prédateur. Elle était d’ailleurs dotée de puissantes mâchoires qui lui permettaient de venir à bout d’un certain nombre de proies. Selon les chercheurs, ce fossile témoigne de l’évolution des baleines, qui étaient des mammifères terrestres avant de devenir des mammifères marins. Là où ce fossile devient intéressant, c’est qu’il date de l’époque où cette transition a commencé. Ce fossile pourrait donc permettre de mieux comprendre comment s’est faite la transition évolutive des baleines semi-aquatiques aux baleines entièrement aquatiques. 

Pierre-Alexis Lagèze (rédaction btlv.fr)

Pas encore abonné ?
Rejoindre BTLV

À la Une

(FOSSILE) Un paresseux géant retrouvé en Guyane

27 octobre 2021 – Quatre mètres, quatre tonnes. Aussi lourd qu’un éléphant. Trouver le squelette d’un paresseux géant en Guyane est une première en France. L’espèce a disparu il y a 12 000 ans.

C’est le paléontologue Pierre-Olivier Antoine qui est à l’origine de la découverte… Dans une mare de boue, dans la région de Maripasoula, à la frontière du Suriname. “Il est très difficile de trouver des fossiles en Guyane à cause de l’acidité des sols et du couvert forestier”, explique ce professeur à l’Université de Montpellier.

Des vestiges ont déjà été trouvés en Patagonie, au sud de l’Argentine, mais jamais dans le département français. Pendant une semaine, six paléontologues ont déterré plusieurs os dont des maxillaires et des mandibules, en plein cœur de la forêt amazonienne. L’espèce a rapidement été identifiée : c’est un Eremotherium laurillardi. Un herbivore qui, contrairement à son descendant actuel, ne se déplaçait qu’à terre et non dans les arbres… Ce que l’on comprend aisément lorsqu’on pèse plusieurs tonnes…

La trouvaille est une aubaine pour la Guyane. Les paléontologues espèrent retrouver des restes d’autres animaux ayant vécu en même temps que le paresseux géant. Les fossiles ont été présentés à certains collégiens guyanais.

Tom Hannane (rédaction btlv.fr)

2021-08-31T11:52:54+02:0030 août 2021|

Actus susceptibles de vous intéresser