fbpx

(PALÉONTOLOGIE) La mâchoire d’un vampire a été découverte dans une grotte en Argentine

29 juillet 2021 — Une  mâchoire d’une espèce de chauve-souris dont le nom savant est Desmodus draculae  que l’on peut traduire par vampire commun grand suceur de sang,  a été trouvée dans une grotte en Argentine. Cela devrait aider à combler les lacunes de l’historique de ces animaux étonnants et devrait fournir  quelques indices sur leur extinction. Cette chauve-souris gérante a vécu il y a environ 100 000 ans.

UNE LÉGENDE FORGÉE PAR DRACULA

Les fossiles de chauves-souris sont très rares et chaque nouvelle découverte est précieuse, en particulier en ce qui concerne les chauves-souris vampires.

« C’est la seule famille de chauve-souris au monde qui présente un intérêt grâce aux légendes de la Transylvanie et de son étrange comte Dracula », explique le paléontologue Mariano Magnussen du laboratoire paléontologique du Musée des sciences naturelles de Miramar en Argentine. « Mais en fait, ce sont des animaux pacifiques qui se nourrissent du sang d’animaux, et parfois d’humains, pendant plusieurs minutes sans causer de gêne… Le seul inconvénient, c’est qu’ils sont porteurs de la rage et d’autres maladies. »

Aujourd’hui, seules trois des quelque 1 400 espèces de chauves-souris connues sont des chauve-souris vampires ou Desmodontinae, qui se nourrissent exclusivement du sang d’autres créatures, c’est pourquoi elles sont appelées hématophages.

Les trois espèces ne vivent qu’en Amérique centrale et du Sud. Ce sont le vampire commun (Desmodus rotundus), le vampire à pattes de fourrure (Diphylla ecaudata) et le vampire à ailes blanches (Diaemus youngi).

UN ANCÊTRE COMMUN

Ces trois espèces sont très proches, ce qui signifie que l’hématophagie ne s’est développée que  chez les chauves-souris, et toutes les espèces de chauve-souris vampires (existantes et éteintes) ont un ancêtre commun.

Les fossiles  de chauves-souris vampires éteintes peuvent nous aider à comprendre pourquoi les espèces modernes ont survécu. Et la nouvelle découverte est très importante pour les chercheurs.

La mâchoire de la chauves-souris vampire© Musée de Miramar

C’eéait la plus grande chauve-souris vampire qui n’ait jamais existé. Elle était d’environ 30% plus grande que les chauves-souris vampires actuelles  et son envergure était d’environ 50 centimètres.
L’os de la mâchoire a été récupéré dans des sédiments du Pléistocène dans une grotte près de la ville de Miramar à Buenos Aires.

Le fossile a également mis en lumière le climat de cette époque. La chauve-souris vampire commune vit à environ 400 kilomètres au nord de l’endroit où les restes ont été trouvés. Cela suggère que le climat local était différent il y a 100 000 ans. Cela signifierait que  le changement climatique pourrait également être la cause de l’extinction.

François Deymier (rédaction btlv.fr)

Pas encore abonné ?
Rejoindre BTLV

À la Une

(CLIMAT) Un seul pays au monde semble en mesure de réaliser ses objectifs climatiques

21 septembre 2021 –  Pour de nombreux pays dans le monde la réalisation d’un certain nombre d’objectifs climatiques constitue un véritable défi. À un tel point que pour le moment un seul pays dans le monde semble en bonne voie pour réaliser ses objectifs. Il s’agit de la Gambie.

La Gambie est pour le moment le seul pays au monde à avoir obtenu une note climatique globale compatible avec les objectifs fixés par l’Accord de Paris. Pour rappel, il s’agit d’un traité international sur le réchauffement climatique adopté en 2015 qui est censé unifier toutes les nations dans une cause commune pour lutter contre le changement climatique. En effet, selon une étude du Climate Action Tracker a examiné l’Europe et 36 autres nations qui prend en compte de nombreux facteurs, comme les politiques climatiques nationales, les mesures et l’utilisation des terres, le soutien financier international et les objectifs climatiques fixés par ces pays. La Gambie semble pour le moment le seul pays en mesure de réaliser ses objectifs climatiques.

LA GAMBIE, UN EXEMPLE À SUIVRE

Selon l’étude, la Gambie n’est pas le seul pays en mesure de réaliser ses objectifs climatiques, d’autres pays comme le Costa Rica, le Maroc, l’Éthiopie ou le Royaume-Uni s’en rapproche, mais sont loin d’être au même niveau. La Gambie peut être considérée comme un exemple à suivre en raison des nombreuses actions qu’elle a mise en place pour le climat. Tout d’abord, le pays mise majoritairement sur les énergies renouvelables et dispose de l’une des plus grande installations solaires d’Afrique de l’Ouest. Le gouvernement gambien est également parvenu à restaurer 10 000 hectares de forêts, de mangroves et de savanes. Enfin, la Gambie s’est également engagée à limiter l’utilisation abusive des ressources forestières, il convertit également les terres agricoles inondées en rizières sèches. Ainsi, la Gambie semble sur le point de devenir un symbole pour tous les pays luttant pour la sauvegarde de notre planète.

Pierre-Alexis Lagèze (rédaction btlv.fr)

2021-07-29T13:56:22+02:0029 juillet 2021|

Actus susceptibles de vous intéresser